Qui de la poule ou de l'œuf....



  • Mon avis rejoint celui des plumes qui se sont déjà exprimées. Si le lien avec le lecteur se fait à travers les personnages, ce sont les personnages qui me rattachent à l’histoire. L’histoire n’est que ce qui arrive aux personnages, leurs conflits… Si les personnages ne fonctionnent pas, il n’y a pas d’histoire. Je battis autour d’eux : en quoi leur environnement les influence-t-il, leur passé, leur société…? C’est le point de départ et d’équilibre. Après des personnes secondaires, épisodiques sont créés pour servir l’histoire des personnages principaux.
    Bon courage @Olek


  • Plume d'Argent

    Aaaaaaaaah comme ce sujet est complexe ! Mais pour y apporter une réponse courte, je dirais que ça dépend. Par exemple, j’ai construit ma première histoire, celle qui compte le plus pour moi et que j’ai le plus de mal à montrer, entièrement autour de mes personnages. Mais sinon, en général, l’histoire ou ses grandes lignes sont plutôt pour moi préexistantes à mes personnages. En fait je dirais que ça dépend de l’état d’esprit dans lequel on se trouve et surtout de si on es détaché ou non de ce qu’on écrit.


  • Journaliste PAen

    Je dirai aussi un peu des deux… Souvent j’imagine une situation ou un univers avec un personnage à l’intérieur. Je ne sais pas ce qui vient en premier, je pense que c’est plutôt simultané. Après je construis les autres personnages et les situations à partir de ce duo de départ, qui évolue toujours en parallèle. Je croisque je ne peux vraiment pas dissocierce duo perso/situation en fait ☺


  • Plume d'Argent

    Moi en général je commence avec la trame d’une histoire. Puis le personnage arrive. Et après c’est un peu comme un entonnoir renversé, j’ai le début, je pense avoir la fin mais finalement je suit le personnage dans son parcours souvent parsemé d’embuches non prévues initialement.



  • Soso l’incruste s’invite.
    Je trouve la question très intéressante, bien que très casse-tête… Je dirai que je suis sur les deux modes. Pour certains romans je commence par poser le décor et ensuite j’y ajoute les personnages en criant ACTION ! Alors que parfois, je débute avec les personnages et ensuite je leur donne la réplique dans un décor qui défile en fonction d’eux.
    Cette réflexion me fait beaucoup penser à Tolkien qui a créer uniquement l’histoire du Hobbit et du Seigneur des Anneaux pour inscrire dans un univers la langue qu’il avait créer étant donné qu’il était philologue. Il a d’abord créer un élément de son univers avant d’y introduire des personnages. On peut même dire qu’il a d’abord inventé le langage avant de créer des gens capables de le parler x)
    Je préfère généralement finalement - après être revenu sur ce que j’ai écris - créer des univers avant d’y introduire les personnages. Parce que je trouve que l’être humain est beaucoup plus complexe à faire vivre qu’un monde inventé de toute pièce. Maudit humain.


  • Plume d'Argent

    @jdd Et puis personne n’a jamais précisé que c’était un œuf de poule… ^^


  • Plume d'Argent

    Là, je ne te suis pas… ^^


  • Plume d'Argent

    @jdd Oh mince. Moi qui qui pensais à un sens caché super intelligent… ^^


  • Plume d'Argent

    Chouette question ^^
    Les idées me viennent de manière aléatoire. Des fois c’est un personnage créé avec @Vava-Omete , ou bien quelqu’un dans la rue / dans une fiction qui m’inspire. Mais souvent les personnages restent dans un coin de ma tête jusqu’à ce que je trouve un univers, une histoire où ils pourraient être utile ou avoir un nid confortable.

    Souvent c’est une cause qui m’énerve, ou un sujet qui me fascine. Ca peut aller du cliché du prince riche à l’école ( comment en faire quelque chose d’inéressant, comment le cliché fonctionne aussi) aux horreurs faites sur des femmes. Dans ces cas l’univers et l’intrigue viennent bien avant les personnages. Et c’est pour ça que la plupart de mes écrits ont un univers trop développé et des personnages difficile d’accès =D Mais je m’améliore !


  • Plume d'Argent

    Moi, c’est les personnages en premier. Je les imagine ayant des interactions les uns avec les autres puis je tisse l’histoire de là. Après, il arrive que certains viennent s’ajouter en cours de route.



  • J’aime beaucoup ce sujet, c’est vraiment celui qui m’a le plus interrogée lorsque j’ai commencé à écrire vraiment, à vouloir créer quelque chose avec un début, un milieu et une fin… Et pour moi, ce sont toujours les personnages qui priment et primeront sur le reste, que ce soit en écrivant, en lisant ou en regardant.
    Pour tous mes petits bouts d’histoires, les personnages sont arrivés sans vraiment me concerter, avec leurs particularités physiques, psychologiques, leurs manies, le plus souvent même avec leur prénom (que je n’apprécie pas toujours, d’ailleurs). Parfois, leur passé, leur histoire sont aussi présents, de façon plus ou moins claire, de façon plus ou moins fractionnée… Je n’irais pas jusqu’à dire que l’intrigue est secondaire, ce n’est pas le cas, mais j’ai tendance à penser que si les personnages n’ont pas un petit quelque chose d’incarné, d’évident, ça ne peut pas fonctionner. Ce serait un peu comme tenter de bâtir une cathédrale vide, ça pourrait être joli, ça pourrait même être majestueux, mais ça n’aurait pas de raison d’être, d’être en soi… Après, peut-être qu’une intrigue se présentera à moi un jour, toute nue, et je serai probablement bien obligée alors de réviser mon jugement. :smile:


  • Plume d'Argent

    Vaste question ! :sweat_smile:
    Étant donné que je ne fais pas dans la création d’univers imaginaires riches et travaillés, j’aurais tendance à dire que c’est d’abord une idée qui apparaît et des personnages qui s’y greffent progressivement pour lui donner vie.
    L’idée peut tout aussi bien être celle du fil conducteur de l’histoire que l’élément déclencheur en lui-même. Pour A juste titre, j’ai d’abord eu l’idée du livre recouvert de papier kraft. L’héroïne est arrivée bien plus tard et a fortement contribué à la construction de “l’univers” (même si le mot me paraît un peu fort).
    Du coup, à mon sens, il y a un troisième élément à ajouter dans cette question de poule et d’œuf. Au-delà de l’univers et des personnages, il y a l’idée, le cœur du projet, ce qui fait qu’il est animé et qu’il va d’un point A à un point B. Et ça peut aussi être ça qui arrive en premier :wink: !



  • Oh, une question pour laquelle je n’ai pas besoin de réfléchir trop longtemps :heart: (pour une fois :p).

    Chez moi ce sont également les personnages qui arrivent avant l’histoire ! C’est à force de me poser des questions à leur sujet que le reste prend forme. T’es qui, tu viens d’où, où tu vas, tu veux quoi, pourquoi cette pelle à la main, qui est cette autre personne qui te suit, tu fuirais pas quelque chose ? etc. Au fur et à mesure que je parviens à répondre à ces questions, une trame se tricote et un univers (même un univers contemporain/réaliste, peu importe) s’étoffe.

    Je suis très très curieuse quand un nouveau personnage me visite de nul part, je m’accroche très vite à ces petites bêtes. Leur monde peut mettre des années et des années à se former, par contre. Quant à l’intrigue… :laughing:

    @olek a dit dans Qui de la poule ou de l'œuf.... :

    j’ai l’impression de me fermer beaucoup de portes à chercher une histoire sur mesure pour mes personnages

    Qu’est-ce que tu veux dire par là, Olek ? :nerd: (J’avais jamais envisagé ça comme ça (et je ne sais pas encore si je le vois comme tel), ça m’interpelle.)

    @fauchelevent a dit dans Qui de la poule ou de l'œuf.... :

    mais j’ai tendance à penser que si les personnages n’ont pas un petit quelque chose d’incarné, d’évident, ça ne peut pas fonctionner. Ce serait un peu comme tenter de bâtir une cathédrale vide, ça pourrait être joli, ça pourrait même être majestueux, mais ça n’aurait pas de raison d’être

    Je comprends tout à fait ce que tu veux dire et je partage assez ce sentiment ! En tout cas d’un point de vu d’auteur (je n’y ai pas encore réfléchi d’un point de vue de lecteur ; et ce n’était peut-être même pas ton propos :grin:).


  • Plume d'Argent

    @Beul Je veux dire par là que j’ai des personnages que j’aime beaucoup mais que j’ai du mal à les mettre tous d’accord sur ce qu’ils veulent faire et que pour écrire il faudrait que je suive l’envie d’un plus que des autres ce qui me ferme des possibilités. Je ne suis pas sûre que ce soit plus clair…

    En tout cas merci à tous pour vos réponses !



  • Je dirais que ça dépend des gens et des contextes. Parfois, un personnage ultra développé me vient en tête et je lui crée une histoire, afin qu’il ne reste pas dans les méandres de mon esprit à ruminer ses détails. En revanche, il y a des fois où on a une idée d’histoire et pas de protagonistes à y faire évoluer. Donc ça dépend :)


  • Plume d'Argent

    Je dirai même que des fois c’est une idée qui est à l’origine de tout. Pas une idée d’histoire ou de personnage mais plutôt “un concept”. En gnéral de mon côté je pense que j’ai un peu des tas d’idée de perso, de scène, de lieu, d’histoire et qu’une fois que j’ai assez d’ingrédient à mettre dans ma marmite, je réfléchit à comment les cuisiner ensemble.


  • Plume d'Argent

    @Gueule-de-Loup moi aussi je fais ça^^



  • @Gueule-de-Loup C’est joliment dit, et c’est vrai que c’est souvent ça, en réalité ^^



  • Hmm j’ai souvent en tête UN personnage dans UN contexte bien précis mais au moment de l’écriture ce personnage évolue énormément au point de ne plus ressembler au personnage d’origine. Après… je suis complètement d’accord avec @Gueule-de-Loup :D


Log in to reply
 

Looks like your connection to Forum Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.