Écrire, décrire #Plume&Astuce


  • Administratrice

    Écrire, décrire

    22 décembre 2009

    Ah, l’art de la description ! La passion des uns, la bête noire des autres. Retranscrire un paysage, un intérieur ou même un personnage : nous ne sommes pas tous à l’aise dans ce registre. Si décrire est une source de blocage pour vous, cet article vous est adressé, en espérant qu’il vous aidera à explorer quelques pistes de réflexion.

    Décrire est déjà une affaire de vocabulaire. Quand on pose un décor, il s’agit de trouver le mot juste et d’éviter les fourre-tout. Au « meuble » préférez le buffet, le chiffonnier, le secrétaire, le vaisselier… N’écrivez pas « arbre » si vous voulez désigner un saule-pleureur, un hêtre ou un bouleau. Votre personnage porte un chapeau ? Quelle sorte de chapeau ? Un haut-de-forme, un canotier, un feutre, un melon ? Sans tomber dans le jargon technique ou l’ultra-pédantisme, recherchez la précision.

    Si votre plume est trop vague, c’est peut-être aussi parce que vous ne visualisez vous-même pas bien le lieu ou le personnage que vous décrivez. Cela n’a rien de dramatique et c’est facilement remédiable. Observez attentivement ce qui vous entoure, imprégnez-vous des gens et des paysages quand vous sortez, inspirez-vous de photographies !

    Tous les éléments de votre décor sont en place : les différentes pièces du mobilier, la garde-robe complète de madame, chaque fleur du chemin de campagne. Mais rien n’y fait, vous sentez encore une lacune… Eh oui, décrire, ce n’est pas seulement énumérer une liste d’éléments ! Décrire, c’est aussi et surtout insuffler de l’atmosphère à un lieu, donner du caractère à un personnage. Pour cela, faites jouer les couleurs, les matières, les mouvements, les effets d’ombre et de lumière. Une étoffe est en soie ? Faites ressortir son moiré à chaque geste de celui qui la porte. Votre scène se déroule en fin de journée ? Accordez votre paysage au flamboiement du couchant.

    Petite touche finale : n’oubliez pas de stimuler les sens de votre lecteur ! Les sons, les odeurs, le toucher donneront de la vie, de l’épaisseur, de la sensualité à votre description. Ne sous-estimez pas la puissance évocatrice des mots. Attardez-vous sur le pétillant acidulé du coca au citron, sur l’odeur chaude et humide dans la buanderie, sur le baiser brûlant du soleil sur la nuque, sur le crissement des graviers sous la chaussure.

    Une description n’a pas besoin d’être longue et développée sur plusieurs paragraphes. Il est même préférable de la distiller au fur et à mesure, par petites touches çà et là. Cela vous paraît peut-être vain, un peu superflu, mais si une description n’apporte rien à votre histoire sur le plan narratif, elle lui fera beaucoup gagner en atmosphère.

    Le saviez-vous ?

    Internet est un excellent outil pour peaufiner ses descriptions. Si, si ! Grâce à une recherche par image, sur Google, vous pouvez facilement dégoter des photographies de lieux et de personnes si vous avez besoin d’un appui visuel. Wikipédia, pour ne citer que la célèbre encyclopédie, pourra vous aider à mettre le doigt sur le mot que vous cherchez en consultant ses lexiques : listes de meubles et objets d’art, portail de la mode, glossaire de l’architecture,… Internet est aussi très riche en dictionnaires d’appoints : synonymes et couleurs seront vos meilleurs alliés !


Log in to reply
 

Looks like your connection to Forum Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.