Et toi, c'est quoi ton rêve ?



  • Hello tout le monde!

    Fraîchement arrivée, toute excitée de commencer ce journal de bord et devenir enfin plus rigoureuse dans l’écriture, voici donc les petits projets sur lesquels je travaille :-)

    Ma dernière création, celle qui me tient probablement le plus à coeur :

    Et toi, c’est quoi ton rêve ?

    0_1536150528693_Capture.PNG

    *Nous sommes en l’an 2044, à l’ère du tout connecté.

    Dans ce monde, tout est collecté : données, informations personnelles, métadonnées des objets connectés, maison connectée, ville sous caméras de surveillance. Grâce à l’analyse de toutes ces données, il est possible de tout savoir de la vie d’une personne, ses préférences, ses envies, son intimité, et de l’aider dans ses choix, de lui dire la voie à suivre, de lui déterminer sa trajectoire pour une société parfaite.

    C’est pour cela que dans ce système, chaque personne ou maison est dotée d’un “coach”, une intelligence artificielle robot qui conseille la personne et analyse à chaque instant ce qu’elle fait ou pense pour lui dicter ce qu’elle doit faire ensuite. Cela permet d’alléger la pensée, d’après ce que les dataïstes défendent.

    Car les dataïstes, ce sont eux les nouveaux gourous de cette société, dont ils ont le pouvoir en formant le “Datapitole”. Ce sont eux qui connaissent mieux les personnes qu’elles-mêmes, grâce à toutes les données qu’elles ont pu collecter sur elles. Les dataïstes prennent les décisions pour tout un chacun, car ils savent mieux qu’eux ce qui est bon pour eux. Ils forment les couples au matching parfait, ils prennent les rendez-vous chez le dentiste lorsque la brosse à dents connectée révèle une anomalie buccale,

    Et la seule condition pour le bon fonctionnement du système, c’est que chacun fasse confiance aux dataïstes et suive la voie qui lui est tracée. Et pour éviter tout déraillement, une seule interdiction a été posée : il est interdit de rêver.*

    Actuellement, j’ai écrit cette histoire sous forme de pièce de théâtre. Parce que je voulais y ajouter une spécificité : cette pièce est un procès.

    Thomas est jugé coupable pour avoir voulu attenter contre le Datapitole et corruption des âmes pour les faire rêver. Chloé, dataïste, est jugée coupable pour complicité et trahison contre son camp.

    Pendant ce procès, nous suivons l’histoire de Thomas et de Chloé, dont les chemins vont s’entrecroiser autour d’une jeune fille, Alice, qui un jour leur a posé la simple question suivante : “Dis-moi, c’est quoi ton rêve ?”

    Les scènes sont rythmées par les trois coups de marteau du Juge qui mène ce procès, et les histoires racontées par chacun des témoins sur les faits.

    A côté, j’ai un autre manuscrit qu’il me faut retravailler, d’un tout autre genre : Les Carnets du Métro parisien.

    C’est un recueil de nouvelles, composé de toutes les histoires, les rencontres, les rêveries que j’ai eues, en prenant simplement le temps d’observer les gens dans le métro, en m’amusant à dessiner les expressions que je relevais d’un coup d’oeil, deviner les histoires qui se cachaient derrière ces visages, et à écouter les histoires de sans-abri que j’ai pris le temps d’inviter à prendre un café, pour les aider et les connaître.

    J’aimerais reprendre tous mes gribouillis et accompagner mes textes avec, qui vont de l’observation de l’enfant jouant sur le côté, et la vieille femme maugréant toujours les mêmes paroles, aux copines gloussant des commérages du jour, jusqu’au sans-abris qui prend son courage à deux mains pour nous livrer son récit.

    Au Café des Egarés

    Là encore, autour projet qui n’a rien à voir! Mais encore un recueil d’histoires courtes.

    Etant taïwanaise, j’ai baigné dans les cultures chinoises et japonaises (eh oui, les petits pays qui se sont fait coloniser un peu par tous sont souvent empreints d’une culture hybride!), et fascinée par les traditions et les superstitions, j’avais fait un mémoire en chinois sur l’influence des superstitions sur la société.

    Et j’ai eu envie de reprendre ce travail pour en faire un petit recueil d’histoires.

    Le Café des Egarés, c’est un petit café tenu par une vieille grand-mère. Coup de blues ? Doute ? Hésitation ? Venez donc, entrez, prenez le temps de vous installer dans le petit fauteuil qu’elle vous a aménagé, prenez le temps de vous confier, et laissez-vous porter, le temps d’un instant, par un de ses charmes qu’elle tient de son pays, laissez-vous bercer par l’histoire de cet objet mystérieux qu’elle va vous donner, fermez les yeux et oubliez, et repartez bouleversé, mais plein d’une confiance nouvelle…

    Avec des contes, des légendes, tout ça à partir de curiosités asiatiques, pour faire découvrir une toute autre philosophie.

    Et un petit dernier roman, une histoire / conte que j’ai eue envie d’écrire et d’illustrer, plutôt jeunesse : La forêt

    *En 2084, la forêt était devenue un lieu hostile. Plus personne ne s’en approchait. À force d’avoir voulu l’exploiter, les hommes avaient déclenché sa colère. Les pins s’étaient dressés, immenses et menaçants, et couvraient les villes de leur ombre effrayante.

    Il était devenu rare, d’avoir la lumière. Seuls les quelques 2% qui s’en étaient bien tirés de l’ère de la désertion, principalement les vainqueurs de cette nouvelle guère, les industriels qui avaient fourni les armes, avaient pu s’acheter les quelques lopins de terre qui avaient été épargnés. Les autres vivaient dans l’obscurité permanente.

    On avait essayé, de retourner dans la forêt. De la combattre. Mais les 2% de ceux qui en étaient revenus avaient perdu leur voix et leur air hagard étaient indéchiffrables. Les autres avaient disparu.

    Charlotte, une jeune enfant, regardait souvent cette masse énorme et sombre qui frémissait à chaque coup de vent à travers la fenêtre du grenier. La maison familiale était assez haute pour surplomber le voisinage, et elle se réfugiait souvent au sommet pour contempler ce qui l’émerveillait. Elle ne comprenait pas pourquoi on en interdisait à tous l’accès. Ces hauts feuillages, cette couleur verdoyante profonde, ce parfum mystique la faisaient frissonner autant qu’ils l’attiraient. Chaque nuit, elle plongeait son regard dans cet ailleurs, et malgré le voile épais de brouillard qui l’entourait, elle était persuadée d’y discerner des petites boules lumineuses qui s’y réveillaient et s’y baladaient.

    Alors, un jour, elle décida d’y aller. La nuit, elle s’est faufilée au dehors de la maison, et elle a suivi le chemin jusqu’à la forêt.

    Elle décide de s’y aventurer. Elle découvre alors que seuls ceux au cœur pur peuvent pénétrer dans la forêt. Et pour le démontrer, il y a trois épreuves à traverser, qui questionnent la nature humaine. Ce sont les trois fondements de l’humanité. Le respect, l’empathie et l’amour.

    Commence alors un long voyage pour la jeune fille, à la découverte d’un autre monde, d’un ancien monde, mais aussi à la découverte de la nature humaine et d’elle-même.*

    Voilà, voilà!

    Il me tarde de publier ces histoires sur PA et d’avoir vos conseils!!! :)



  • Waouw, que de projets et comme les présentations en sont bien soignées!
    Bienvenue à toi, Leefei (ou devrais-je dire Anne-Sophie?)!
    Comme tu l’auras peut-être constaté, tout le monde par ici est plongé dans ses lectures comme il y a un événement en cours. Alors il y aura peut-être moins de réactions que d’habitude là tout de suite ^^.

    L’événement en question est le “Plumest Show” qui consiste en la nomination par des pairs d’histoires dans diverses catégories. Nous sommes actuellement en train d’en lire un maximum pour ensuite désigner des vainqueurs :).

    Si j’en parle, c’est que je viens de lire les trois premiers chapitres d’une histoire qui fait écho à ce que tu dis sur Les Carnets du Métro parisien et dont je voulais du coup te conseiller la lecture ;).
    Le titre en est À juste titre. Si tu es tentée, en voici le lien

    D’autres pensées m’ont traversé en lisant cette première entrée de journal de bord, mais je vais te laisser t’installer tranquillement avant de vraiment me mettre à te bombarder de références et anecdotes ^^.


  • Plume d'Argent

    Bienvenue sur PA (j’ai lu ta présentation hier soir, avant de m’endormir sans te laisser de messages) et sur ton journal de bord ! Ton projet a l’air très alléchant et l’image est superbe :D


  • Plume d'Argent

    Bienvenue dans ton journal de bord, @Leefei.
    Quelle belle couverture ! Je suis impressionnée par ta présentation et par le nombre et la diversité de tes projets, qui ont l’air déjà bien avancés.
    Bon vent à toutes ces histoires prometteuses.



  • J’ai super hâte de lire "Et toi, c’est quoi ton rêve ?"
    ça faisait longtemps qu’un résumé ici ne m’avait pas fait aussi envie.



  • @leefei Bienvenu sur ton Jdb, toutes tes histoires ont l’air intéressante, mais encore plus “Et toi, c’est quoi ton rêve ?” par son fond et aussi sa forme. Moi aussi j’ai écris une pièce de théâtre et j’aimerais bine la voir jouer, mais rien que le résumé de la tienne et là j’ai vraiment envie d’aller la voir !


  • Plume d'Argent

    Bienvenue dans ton JdB !

    Tu devrais jeter un coup d’oeil à la fiction A juste titre de @Cliène : son héroïne fait la même chose que toi et invente les histoires des gens qu’elle croise dans le métro :)



  • Bienvenue sur ton JdB ! Ton premier titre me fait penser à la trilogie Promise d’Ally Condie, où les destins des gens sont aussi prédéfinis à l’avance… En tout cas pour ce qui est de l’univers, car le mode de narration et le contexte du récit sont très originaux !



  • Salut @leefei ! Bienvenue sur ton journal de bord ! Pioufff ! Bravo pour toute cette imagination ! Tes projets d’écriture s’annoncent très sympas. Je ne suis pas une grande fan de théâtre, mais tu éveilles une certaine curiosité chez moi avec le premier écrit que tu présentes… et avec les autres aussi ! Au plaisir de te lire prochainement :)



  • Bienvenue sur PA et ton JDB, @leefei !
    Mon côté rôliste a pris le dessus en lisant la présentation de “Et toi, c’est quoi ton rêve ?” J’y ai vu un gros potentiel interactif, avec les joueurs prenant des décisions, se retrouvant coupable ou juge, ou essayant de hacker le système. Il y aurait facilement quelques campagnes à faire. (Le transmédia ! Le transmédia ! disparaît)

    Hâte de lire tes projets sur PA en tout cas (mon petit cœur a une préférence pour le Café des Egarés) !



  • Que de projets @leefei ! C’est très impressionnant, et Et toi c’est quoi ton rêve…ben envoie du rêve :rofl: Et puis les pièces de théâtre, ça ne coure pas les rues de nos jours.
    Bon courage pour tous ces jolis écrits ! :sunflower:



  • Merci beaucoup pour tous vos messages de bienvenue!!

    @niel Effectivement j’y ai pensé!! J’adore le transmédia et j’adorerais pouvoir créer de tels projets! Malheureusement il me manque l’équipe nécessaire encore… J’affectionne particulièrement les formats à la Phallaina… (incroyable oeuvre d’ailleurs!)

    @Mary Merci!! C’est vrai que les pièces de théâtre sont peu communes, j’aimerais justement pouvoir créer un nouveau format de lecture, afin de ne pas être catégorisée “théâtre” mais toujours roman, mais avec un format plus dynamique et innovant… C’est un défi que je m’impose! J’ai posté le prologue sur FPA, si tu as le temps du coup d’y jeter un oeil!! :)

    @MLdlG Merci beaucoup!! Ahah avec plaisir si ma pièce a pu susciter ton intérêt!! J’aimerais la transformer en roman hybride, avec le dynamisme des dialogues de la pièce de théâtre, mais la profondeur des romans… Si tu as des conseils, je suis vraiment preneuse!! J’ai posté le prologue sur FPA, mais si tu as un peu de temps pour lire la pièce en entier, ce serait un énorme honneur :))

    @ClaireDeLune Merci beaucoup pour la recommandation!! Je ne connaissais pas Promise, je vais y jeter un oeil! merci encore! :))

    @Isapass Effectivement!! J’y ai jeté un oeil et sacré découverte! Notre approche est différente toutefois car mes histoires n’ont pas de fil rouge… si ce n’est qu’elles ne sont que des imaginations d’histoire de l’esprit, sur des visages inconnus ou des curiosités capturées d’une rame à l’autre! J’ai posté la première histoire sur FPA déjà! :)

    @Dworkin merci beaucoup!! J’ai vraiment écrit la pièce d’une traite (en dix jours à vrai dire) et maintenant je la reprends, pour lui donner plus de profondeur… Afin d’avoir le maximum d’avis, j’ai déjà posté le prologue sur FPA, je serais ravie d’avoir ton retour sur la pièce!

    @Fannie merci beaucoup!!

    @Elia Merci!! J’adore créer des visuels, que ce soit graphiques ou simplement des gribouillis ou illustrations… Ca me permet de plus baigner dans l’univers et de me motiver je pense! Ahah



  • Un roman avec le dynamisme des dialogues ça s’appelle un roman dialogué. Certains en font ici :wink:



  • @audrey-lys Ahah je vois ce que tu veux dire! Mais il ne s’agit pas d’un roman dialogué ici, car la mise en scène est importante. C’est-à-dire l’attention prêtée aux costumes, les changements de scène, les couleurs que l’on voit, la musique en fond… Peut-être effectivement l’illustrer alors ? Je ne sais pas trop. Les didascalies font vraiment partie intégrante de l’oeuvre!



  • Difficile à dire, pourquoi ne pas simplement enlever les didascalies ? Je veux dire les mettre en normal, pas en italique. Ça permet de se rapprocher du roman sans changer un mot.



  • Se rapprocher de la liberté offerte par le format du roman tout en gardant le dynamisme qu’on peut trouver dans une pièce de théâtre?
    Écrit le sous forme de scénario de long métrage :-)
    Sinon j’ai lu le prologue, n’hésite pas à me faire signe quand tu auras publié la suite :-)



  • @leefei Je ne crois pas que leur format soit identique à Phallaina, mais ça m’a fait penser à l’éditeur Via Fabula qui propose des livres adaptatifs :)


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.