La Co-écriture recto verso #RECTO



  • La Co-écriture recto verso
    Posté le 11 mars 2015 par Shaoran

    Salut les plumes,
    Comme le disait Lavoisier en son temps "rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme". Le PAen ne fait pas exception à cette règle. Le dernier numéro inaugurait la nouvelle formule, cette fois, c’est au tour de Paroles de pros de subir un lifting pour devenir Recto Verso, la rubrique qui réconcilie idées reçues et point de vue des professionnels.

    Qui dit esprit d’équipe, dit équipe ce qui implique l’idée de coopération entre individus pour le bien-être d’une communauté au détriment du bien-être individuel. Plein de gros mots pour désigner la capacité d’un groupe à travailler ensemble. Concrètement dans l’écriture qu’est-ce que cela peut donner ?
    On peut distinguer plusieurs types d’associations :

    • 1- L’écriture avec un nègre
      Bien que le terme ait aujourd’hui une connotation négative, le recours à un nègre littéraire est une pratique relativement courante dans certaines formes de littérature et notamment la littérature autobiographique.
      Couramment désigné par nos amis anglophones sous le nom de Ghost writer ou encore de Prête-Plume, le nègre littéraire désigne un écrivain inconnu rédigeant le texte d’une autre personne, la plupart du temps une célébrité, dont le nom figurera sur la couverture. D’après l’estimation du Magazine des livres de 2007, de nos jours, environ 20% des romans publiés font appel à ces écrivains fantômes, principalement des autobiographies de célébrités. On peut notamment citer pour exemple celle de Zinedine Zidane écrite par Dan Franck ou encore celle de Martin Gray écrite par Max Gallo. Parmi les romans plus anciens et célèbres, nous avons Les trois mousquetaires ou encore le Comte de Monte-Cristo signé d’Alexandre Dumas, mais occultant complètement la contribution d’Auguste Maquet.
      Si pendant longtemps la charge d’écrivain fantôme exigeait l’anonymat, ces dernières années son statut commence à évoluer, faisant de ces écrivains de l’ombre des « écrivains privés » ou plus poétiquement des « artisans de la rédaction » qui s’il n’est pas placé sous les feux de la rampe, reçoit néanmoins un tiers du pourcentage des droits de l’auteur sur un livre.
    • 2- L’écriture à quatre mains
      Parfois désignée sous le terme de co-écriture, l’écriture à quatre mains fait intervenir deux auteurs qui collaborent pour créer une œuvre littéraire, mais aussi parfois cinématographique, musicale voire même artistique.
      Pendant longtemps ce mode d’écriture n’a pas eu bonne presse pour une raison très simple : l’humilité d’un auteur prenait le pas sur l’exubérance de l’autre, conduisant alors l’opinion publique à assimiler la pratique à l’écriture fantôme. De nos jours, ce type d’écriture est pleinement reconnu et les conseils pour bien écrire à deux sont légions sur la toile.
      L’avantage principal de cette méthode d’écriture c’est interactivité entre les deux auteurs qui permet une confrontation rapide et efficace des idées. Outre la multiplication des idées qui découle de l’émulation des deux auteurs, écrire et réfléchir à deux permet d’éliminer un maximum d’incohérences ou encore de maladresses, mais aussi d’apporter plus facilement de l’eau au moulin de l’intrigue. Enfin, cela permet également d’apporter à chaque auteur davantage de motivation qu’en aurait un écrivain seul dans ce coin. Ce peut-être un bon compromis pour un auteur débutant, désireux d’avoir un peu d’aide pour structurer son roman. Ne dit-on pas que deux cerveaux valent mieux qu’un ?
      Évidemment, c’est bien beau de vouloir écrire en coopération, mais cela demande aussi quelques petits aménagements et notamment une capacité à travailler ensemble. Exit improvisation et flou artistique, écrire à deux nécessite d’établir un plan et de respecter une bonne organisation pour éviter les redites ou les descriptions. Nous ne voudrions pas d’un personnage brun aux yeux bleus qui sur la page suivante deviendrait blond aux yeux bruns. Cela nécessite également une bonne dose d’humilité afin que chacun des auteurs puissent exprimer sa propre créativité.
      Parmi les livres signés à quatre mains se comptent les romans de la série noire comme Le Roi des Mirmidous en 1966 ou encore L’Embrumé, tous deux de Viard et Zaccharias. Plus récemment, nous pouvons citer la série des Oksa Pollock de Cendrine Wolf et Anne Plichota.
    • 3- Le cadavre exquis
      Cette pratique scripturale désigne au départ un jeu créé à Paris par trois auteurs (Marcel Duhamel, Jacques Prévert et Yves Tanguy). Son principe de départ est simple. Il consiste à faire composer par plusieurs personnes une phrase ou un dessin sans qu’elles puissent lire ou regarder la contribution des autres collaborateurs. Chaque participant écrit à tour de rôle un mot, une partie de la phrase. À la fin, les participants découvrent le résultat.
      Ce qui au départ n’était qu’un passe-temps devint très vite un challenge, celui d’écrire un roman complet sur ce mode. L’avantage de ce mode d’écriture c’est bien entendu la surprise et l’inventivité. Contrairement à une écriture à quatre mains qui nécessite une grande organisation et un bon plan, le cadavre exquis se construit sur le mode de la totale improvisation. Si le challenge impose pour des soucis de cohérence que l’écrivain ait accès au chapitre suivant.
      Curieusement, tous les essais de cadavres exquis que j’ai trouvé dans le genre étaient des romans policiers, peut-être parce qu’ainsi chaque auteur se retrouve placé au plus près de la réalité d’une enquête policière, ignorant les causes et les conséquences de la mort du colonel moutarde. Ce qui rend le dénouement imprévisible et les conclusions probablement bien loin de ce que chaque auteur imaginait en écrivant son propre chapitre.

    Quelques exemples pour la route :
    Le premier roman façon cadavre exquis fut rédigé par 12 auteurs différents (G. K. Chesterton, V. L. Whitechurch, G. D. H. et Margaret Cole, Henry Wade, Agatha Christie, John Rode, Milward Kennedy, Freeman Wills Crofts, Edgar Jepson, Clemence Dane. Anthony Berkeley) et portait le doux titre de L’Amiral flottant, illustre roman policier de son état.
    Plus récemment, en 2010, Maxime Gillio proposa à Facebook un cadavre exquis. 420 signes maximum pour 80 auteurs (de la plume confirmé au duvet balbutiant), l’opération donna naissance à L’Exquise nouvelle, roman publié en 2011 et retraçant la délirante poursuite du tueur à l’andouillette.

    Enfin, parce que PA n’est pas en reste, en 2010, le forum aussi se prêtait au jeu pour produire la merveilleuse aventure d’un petit personnage perdu sur son astéroïde qui un jour rencontrait le Père Noël.
    Au final le cadavre exquis, c’est une murder party racontée par chacun des protagonistes.


Log in to reply
 

Looks like your connection to Forum Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.