FLOOD- Atelier virtuel d'écriture



  • Pour poster vos travaux, c’est ici!


  • Plume d'Argent

    Échauffement du 29/06 :
    Cuce : n.f. Petit insecte de la famille des Cupsicidaténaés (latin : Cuccuculucus Picantauris), parasite commun du rapsopoil et de la varticuline rayée. La cuce présente la particularité de muter lorsqu’elle absorbe de l’alcool. Elle peut alors soulever 10 000 fois son poids et ne se souvient de rien le lendemain.
    Auner : v.i. du 1er groupe. Action de creuser un trou en n’utilisant que ses fesses. (Ex : Tu aunes pour planter tes salades ?)
    Oltens : n.m. dérivé du Danois médiéval (Oltënst). Désigne un sac en fourrure dans lequel on s’enferme pour dormir après l’avoir suspendu à un arbre. Le oltens était surtout utilisé en cas de risque d’attaques d’ours, qui les prenaient pour des grosses poires (les ours ont horreur des poires).
    Mordera : adj. Néologisme dérivé de l’expression “Mort de rire” (Ex : “Yo, t’es trop fun, chuis mordera”)
    Nennoste : n.f. Outil de précision servant à extraire les molaires des huîtres. Rare.



  • (Merci de partager vos ateliers avec nous ^^ c’est vraiment super )

    Échauffement:
    Cuce: N.f. Vase sacré dans lequel est servi de la neige fondue mélangée au sang des chefs lors de réunions solennelles.
    Auner: N.m. Bonnet à franges, symbole des Oltens ayant fait voeu de célibat pour se dévouer à la protection des montagnes Obscures et de leurs populations
    Oltens: n.m. Peuple des montagnes Obscures vivant en autarcie, divisés en diverses tribus.
    Mordera: n.f. Plante vénéneuse mortelle à longues tiges vertes tachetées de blanc, particulièrement communes dans les montagnes Obscures
    Nennoste: n.m Jeu d’os qui peut se jouer de un à six joueurs dont les Oltens sont adeptes.


  • Plume d'Argent

    @wakanda : sympa d’avoir choisi un thème global ;) Ta nennoste me rappelle les jeux gallois de Perceval :)



  • Aaaah je découvre les premiers postes! Super! Isapass au taquet, comme d’habitude !

    Comment vous avez trouvé? Facile? Difficile ?

    J’en profite pour vous dire que grâce à l’aide de @Vava-Omete nous avons surmonté notre petite panne technique: le plat de résistance est en ligne!

    Bonne continuation 😄



  • Aaaah trop bien vous utilisez Dice Stories pour générer vos histoires !!! :heart:
    Ma participation à l’échauffement :

    • Cuce; adj non genré. Insulte affectueuse pour quelqu’un d’un peu nouille, un peu tarte, un peu tête en l’air “Mais quel cuce il a oublié son repas !”
    • Auner; n.m. Aumône à verser aux Prêtres Indigents lors de la fête des Pauvres.
    • Oltens; nom propre. Ville aux confins de l’empire, réputée pour ses forges et ses fabriques de machines
    • Mordera; nom propre. Grande Prêtresse des Prêtres Indigents.
    • Nennoste. patois. “Jamais” “sûrement pas” “tu peux crever pour que je le fasse”

  • Plume d'Argent

    @lg L’échauffement ça va : suffisamment ouvert pour pouvoir se lâcher d’une façon ou d’une autre. En revanche, le plat de résistance me paraît plus sioux. Surtout qu’il y a plusieurs dés communs entre la première et la troisième photo !
    Ça fuse déjà dans ma tête, mais il faut que je termine mon chapitre du jour. Je verrai si j’ai le temps de m’y attaquer ;)


  • Plume d'Argent

    @isapass a dit dans FLOOD- Atelier virtuel d'écriture :

    Échauffement du 29/06 :
    Cuce : n.f. Petit insecte de la famille des Cupsicidaténaés (latin : Cuccuculucus Picantauris), parasite commun du rapsopoil et de la varticuline rayée. La cuce présente la particularité de muter lorsqu’elle absorbe de l’alcool. Elle peut alors soulever 10 000 fois son poids et ne se souvient de rien le lendemain.
    Auner : v.i. du 1er groupe. Action de creuser un trou en n’utilisant que ses fesses. (Ex : Tu aunes pour planter tes salades ?)
    Oltens : n.m. dérivé du Danois médiéval (Oltënst). Désigne un sac en fourrure dans lequel on s’enferme pour dormir après l’avoir suspendu à un arbre. Le oltens était surtout utilisé en cas de risque d’attaques d’ours, qui les prenaient pour des grosses poires (les ours ont horreur des poires).
    Mordera : adj. Néologisme dérivé de l’expression “Mort de rire” (Ex : “Yo, t’es trop fun, chuis mordera”)
    Nennoste : n.f. Outil de précision servant à extraire les molaires des huîtres. Rare.

    :joy: :joy: :joy: ils sont tous gé-niaux! “Tu aunes pour planter tes salades?” Celui-là c’est mon préféré



  • hé hé, j’ai trouvé cet entraînement bien sympathique :) Des belles idées sortent de vos têtes et ce qui est superbe c’est la variété des productions, ça m’épate.
    Je ne me lance pas dans la suite de suite, (pardon, répétition) mais je le garde en tête.
    en attendant, voici mes étirements plumesques du jour :
    Cuce : nom féminin. Besace permettant de ranger des objets lourds et ou encombrants par le procédé élémentaire d’agrandissement/réduction. La capacité du sac dépend de la magie pratiquée pour le fabriquer.
    Auner : verbe. Action d’invoquer le démon Aun.
    Oltens : nom propre. (voir aussi pic d’Oltens) Montagne la plus haute de la chaine des Auras. Abrite des espèces endémiques et rares. Des légendes et mythes parlent d’un trésor enfouit dans les profondeurs du mont, gardé par des dragons des Hauteurs.
    Mordera : nom masculin. Métal d’origine elfique servant à forger des épées.
    Nennoste : nom propre. Vent scintillant présent dans les vallées du Sud. Son nom lui est dû grâce aux nennos déposés lors de son passage à la saison automnale.



  • Cuce: terme francisé; provient de la langue allemande (Kuss). Désigne une manière d’embrasser toute germanique, avec beaucoup de retenue, après avoir fait semblant d’ignorer son partenaire toute la soirée.

    Auner: dérivé du verber aumôner. Technique d’espionnage consistant à approcher sa cible déguisé en moine ou en mendiant sous couvert de demander l’aumône.

    Oltens: Groupe de hooligans s’affrontant dans des joutes de ola parfois meurtrières, toujours sanglantes.

    Mordera: Archipel d’îles paradisiaques du sud de l’Europe, apparues suite à la montée des eaux. Anciennement: Portugal.

    Nennoste: le nennoste est à la paléontologie ce que la matière noire est à la physique. Longtemps au coeur d’une violente controverse scientifique, il fut l’objet de nombreux duels au petit matin où d’illustres spécialistes perdirent la vie.
    Finalement découvert par un stagiaire sur un chantier de fouilles, désormais plus persone ne remet en cause l’existence d’un os pélevien chez le tyrannosaure nain du Népal.


  • Plume d'Argent

    Cuce, n.f. : Terme vulgaire pour désigner le fruit du rubus venusia, aussi appelé framboisier des demoiselles. Ayant la particularité d’être l’une des plantes aphrodisiaques les plus puissantes de France, le mot cuce est probablement dérivé du terme argotique cul.
    Auner, v. tr. (conj. 1) : Action d’accomplir un exploit dans une discipline précise afin d’en devenir le nouveau référentiel. (Ex : En faisant une si grande récolte d’olive, il venait d’auner toute l’agriculture de Provence. Zola, La petite tombe)
    Oltens, n.m. : Groupe de population d’Azerbaïdjan (Asie Mineure) caractérisé par l’utilisation fréquente de l’onomatopée “olt !”. Féminin : Oltense.
    Mordera, n.f. : Patois provençal, et plus spécifiquement marseillais. Désigne tout poisson ou cétacé susceptible d’endommager une installation navale, et entre autres la fameuse Sardine qui boucha tout le port de Marseille.
    Nennoste, adj. : Qualifie une personne d’une telle laideur que personne n’ose l’accueillir chez elle. (Ex : Il est trop nennoste, je ne veux pas le voir.)


  • Journaliste PAen

    Échauffement :

    Cuce : n.m. : Monnaie officielle des habitants de la Cucie, cité antique assez méconnue de nos historiens. Cette belle plume d’auteur coûte trois cuces
    Auner : v. : Réaliser une action au nez et à la vue de tous, sans honte ni regrets. J’aune flatuler maintenant que j’ai beaucoup de cuces.
    Oltens : n.m : Grande perche permettant de tendre un objet vers le haut pour l’exhiber à la foule, par exemple. Mais où est donc cet oltens pour que je présente le nouvel héritier au peuple cucéen ?
    Mordera : Forme verbale oralement dérivée du verbe “mordre”, spécialement du futur “mordra”. Certains diront que cette forme verbale n’est utilisée uniquement pour tout ce qui concerne les morsures de rats. Mordera ou mordera pas ?
    Nennoste : n.f. : Ancienne terminologie médiévale pour “nonante”. Cette machine à écrire va te coûter une nennoste d’anciens cuces, mon cher ami.


  • Plume d'Argent

    Rholala ça déchire :laughing:
    Y a des perles !
    Une petite palme pour le “Auner” de @Dédé :joy:



  • Bravo à tous, il y a vraiment de belles définition !

    Par contre, je constate que le second exercice vous inspire moins 😶🤗


  • Journaliste PAen

    Je n’ai découvert le topic qu’aujourdhui ! Il me faut un peu de temps pour le second défi. Il y a une limite de mots ou pas ?


  • Plume d'Argent

    @lg pour le plat de résistance, c’est 15 à 20 min par histoire ou pour les trois ? J’espère que c’est par histoire, sinon je risque de vous faire du grand n’imp !



  • @Isapass , @Dédé : pas de limite de mots et effectivement c’est bien 15-20 minutes par histoire 😉
    Je mets les miennes en ligne lundi ou mardi, j’ai un peu la flemme de me mettre à l’ordi 😁


  • Plume d'Argent

    Allez, je me lance pour le plat de résistance ! Les deux tiers, du moins, parce que je cale un peu sur la troisième histoire. Indulgence, s’il vous plait…

    Première photo (25 min, j’ai triché de 5 min) :

    Un homme appelé Déamor avait réussi dans le commerce des moutons de Persalie à toisons d’or et de tortues des Carmates aux carapaces incrustées de pierres précieuses. Au prix de trahisons, de méfiance, de flatteries, son empire devint immense et sa fortune, colossale.
    Autour de lui gravitaient des essaims d’ambitieux et d’envieux. Comme il se reconnaissait en eux et savait donc de quoi certains étaient capables, il s’isola dans son immense demeure.
    A l’heure de mourir, couché dans son immense lit de plumes aux draps de soie, il ne laissa pas la mort l’approcher. L’intrigante, il en était sûr, en voulait à son or.
    Elle l’engagea à s’interroger : voulait-il vraiment continuer à vivre ? Ne considérait-il pas que son existence avait assez duré ? Ne se sentait-il pas fatigué ?
    Mais Déamor ne voulait rien se laisser prendre, ni écus, ni faiblesse, ni sa vie.
    Alors la mort lui proposa un marché : elle lui donnait trois fois cinq jours qu’elle décompterait sur son boulier pour trouver la lumière de la connaissance, la fontaine de bonté, et la porte de l’humanité. S’il réussissait, il aurait tous les éléments pour décider lui-même. S’il échouait, elle l’emmènerait.
    Il accepta et, rassemblant ses forces, se mit en route.
    Il parcourut la Terre en tous sens. Le cinquième jour, il trouva la lumière de la connaissance. Il l’arracha à son gardien et la cacha sous son habit pour l’emporter.
    Le dixième jour, il découvrit la fontaine de bonté. Il écrasa ceux qui venaient y boire, la fit démonter, et reconstruire dans son jardin privé.
    Le quatorzième jour, il dénicha la porte de l’éternité, la plaça dans une caisse et l’emmena chez lui.
    Le lendemain la mort revint. Il lui montra fièrement ses trouvailles.
    La mort lui demanda de considérer ce qu’il en avait fait. La lumière ne brillait plus, la fontaine était asséchée et la porte cachée.
    Alors ses yeux se tournèrent d’eux-mêmes vers l’intérieur de son corps et il vit son cœur. Il était si petit, et si sec qu’il aurait pu passer par le trou d’une serrure. On aurait dit une graine de l’an passé.
    Il comprit que rien n’avait jamais germé de cette noix, et que rien n’en pousserait. Il tendit la main vers la mort, implorant. Et celle-ci, charitable, l’emmena avec elle, comme une amie. La première et la seule qu’il ait jamais eue.

    Deuxième photo (15 min) :

    “Cher Papa, chère Maman,
    J’espère que vous allez bien.
    Moi, ça va. La colo est sympa, et je me suis fait des copains.
    On est installés dans un château très beau. On a des chambres pour quatre, elles sont très grandes et chacune à sa propre salle de bain.
    Les repas sont vraiment très bons. Je mange beaucoup mieux qu’à la cantine et même qu’à la maison. J’ai même terminé tout mon céleri.
    Les monos sont super cools et ils ont beaucoup de bonnes idées. Lundi, on a visité un jardin botanique avec des fleurs que je n’avais jamais vues. Pour qu’on s’amuse pendant la visite, il y avait un grand jeu de piste, et mon équipe a gagné.
    Mercredi, les animateurs avaient préparé un genre d’escape game. Les indices étaient compliqués ! Il fallait même une loupe pour en voir certains ! C’était super bien fait, on s’est vraiment bien éclatés.
    Hier soir, c’était la veillée : autour du feu de camp, on a fait un repas trappeur et on a chanté et dansé. On s’est couchés très tard et on a tous fait la grasse matinée.
    J’ai même dansé avec une fille qui s’appelle Charlotte. Elle a des longs cheveux et des grands cils et elle me trouve drôle. Je l’aime bien.
    Aujourd’hui, il pleut, mais c’est pas grave parce qu’on va faire une chasse à l’homme à la lampe torche dans le château, et ce soir, on donne un spectacle de magie (ah oui, j’ai oublié de vous dire que j’avais appris à faire de la magie).
    Je suis quand même un peu triste, car Paddy me manque beaucoup. Je pense à lui très souvent et j’ai très envie de le voir. Dommage qu’il ne puisse pas être à la colo avec moi.
    Je vous embrasse très fort.
    Léo
    PS : mes copains se sont un peu moqués quand je leur ai dit que j’appelais Paddy mon IPad.”


  • Plume d'Argent

    Trop génial ces exercices @LG , je verrai si je trouve le temps !

    Cela me fait penser à l’émission de Radio “Des papous dans la tête” sur France Culture. Quelqu’un connait ?
    C’est exactement le même genre mais enregistré : une sorte d’atelier d’écriture radiophonique avec une équipe d’écrivains professionnels qui répondent à des défis et lisent ensuite le résultat pour le partager. Il y a aussi des défis plus “culture littéraire” comme tenter de deviner l’auteur (toujours très connu) d’un texte à partir d’un extrait, ou tenter d’imiter le style d’un auteur pour se faire passer pour lui etc,… je vous conseille grandement d’y faire un tour ! Perso je n’en rate pas un : )

    EDIT : j’ai trouvé un peu de temps pour la première partie du défi déjà :
    Cuce : Sac à main de très petite taille permettant de contenir un porte-monnaie et des clefs, mais rien de plus. Elle tenta de faire entrer le livre dans son cuce rouge, en vain.
    Auner : Action de vérifier dans le bac de retour de monnaie d’un distributeur si des pièces n’auraient pas été oubliées par le dernier utilisateur. Enfants, nous passions nos après-midi à auner dans le centre-ville, dans l’espoir sincère de devenir millionnaires.
    Oltens : Alcool parfumé et très fort produit par les moines d’une abbaye alsacienne. Sa recette reste aujourd’hui encore secrète. « Un petit coup d’oltens et ça repart. »
    Mordera : instrument de musique dont le son est proche de celui produit par les cigales. Il prit son mordera et en joua pour accompagner et ponctuer son poème.
    Nennoste : dispositif optique permettant de voir le monde à l’envers. Je chaussais mon nennoste et l’image ainsi renversée prit tout son sens.



  • C’est top comme exercice ça !
    J’aime beaucoup ta définition d’“auner” @itchane !

    • Cuce : n.f. régionalisme Se dit d’un habit, tissus, en mauvaise état, vieux, déchirés, tâchés. Synonymes : haillons, peilles, chiffon. Mire-moi c’te cuce avec laquelle elle astique les verres ! A ta place, j’le boirai pas ce pastaga !

    • Auner : v.i du 1er groupe. Supposer avec mise, parier. La mise standard de l’aune dépend de la région (mais à Marseille, c’est toujours plus).

    (Au fait, le verbe auner existe vraiment, et une aune est une unité de mesure véritable ^^)

    • Oltens : n.m. Ancien appareil médical servant à tester l’ouïe des patients. L’oltens consiste en un cornet acoustique, dont la tête du cône est introduite dans l’oreille. A l’autre extrémité est fixé un amplificateur sonique. Créé en 1632 par le Comte d’Oltens, il est rapidement abandonné suite à la surdité précoce de la Comtesse d’Oltens, première et seule patiente de son mari, lequel s’écria alors : “Comment ?”.

    • Mordera : interj. Forme contractée de “mort de rat”, la peste. Expression utilisée pour jurer durant la fin du XIVe siècle.

    • Nennoste : interj. du latin nec et nostre “pas nous”. Expression utilisée pour se dédouaner d’une bêtise, particulièrement populaire dans les fratries pour faire retomber la faute sur le plus petit.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.