CinéPA-Club : retours de visionnage


  • Plume d'Argent

    J’arrive un peu comme un cheveux sur la soupe parce que j’ai vu ce film il y a longtemps et je me souviens que j’avais beaucoup aimé, mais je l’avais vu dans un contexte qui s’y prêtait bien: projection sur écran géant au parc avec les spectateurs assis dans l’herbe en sirotant leur bières et en papotant ce qui permettait de mieux suporter les longueurs.

    Je pense qu’il y a un évident parti prit esthétique et philosophique. Après on accroche ou pas en fonction des gens. Un film intéressant en tout cas.


  • Journaliste PAen

    C’est parti pour le PAVEY.

    La tentation est grande, mais je n’ai pas lu vos avis pour l’instant.
    J’ai été agréablement surprise par le fait que j’ai assez bien accroché, même dans les moments hauts-perchés. Peut-être parce que, faute de temps, j’ai regardé le film en 3 fois. Les coupures auraient pu me sortir totalement de l’ambiance, et pourtant, j’arrivais à me remettre instantanément dans le bain. J’avoue que je suis assez tolérante des ambiances vaporeuses à base de plans sur des transparences de tissu ou le vent dans les herbes, alors ça aide.
    Comme la plupart des gens je pense, ce qui m’a intéressé le plus est le « film dans le film ».

    Clairement, l’espèce de prologue qui dure les 35 premières minutes, et le dernier quart d’heure sont dispensables. Quoique, la conclusion à base de réunion dans l’au-delà (ce que je suppose être) m’a touchée, mais j’impute ça à mes petites hormones sensibles du moment. De la même façon, le petit discours en voix off peut paraître très neuneu ou prétentieux, mais je devais être dans la bonne période pour y être réceptive : non pas que je fusses d’accord, ou que je me sois concentrée sur ce qui y était dit, mais ça m’a plongée dans une humeur songeuse, ni joyeuse ni triste, juste réflective.

    Ce que j’ai le plus aimé, c’est la justesse des relations entre les personnages, surtout la personnalité du père.
    La maman

    Petite réserve pour la mère, qui semble n’avoir que la facette de l’amour « pur », et dont la représentation était assez essentialiste : son âme est entièrement femme, avec toutes les qualités traditionnelles qui y sont associées, comme si elle était née ainsi et non pas modelée par l’éducation et la société. Elle influe dans la vie des autres par sa simple présence silencieuse, mais justement, je trouve ça dommage que jamais elle ne parle à ses enfants avec des mots, presque comme si elle était une créature magique et non une personne humaine.
    Bon, par contre, comme je suis fort superficielle avec un faible pour les rousses diaphanes, j’ai contemplé tous les plans poétiques sans broncher :D

    Les garçons

    J’ai bien aimé les relations entre les frères, surtout vers la fin, avec l’épisode de la carabine et Jack (?) qui s’excuse auprès du blondinet. Franchement, les acteurs étaient au top. Avec l’ambiance, toutes les scènes des garçons qui jouent et courent font penser à un Virgin Suicides masculin.
    Par contre, j’étais totalement perdue quant à qui est mort ou pas. Au début du film, lorsque la mère reçoit une lettre, je suis partie du principe qu’un des garçons était mort à la guerre, et vu qu’elle était encore jeune, je me suis dit que c’était l’aîné, Jack, et que l’homme contemporain en costard était un de ses frères qui se rappelle ce Jack.
    Sauf qu’à la fin, il me semble évident que l’homme est Jack. Donc quel frère est mort ?
    Aussi, au milieu, il y a un garçon qui se noie, et on voit l’enterrement, mais pas de grande effusion chez les parents. Mais en même temps, Jack s’interroge « pourquoi lui » etc. Alors je me suis demandée si en fait depuis le début, il y avait 4 garçons ? Bref, j’étais perdue.
    Et pour couronner le tout, dans la plage-au-delà, la mère est encore plus en béatitude devant un des blondinets, donc j’imagine que c’est un qui était mort avant elle, mais alors dans quelle circonstance ? Noyade ou guerre ?

    Le papa

    Pour finir, la figure du père, à l’opposition de la mère, était bien creusée. On sentait tous les conflits résultant de son ego déçu, entre le tiraillement entre affection mal exprimée et volonté de renforcer ses fils. Choix d’éducation pour leur bien et choix d’éducation « selon ce que la société voudrait ». Et puis le fait que ce n’est jamais acquis, il n’y a pas d’illumination qui le métamorphose en un bon papa. Il y a des hauts et des bas, des moments radoucis, et puis boum, dès qu’il y a une insécurité, retour dans ses travers autoritaires. J’ai trouvé ça hyper réaliste, et ça participe à donner cette impression de vivre à travers différentes périodes de leurs vies.

    Bref, j’ai aimé, je doute le revoir, mais je ne l’oublierai pas totalement pour autant (contrairement au Nouveau Monde du même réalisateur, vu il y a plusieurs années)


    Pour ces deux semaines (jusqu’au lundi 11 février), le film à voir est Dilili (2018) de Michel Ocelot :tiger: !

    text alternatif


  • Plume d'Argent

    @eilish Hé, je l’ai vu avec ma classe… Beaucoup apprécié même si certains messages sont ambiguës je pense. déjà, les référents historiques sont très (trop?) nombreux, et c’est très intéressant. C’est une de mes époques préférées, du coup j’ai beaucoup apprécié de voir certains personnages historiques en action.
    J’en viens à l’ambiguïté :attention, spoil

    les méchants obligent les petites filles à vivre à genoux sous des draps noirs où ils ne devienne rien de plus que des objets. Ce qui me dérange, c’est que ça m’a renvoyé à l’image que l’on a des femmes en djellaba et que j’ai trouvé que finalement, le message était que ces femmes n’avaient pas leur libre arbitre. Je ne sais pas si ce message est positif, ou en tous cas si il doit passer par le dessin animé.


  • Journaliste PAen

    Bon ben je viens de finir (avec un peu de retard :grin: ) The Tree of Life, et j’ai adoré \o/ :heart:
    C’est vrai que c’est très différent de ce qu’on voit habituellement (enfin dans mon cas) mais je connais Terrence Malick et je m’y attendais (j’avais adoré Le Nouveau Monde, qui est aussi très lent et contemplatif). Je pense qu’il faudrait que je le revois une deuxième fois, parce que je suis sûre que j’ai loupé des trucs…
    Contrairement à certains, je n’ai pas trouvé ça très axé sur la religion, sachant la place que ça prend dans la vie des gens aux US je trouve ça même plutôt discret :sweat_smile:
    Les images sont vraiment hyper belles, les acteurs géniaux, et l’histoire est triste mais super chouette aussi. Cette façon de voir la vie et la mort a un côté très poétique. La fin, qui résume un peu la perte qu’ils ont tous subi, est hyper émouvante (j’ai pleuré, normal T_T).
    Enfin bon, c’est vraiment un bon moment de passé, et ça fait réfléchir, je trouve que c’est vraiment un beau film. Le cinéma devrait plus ressembler à ça des fois, les images sont si belles et c’est rare d’en voir dans les films.
    Je conseille à ceux qui l’ont pas vu jusqu’au bout de retenter !


  • Plume d'Argent

    @nana Aaaaaah, c’est le même mec qui a fait “Nouveau monde”? j’adore tellement ce film <3 Mais c’est vrai que quand tout le monde disait que The tree of life avait des longueurs, ça me faisait direct penser à “Nouveau Monde”. comme quoi il y a vraiment des pattes de réalisateur.


  • Journaliste PAen

    @gueule-de-loup Oui \o/ Je suis bien d’accord, ce réalisateur on reconnait tout de suite son style :)

    @eilish Bon alors, tu viens nous dire ou pas ? Le suspens \o/ T’es pire que @Dédé en teasing :o RACONTE NOUUUUUS !!


  • Plume d'Argent

    Je suis en retard, mais ayé, j’ai enfin vu The tree of life.

    J’avais vu un seul autre film de Terrence Malick, et il m’avait beaucoup marquée : La ligne rouge (The thin red line). Je m’attendais donc déjà à son cinéma très particulier, où le film se construit au gré d’une mosaïque de scènes sans enchaînement, de plans serrés ou de travellings limite dérangeants. Il ne faut pas essayer de comprendre, il faut se laisser porter et c’est une gymnastique particulière.
    J’ai donc bien retrouvé tout ça et comme pour La ligne rouge, j’ai été hypnotisée. Je ne suis pas restée devant parce que je voulais savoir la fin (j’étais à peu près sûre qu’il n’y aurait pas de fin, au sens narratif du terme), mais parce que c’est beau.
    Quelle esthétique, quelle photographie, sens de la composition, du cadrage, des lumières ! Et tout ça au service de l’histoire et des émotions qu’elle véhicule.
    Quant aux acteurs, j’ai trouvé le jeune acteur (l’aîné des fils) époustouflant. Le blondinet aussi (d’ailleurs il pourrait carrément être le fils de Brad Pitt !). Brad Pitt est tellement… lui-même que j’ai du mal à être convaincu, même si objectivement, il joue très bien. Jessica Chastain est parfaite.

    Bref, j’ai beaucoup aimé (moins que la Ligne rouge, que je vous conseille, vous l’avez compris. Et pourtant c’est un film de guerre, et d’habitude, j’ai du mal, mais même ça il arrive à en faire quelque chose de très beau). Et je me le dis depuis longtemps, mais il va falloir que je vois ses autres films !


  • Plume d'Argent

    ( @isapass mais carrément, j’ai attendu le générique de fin pour savoir si le petit blond avait un nom de famille en “Pitt” tellement il ressemble à l’original ! C’était hyper crédible en terme de casting)


  • Plume d'Argent

    @itchane idem, j’ai vérifié :)


  • Journaliste PAen

    @Nana voilà voilà !! :poop:

    Bon bah c’est sympa de voir vos retours, en conclusion, on peut dire que le film tombe bien dans la catégorie des films polarisants, en mode “on aime ou on aime pas”. On ne vous en veut pas @Soah et @touratiy ;) (par contre, vous comprendrez que votre karma en sera affecté hein)

    Maintenant que j’ai lu ton avis @itchane, tu relèves quelque chose qui m’a frappée tout autant : le message comme quoi ce qui arrive dans la vie ne découle pas forcément des décisions prises. C’est un message qui dérange, forcément, et qui au final, n’est pas si souvent exploité dans les films. Au contraire, tout doit avoir un sens, une causalité, sinon les critiques risquent de dire qu’il y a des incohérences et des loose ends. Mais la vérité est probablement là: le karma ne fait pas tout, et parfois des personnes qui ont bien agi, bien vécu, bien aimé, peuvent se prendre une tuile sur la tête, et y a pas de coupable ou de “il aurait fallu”. C’est juste ainsi. Argh, ça picote comme idée :(

    EDIT: j’ai l’impression qu’il est difficile de se procurer Dilili à Paris :/ je n’avais pas remarqué qu’il n’était sorti qu’il y a quelques mois, alors ceci explique cela…
    Est-ce qu’on le saute pour cette fois ?


  • Plume d'Argent

    @Eilish, pour répondre à ton pavey,

    SPOILERS : Ce que j’ai compris - mais je peux tout à fait me tromper - c’est que l’homme qui travaille dans les grands building à faire un métier manifestement à très gros salaire mais bien chiant, est l’aîné de la fratrie, que l’on voit ici à l’âge adulte. Le jour anniversaire de la mort de son frère (la petite bougie bleue) il se remémore son enfance, ce qui provoque le grand flash back qu’est en fait ce film. La voix off est donc la sienne.
    Cet homme a manifestement rencontré la mort à plusieurs reprise au cours de sa jeunesse, une première fois lorsqu’un homme fait une crise dans son jardin (à l’arrière plan), une autre fois quand un camarade du quartier meurt de noyade sous ses yeux et plus tard, lorsque son propre frère meurt à l’âge de 19 ans.
    Il n’y a pas d’indication explicite mais beaucoup d’indices font penser que le frère mort est le blond qui joue de la guitare.
    Quand à la mère, de même, via indices seulement, je pense qu’elle est morte aussi entre temps mais beaucoup plus tard de mort naturelle, rejoignant ainsi son fils “derrière la porte”, sur la plage.
    Est-ce qu’il y a d’autres interprétations dans la salle ? Ce serait intéressant : )

    Pour Dilili, effectivement il ne semble pas encore dispo en VOD, cela semble un peu tôt : /


  • Journaliste PAen

    Mefci @itchane, ça fait sens et c’est plus clair !

    Pour le film, à moins que vous trouviez Dilili, je propose qu’on attende quelque temps et je passe donc au troisième film le plus populaire, qui était Abyss (et lui il se trouve, puisque pas tout jeune).


  • Plume d'Argent

    @soah a dit dans CinéPA-Club : retours de visionnage :

    Premièrement, je pense que l’aspect très (trop) religieux à mon goût m’a légèrement bloquée - en vu de ce qui se passe, je comprends l’exploration/remise en question (?) des personnages d’un point de vue théologique, mais je n’ai pas trouvé ça naturel. La quête de Dieu, c’est pas trop mon dada, malheureusement.

    Ah je n’avais pas vu ça. Ça me fait réagir : moi j’ai surtout vu un parallèle entre Dieu et le père. D’ailleurs, la voix off du fils aîné s’adresse alternativement à Dieu et à son père.


  • Plume d'Argent

    @isapass a dit dans CinéPA-Club : retours de visionnage :

    moi j’ai surtout vu un parallèle entre Dieu et le père

    Haaaaaaaaan mais ouiiiiiiiiiiii !! Je n’y avais pas pensé, mais maintenant que tu le dis, ça me semble évident. Holala, révélation ! :heartbeat:


  • Journaliste PAen

    @Isapass J’avais pas vu ça non plus \o/ Mais c’est carrément cohérent !
    @itchane J’ai compris exactement comme toi, j’aurai pas mieux décrit l’histoire :)
    @Eilish chouette, je l’ai vu y a très très longtemps ce film, et je dis pas non pour le revoir (je crois qu’il m’avait un peu traumatisé, avec toute cette eau >< )


  • Plume d'Argent

    J’ai regardé le film suivant de la liste : Abyss ! (encore plus en retard que la fois d’avant : P )

    J’ai bien aimé l’ambiance et surtout les prises de vues sous l’eau. L’exploration du sous-marin au début avec tous les morts, c’était vraiment beau. La scène m’a beaucoup marquée.

    J’ai par contre trouvé que le scénario avait un peu vieilli. Je ne sais pas du tout dans quel contexte filmographique le film se situe, ça se trouve il y a 30 ans, ce genre d’histoire était inédite ! Mais le voir aujourd’hui en 2019 m’a fait une énooooorme impression de déjà vu, genre, “ha oué, c’est classique de chez classique”. Que ce soit la galerie de personnage, la fin hyper convenue, les discours “homme/femme”, “homme/nature” ou “militaires/civils”… Mais encore une fois, parler de “déjà vu” quand le film est sorti il y a 30 ans, j’ai conscience que c’est très injuste envers l’auteur. J’ai trouvé cela très classique mais peut-être parce qu’ils étaient les premiers à faire un truc si cool et ont été très imités ensuite ! Il faudrait que j’ai une meilleure culture cinématographique de l’époque pour répondre à cette question -___-

    Donc je n’ai pas de vrai critique à faire, j’ai trouvé les plans sous l’eau très beaux esthétiquement (on pardonnera les effets spéciaux de l’époque, ça aussi ça a clairement vieilli mais cela ne saurait être une remarque constructive, personne n’y peut évidemment rien), l’histoire se tient très bien, la galerie de personnage est riche… mais j’ai eu le sentiment qu’aujourd’hui, en 2019, ce n’était pas hyyyyyper passionnant de regarder Abyss à moins d’être prévenu d’avance d’un “c’est le mètre étalon d’un futur genre qui sera repris par beaucoup de monde” (mais je ne sais même pas si c’est effectivement le cas…) ou au moins d’un “pour l’époque c’est très avant-garde comme scénario”.
    C’est vrai qu’il y a une bonne répartition homme-femme avec des rôles pas trop clichés, un beau discours sur l’ouverture d’esprit face à l’étrange, une critique du système militaire provocant des escalades inutiles, etc., qui étaient peut-être très osés en1989. Mais vu en 2019 cela semble tout de même traité assez naïvement :thinking:

    Et vous, vous en avez pensez quoi ? :D

    ( Merci encore @Eilish pour avoir lancé l’idée ; ) )



  • @itchane Je l’ai vu il y a 15 ans et il était déjà naze. je suis pas certain qu’il y a 30 ans il était meilleur :sweat_smile:


  • Plume d'Argent

    Haha Toluene, ça au moins c’est un avis tranché ! x’D
    Je n’aurai pas dit naze, je n’ai juste pas été très très intéressée :thinking:
    Mais j’ai toujours le sentiment qu’il a juste mal vieilli ^^"


Log in to reply
 

Looks like your connection to Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.