Un agent littéraire : c'est quoi et pour quoi faire ?



  • Je me permet d’ouvrir un fil ici, même si je suis encore toute fraiche sur le forum, car ce sujet pourrait intéresser d’autres plumes. J’ai un agent, ce qui n’est pas très courant, car les agents littéraires sont rares en France. Cela dit, ils se développent en ce moment et c’est une étape obligatoire dans les pays anglo-saxons.

    1 ) Comment trouver un agent ?
    Normalement, il faut faire un dossier de soumission auprès d’un agent ou d’une agence, en respectant ce qu’ils demandent. Après, il vaut mieux procéder par réseau et être recommandé par un auteur qui est déjà suivi par l’agent en question.

    De mon côté, j’ai eu beaucoup de chance : j’ai participé au concours Blackmoon avec mon roman numéro 7 (Anergique) et j’ai fini parmi les 5 finalistes. J’ai retravaillé le roman avec une éditrice pendant des mois, mais finalement sa Directrice de collection n’a pas voulu le publier, car ils ont resserré leur ligne éditoriale et que le roman ne rentrait plus dedans. Toutefois, cette éditrice m’a gentiment recommandée auprès d’un agent anglo-saxon (Roxane Edouard de chez Curtis Brown), qui recherchait des auteurs français à représenter. Roxane a aimé Anergique, elle a proposé de me représenter et j’ai sauté sur cette opportunité, ce dont je suis absolument ravie.

    2) Quel est le travail de l’agent ?
    – L’agent relit les manuscrits de son auteur et les aide à les améliorer. Il est donc essentiel que l’agent et l’auteur soient sur la même longueur d’onde. De mon côté, c’est un bonheur de travailler avec Roxane, ses retours sont super constructifs.
    – L’agent se charge de défendre les manuscrits aux éditeurs : Roxane se charge de repérer les éditeurs potentiellement intéressés, de préparer les envois (résumé, présentation diverses) et de suivre les envois (les relances). Pour moi, c’est un rêve. Pas besoin de me soucier des envois, ni de préparer un résumé (je hais cet exercice), ni de prendre mon courage à deux mains pour relancer… et Roxane a un carnet d’adresse tellement plus grand que le mien, car c’est son job.
    – L’agent se charge de négocier le contrat : Roxane négocie l’avance, les droits d’auteur, les droits étrangers… C’est à nouveau le rêve, car je ne suis pas douée en négociation. Pourtant, c’est le nerf de la guerre. Je suis tellement dégoutée de voir plein de jeunes auteurs se faire arnaquer avec des pourcentages de misère.
    – L’agent peut aider à communiquer sur le livre si besoin.

    3) Comment se rémunère un agent ?
    Un agent se rémunère en prenant une part des droits d’auteur (entre 10 et 20%). L’inconvénient, c’est bien sûr que l’auteur en touche moins. L’avantage, c’est que l’agent ne touche des sous que lorsque son auteur est publié, pas avant (ne signez pas si un agent vous demande de payer quoi que ce soit avant la publication). De plus, si votre agent a bien négocié le contrat, vous n’y perdez pas.

    N’hésitez pas à revenir vers moi si je n’ai pas été claire, ou si vous vous posez d’autres questions.


  • Plume d'Argent

    Top top top

    merci pour ces infos



  • @touratiy a dit dans Un agent littéraire : c'est quoi et pour quoi faire ? :

    Top top top

    merci pour ces infos

    Tant mieux si ça peut-être utile. N’hésitez pas à me poser des questions !



  • C’est vraiment intéressant comme sujet :smiley:
    Récemment, sur youtube, j’avais vu une vidéo de Samantha Bailly sur l’agent littéraire :


    En tout cas, je partage ton point de vue, c’est beaucoup plus facile pour un auteur de négocier ses pourcentages quand il est soutenu par un professionnel que lorsqu’il se retrouve seul face à l’éditeur ^^ Surtout que les pourcentages sont souvent dérisoires…



  • Oui, elle est chouette cette vidéo !
    (Cela dit, je crois que Samantha a changé d’agent entre temps, c’est vraiment super important d’avoir confiance en son agent).



  • Très intéressant… merci Elikya… j’ai appris beaucoup de choses…



  • @cc a dit dans Un agent littéraire : c'est quoi et pour quoi faire ? :

    Très intéressant… merci Elikya… j’ai appris beaucoup de choses…

    Tant mieux, n’hésite pas à revenir vers moi si besoin.



  • Je ne savais même pas qu’il y avait des agents littéraires en France… Merci pour cet article !
    Petite question pour le cas où : comment fait-on pour trouver un agent ? :wink:



  • @apo a dit dans Un agent littéraire : c'est quoi et pour quoi faire ? :

    Je ne savais même pas qu’il y avait des agents littéraires en France… Merci pour cet article !
    Petite question pour le cas où : comment fait-on pour trouver un agent ? :wink:

    Pour trouver un agent, il faut lui envoyer une soumission, en respectant les termes demandés. Ce n’est pas forcément plus simple que de soumettre un roman à un éditeur, hélas.

    Voici, par exemple un lien avec des infos sur Roxane :
    [Roxane sur Curtis Brown] (https://www.curtisbrown.co.uk/agent/roxane-edouard)

    Il existe d’autres agents et agences que je ne connais pas, comme :
    • Agence littéraire Astier-Pecher
    • Anna Jarota Agency
    • Intertalent
    • Susanna Lea Associates
    • Editio Dialog Literary agency

    Dans ce cas, il faut chercher leurs consignes de soumission sur leur site.



  • @elikya Merci pour ces infos, c’est super intéressant! Et qu’est-ce que ça a donné de ton côté ton travail avec ton agent, si ce n’est pas indiscret?



  • @zénodote
    Alors, alors…
    Le travail avec mon agent n’a pas permis de trouver un éditeur pour Anergique, mon bouquin numéro 7. Par contre, tous les éditeurs ont répondu, et avec des retours détaillés.

    Ma grande joie du moment, c’est que le bouquin numéro 8, Le cirque interdit, a trouvé un éditeur à son pied. Mon agent m’a aidé à retravailler le manuscrit, elle a écrit un résumé, elle s’est chargée des envois aux éditeurs et des relances, ainsi que de la négociation du contrat.

    Pour le bouquin numéro 9, elle m’a fait un retour détaillé avec les points à revoir. Mais j’ai la flemme de m’y mettre en parrallèle avec les corrections éditoriales du Cirque… 😴


  • Plume d'Argent

    Merci @elikya pour toutes ces infos ! :smiley:

    Je suis allée parcourir le site web de ton agent. Elle représente énormément d’auteurs ! Le fait qu’elle soit anglo-saxonne te permet aussi te toucher ce marché-là ou bien es-tu cantonnée au marché français ?

    Et du côté des éditeurs ? Je sais que la notion d’agent littéraire est plutôt “neuve” en France. Est-ce qu’ils sont bien accueillis (les éditeurs y voyant une “marque de sérieux, de professionnalisme”) ? Ou les éditeurs restent sur leur garde face à ces représentants mieux armés que les auteurs ?



  • Merci pour ce topic très intéressant @elikya!! J’ai les mêmes questions que @Cliène haha!
    Je crois les doigts pour ta publication!
    Est-ce que tu connais la différence de pourcentages entre la négociation d’un agent et un auteur débutant seul?
    C’est un peu spécifique… mais je me demande jusqu’où certaines maisons vont avec ces pourcentages!



  • @lisharaz @elikya : je plussoie!! Je me pose exactement la même question !!



  • @cliène a dit dans Un agent littéraire : c'est quoi et pour quoi faire ? :

    Merci @elikya pour toutes ces infos ! :smiley:

    Je suis allée parcourir le site web de ton agent. Elle représente énormément d’auteurs ! Le fait qu’elle soit anglo-saxonne te permet aussi te toucher ce marché-là ou bien es-tu cantonnée au marché français ?

    Pour l’instant, le fait que Roxane soit anglo-saxonne me permet surtout de bénéficier de son expérience, car les agents français sont beaucoup plus récents et ils font partie de structures plus petites.
    En terme de traduction, il faut commencer par trouver un éditeur français. Puis, dans le contrat avec l’éditeur français, Roxane a obtenu le fait de garder les droits étrangers. (Je reviendrai plus tard sur la question de ces droits si ça vous intéresse). Roxane va donc essayer de vendre le roman à l’étranger, même si c’est extrêmement difficile. Il faut savoir que les traductions en anglais sont souvent les dernières vendues (c’est plus facile de commencer par l’allemand, l’espagnol, les langues des pays de l’est etc) car il y a énormément d’auteurs anglo-saxon et qu’ils sont bien organisés. Du coup, les éditeurs anglo-saxons ne cherchent pas à traduire des romans français. Le fait que Roxane soit anglo-saxonne est donc un petit avantage, mais si j’ai un conseil à donner, c’est que le fait de bien s’entendre avec son agent est beaucoup plus important que l’aspect anglo-saxon ou pas.

    Et du côté des éditeurs ? Je sais que la notion d’agent littéraire est plutôt “neuve” en France. Est-ce qu’ils sont bien accueillis (les éditeurs y voyant une “marque de sérieux, de professionnalisme”) ? Ou les éditeurs restent sur leur garde face à ces représentants mieux armés que les auteurs ?

    Du côté des éditeurs : les éditeurs français sont habitués à acheter des traductions, et donc ils sont habitués aux agents étrangers. Leur position vis à vis des agents qui représentent des auteurs français est très variable selon les éditeurs. Certains sont réfractaires, certains sont réticents et certains sont plus ouverts. Pour ma part, je pense qu’un éditeur qui refuse d’avoir affaire à un agent, c’est un éditeur qui redoute que l’auteur ne soit plus en position de faiblesse, et je n’ai aucun regret à ne pas travailler avec lui. Cela dit, je vous avoue que c’est facile à dire de ma part, car Roxane connait quasiment tous les éditeurs personnellement, à la fois pour caser des romans français et pour vendre des traductions, donc un éditeur qui refuse de travailler avec elle, c’est un éditeur qui se grille beaucoup d’opportunités.

    @lisharaz a dit dans Un agent littéraire : c'est quoi et pour quoi faire ? :

    Je crois les doigts pour ta publication!
    Est-ce que tu connais la différence de pourcentages entre la négociation d’un agent et un auteur débutant seul?
    C’est un peu spécifique… mais je me demande jusqu’où certaines maisons vont avec ces pourcentages!

    Merci beaucoup Lisharaz. :blue_heart:

    Je ne suis pas une spécialiste, mais voilà ce que je peux te dire : lors des négociations, pour mon premier roman, Roxane a obtenu 1% de droits d’auteur en plus pour l’édition papier et elle a fait baisser le nombre de ventes qui permet de passer au pallier supplémentaire (plus je vends, plus le pourcentage augmente).

    @lg a dit dans Un agent littéraire : c'est quoi et pour quoi faire ? :

    @lisharaz @elikya : je plussoie!! Je me pose exactement la même question !!

    J’espère que mes réponses conviennent ? N’hésite pas à revenir vers moi pour plus de précisions si besoin.


  • Plume d'Argent

    @elikya merci pour ta réponse éclairée et éclairante :wink:



  • @cliène : je ne suis pourtant pas une lumière ! :bulb:



  • @elikya Tiens nous au courant pour la publication :) Et sinon merci encore des réponses!!! Une tâche sombre en moins dans le tableau compliqué de l’édition XD



  • @lisharaz : merci, je donne des nouvelles dans ma chambre capitonnée pour ne pas polluer les autres fils.


  • Plume d'Argent

    @kittylou Très intéressante la vidéo, merci pour le partage.
    En plus de parler des agents, elle aide à toucher du doigt la “jungle” du monde du livre… Au cas où on aurait des illusions :laughing:


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.