Le Journal du Libraire



  • Hello à toutes et tous !

    Il s’avère que dans la vraie vie, je suis libraire à mon compte, avec comme spécialisation les BD, les mangas, les comics, les littératures de l’imaginaire, et que là je me fais une formation accélérée sur la jeunesse (hyperactivité ? Hein quoi ?).
    Pour la page facebook de ma librairie, je met en ligne toutes les semaines 3 chroniques (1 BD, 1 manga, 1 roman) sous le hastag #AuLibriusLesLectures et m’étant dis que cela pourrai intéresser les plumes, j’ai humblement demandé l’autorisation de les poster ici aussi.
    C’est donc avec l’aval de nos glorieuses admin, j’ouvre ici un petit journal d’avis et critiques rapides des sorties récentes en magasin !
    L’idée serai de mettre en ligne tous les mardi les chroniques de la semaine précédente
    (j’espère pouvoir m’y tenir !), chaque post correspondant à 3 nouvelles chroniques.

    N’hésitez pas à commenter, questionner sur le topic Le Journal du Libraire - Flood ( ;p ) afin que ce topic-ci reste clairement lisible.

    De même, si vous avez des ouvrages à conseiller pour les chroniques “Conseils des Lecteurs” qui soient dans ma spécialité, n’hésitez pas !

    Si j’arrive a faire un truc propre, ce post servira aussi de sommaire.

    Entrée 1 - Il faut flinguer Ramirez - Dr Stone - La Main de l’empereur



  • Entrée 1 - 26 juin 2018

    Il faut flinguer Ramirez – Éditions Glénat BD
    Dessinateur & Scénariste : Nicolas Petrimaux
    Traducteur : /

    On a aimé : Le scénario, l’ambiance, les dessins, l’humour.
    On a moins aimé : Le fait que le tome 2 soit pas encore sorti.

    Résumé : Ramirez mène une petite vie tranquille, entre cigarette et réparation d’aspirateur. Muet, bon dans son boulot, il profite de l’existence jusqu’à ce que sa route croise celle du cartel Rodriguez…
    Confondus (ou pas?) avec un tueur à gage bossant jadis pour le cartel et l’ayant trahis, Ramirez se retrouve pris en chasse par l’intégralité du gang… et c’est à ce moment là que ça part en vrille !

    Avis :
    Vous avez aimé Pulp Fiction ? Roméo doit mourir ? Zaï Zaï Zaï Zaï ? Alors il vous manque « Il faut flinguer Ramirez » dans votre bibliothèque ! Fondée sur une idée qui peut tenir sur un post-it (un réparateur d’aspirateur muet qui se fait courser par un cartel suite à un malentendu) cette bd est un bijou d’humour, d’action et de situations invraisemblables servies par un dessin et une mise en page ultra dynamique qui va parfois jusqu’à vous faire oublier que vous êtes en train de lire et non pas de regarder un film.
    Une très bonne surprise !
    Allez, je vous met le teaser dessiné par l’auteur :


    2_1530014777866_th.jpg



    Dr Stone – Glénat Manga
    Dessin : BOICHI (Sun Ken Rock)
    Scénario : INAGAKI Riichiro (Eyes Shield 21)
    Traducteur : [En cours de recherche]

    On a aimé : Le thème, l’histoire, les dessins qui changent des shonen habituels (merci Boichi!)
    On a moins aimé : Certaines situations sont traitées un peu rapidement.

    Résumé :
    Terre – quelque part dans le futur. Suite à un grand flash lumineux, l’humanité entière a été transformée en statue en l’espace d’une fraction de seconde…
    Des milliers d’années plus tard, Taiju, adolescent à la carrure hors norme, sort de son cocon de roche… et découvre que non seulement la nature à repris ses doigts sur Tokyo, mais qu’en plus l’humanité reste figées dans la pierre ! Seul, il part à la recherche d’autres survivants et finit par retrouver Senku, son meilleur ami a l’intelligence hors norme, qui, réveillé depuis plusieurs mois déjà, est en train de tenter de redonner vie à la civilisation humaine.
    Mais sont-ils réellement les seuls êtres humains à s’être réveillé ? Qui ou quoi est à l’origine du phénomène qui a figé l’humanité ? Parviendront-il à réveiller leurs semblables ? Malgré leurs doutes et le danger, les deux amis décident d’unir leurs meilleurs atouts, forces et intelligence, pour réveillée l’humanité…

    Avis :
    Une très bonne surprise que ce shônen manga qui sait allier avec une grande intelligence l’action, les situations humoristiques, l’apport de connaissances et le côté post-apocalyptique du récit. On reconnaît sans peine le style de Boichi et la patte scénaristique de l’auteur d’Eyeshield 21, qui se traduit par des personnages aux caractères forts et un peu extrêmes, les situations captivantes et les retournements de situations inattendus. Le manga va vite (trop?) et entraîne rapidement son lecteur dans les méandres de ce nouveau monde, mais aussi des relations entres les personnages et leurs antagonismes. En effet, à la façon d’un « Green Worldz », « Dr Stone » amène très vite ses héros à affronter leurs véritables adversaires… Et ça fait plaisir !
    0_1530014912654_34744363_10156558696826977_6541344481545814016_n.jpg



    La Main de l’empereur – Bragelonne
    Auteur : Olivier Gay
    Traducteur : Auteur francophone!!!

    On a aimé : Le format court (2 tomes), le personnage principal atypique, la cohérence des personnages
    On a moins aimé : Le format court (2 tomes =D)

    Résumé :
    Pour un gladiateur, la vie peut se terminer de deux façons : mort dans la sciure, ou mort au combat. Rekk est une exception… combattant hors pair, il est sorti de l’arène pour s’engager dans l’armée impériale. Repéré par l’empereur lui-même, il est envoyé dans les jungles Koushites pour lui servir de chien de guerre… Et rien ne l’arrête. Rien. Craint, haï, homme de fer à la réputation grandissante, il ne se doute pas une seconde qu’en quittant celle de combat, il est entré dans une arène bien plus dangereuse où la mort n’est pas l’unique façon de mettre fin à une vie…

    Avis :
    A mes yeux peut-être l’un des romans les plus aboutis du prolixe écrivain français Oliver Gay. Pour ceux qui ont lu « Les Epées de Glace », on se penche ici sur la jeunesse de Rekk le Boucher, légende terrifiante de l’empire, et on découvre à quel pont OUI ce personnage est juste génial… cohérent jusqu’au bout, dans son caractère, ses actes et, disons-le, dans toute son horreur, Rekk est un personnage principal comme on en voit un peu trop rarement…
    L’univers est solide, la saga vraiment prenante au point qu’on regrette qu’il n’y ai pas de troisième tome, et on finit le tome deux avec l’envie d’ouvrir « Les Epées de Glace » histoire de retrouver le personnage et de savoir ce qu’il est devenu ! Une réussite !
    0_1530014777866_51572K2fXjL.SX195.jpg



  • Entrée n°2 - 2 juillet 2018

    Juste une BD et un roman ce coup-ci, parce que j’ai fais une erreur dans ma programmation >.> mes excuses !! Du coup je développe un peu plus mon avis sur Le Monde selon Zach que j’avais un peu bâclé pour cause de rush client…

    Le Monde selon Zach – Bamboo Édition
    Dessinateur : Stéphane Massard
    Scénariste : Djet
    Traducteur : /

    On a aimé : Le format court (1 tome), l’ambiance, le dessin
    On a moins aimé : /

    Résumé :
    « Responsable « luminaire » dans un grand magasin parisien, Zach est un peu à part, un peu toqué, et installe des ampoules de couleurs rose partout où il passe. Sa petite amie le quitte, lassée de ce qu’elle croit n’être que des excentricités. Dévasté, Zach croise alors le chemin de Clélia, une jolie star du porno. Dans l’impossibilité de voir la réalité telle qu’elle est, Zach voit Clélia… comme une danseuse classique. Et, se sentant regardée comme aucun homme ne l’a regardée depuis longtemps, Clélia se laisse embarquer pour un Paris-Bastia… sur un scooter. » [BDGest]

    Avis :
    Bon, j’annonce tout de suite : GROS COUP DE COEUR sur cette BD qui sera très certainement dans notre sélection de Noël… j’avoue avoir une préférence pour les bandes dessinées qui me surprennent, qui abordent des sujets atypiques, ou qui ont une façon nouvelle de traiter un sujet pourtant poncé et re poncé par les différents médias. J’aime aussi beaucoup lorsque le dessin participe à l’ambiance de l’album, puisqu’à mes yeux ils font 50% d’une BD ou d’un manga. Et je fond particulièrement pour les ouvrages qui, alors que je suis en train de les lires en diagonal pour pouvoir les conseiller, m’attrapent sans me demander mon avis pour une lecture approfondie.

    C’est ce qu’il s’est passé avec Zach.

    Tout y est : le dessin, l’ambiance, la subtilité des relations entre les personnages, le thème atypique, la « magie » qui petit a petit s’immisce dans les pages, l’intelligence du scénario pourtant pas si simple que ça a traiter, les grandes illustrations surprises qui vous prennent de court au détour d’une page, les petits détails qui capturent l’oeil attentif… qui donnent envie de rouvrir la BD au début pour être certain(e) de n’avoir rien manqué.
    C’est un album qui fait du bien, qui évade l’esprit le temps de sa lecture et nous ramène sur terre le cœur un peu plus léger.
    Un peu plus rose =D (lisez l’album pour comprendre la référence. Ahah je suis diabolique !)
    Du bonheur !
    0_1530625855588_34601379_10156558759286977_3763657907086819328_n.jpg



    Le Cycle de Takeshi Kovacs 1 : Carbone Modifié (Altered Carbon) – Bragelonne
    Auteur : Richard Morgan
    Traducteur : Ange

    On a aimé : L’univers, la facilité avec laquelle on entre dans l’histoire, Poe.
    On a moins aimé : Le fait que le cycle de romansai été rebaptisé d’après la série…

    Résumé :
    « Dans un avenir pas si lointain, la mort n’est plus définitive : vous pouvez sauvegarder votre conscience et vos souvenirs et les réimplanter dans un nouveau corps. De fait, pour Takeshi Kovacs, mourir n’est plus qu’un accident de parcours : il a déjà été tué plusieurs fois. C’étaient les risques du métier dans les Corps diplomatiques, les troupes d’élite du Protectorat des Nations unies expédiées à travers la galaxie. Mais cette fois, on le ramène sur Terre pour mener l’enquête : un riche magnat veut élucider sa propre mort. La police a conclu au suicide. Or, pourquoi se suicider quand on sauvegarde son esprit tous les jours, certain de revenir parmi les vivants ? » [Bragelonne]

    Avis :
    Lu il y a longtemps (presque 10 ans en vérité) et un peu oublié, je me suis glissée avec plaisir dans la série tout en tiquant sur certains passages qui dérangeaient le souvenir que j’avais eu de cette trilogie. Du coup hop, réouverture de mon premier tome et… en effet, il y a quelques différences. Personnellement, même a la relecture, j’ai adoré cet univers un peu Blade Runner, très enquête noire, au personnage principal grinçant, lucide et parfaitement cynique.

    L’univers m’avait marqué : avec des concepts qui lui sont propres mais qu’on a aucun mal à intégrer, des descriptions très visuelles de certains endroits qui les rendent encore plus présents… tous les ingrédients sont là pour permettre une immersion totale qui entraîne le lecteur sur les pas de Takeshi Kovacs (prononcer Kovachs), chien de guerre, repris de justice, et détective privé improvisé au service de l’homme qui l’a fait sortir de stase avant la fin de sa peine… et qui faisait partie de ceux que Kovacs combattait. Dans une autre vie.
    Si dans la série Takeshi est un bourrin de combat, le roman nous brosse un personnage beaucoup plus pausé, attentif et en retrait, mais étrangement, l’un et l’autre sont complémentaires : le Takeshi de la série correspond à son support, et celui du roman à son univers… A vrai dire, je pense qu’avec les premières saisons de « Game of Throne » et la série « Les Orphelins Beaudelaire », « Altered Carbon » est une vraie bonne adaptation d’un support à un autre, mais aussi d’une période et d’un publique à un autre. A lire et voir !

    0_1530626190300_34600427_10156558859851977_1497623631184789504_n.jpg



  • Entrée 3 - 11 juillet 2018
    (avec un peu de retard, toutes mes excuses !!!)
    La première semaine du mois est une semaine un peu particulière dans les chroniques de la librairie : on y fait un listing de nos coups de coeurs où des découvertes de nos lecteurs.

    Coup de coeur de lecteur (mis en place en boutique après lecture de l’ouvrage ^^) :
    0_1531340492422_Conseil AL label.jpg
    Eh oui, parce que des fois, même souvent, c’est VOUS lecteurs et lectrices qui nous font découvrir des ouvrages ! Du coup on a eu envie de vous mettre à l’honneur avec ce label qui apparaîtra progressivement dans les rayons de la librairie !
    D’ailleurs j’en profite : des titres de romans à me conseiller ? =D

    Au Pays des Contes – Editions Michel Lafonn
    Auteur : Chris Colfer
    Traducteur : /

    On a aimé : la fluidité de l’écriture, l’univers.
    On a moins aimé : Que certaines situations soient évacuées un peu vite.

    Résumé :
    « Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. Et pour cause ! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais. » [Michel Lafon]

    Avis :
    Excellente découverte que cette saga jeunesse, chaudement recommandée par une jeune cliente de la librairie ! Si le scénario paraît classique ou proche d’un Narnia, l’originalité du tandem de héros, la mise en situation des personnages de contes, l’attachement de l’auteur à raconter les histoires telles qu’elles ont été écrites et le dynamisme du récit font qu’on se plonge sans retenue dans le roman pour en ressortir avec l’envie de découvrir la suite des aventures de Conner et Alex, mais aussi, et surtout, de Bouton d’Or, de Blanche-Neige, de Charlie Charmant, de Jack et de tous les autres !
    Facile à lire pour les enfants comme pour les adultes, présentant deux niveaux de lecture (aventure – magie – voyage initiatique pour les enfants et sujets de société – deuil – politique pour les adultes) qui sont étroitement liés sans non plus être imbuvables ou transparents, le premier tome du « Pays des Contes » est loin de laisser indifférent !
    A découvrir et faire découvrir !
    0_1531340457107_Le_Pays_des_Contes_Tome_1_Le_Sortilege_perdu_hd.png


    0_1531340517267_Conseil AL label.jpg
    Jamais – Bamboo Édition
    Dessinateur & Scénariste : Bruno Duhamel
    Traducteur : /

    On a aimé : Le dessin, le format, le côté « Vieux Fourneaux », la fin
    On a moins aimé : /

    Résumé :
    « Face à une catastrophe naturelle, il faut une force de la nature. Madeleine, c’est les deux. » [BDGest]

    Avis :
    Il est… vraiment très difficile de résumer cet album.
    Je dois avouer l’avoir commencé avec réticence, malgré une vive recommandation, en me disant vaguement que ça devait être un album surfant sur la réussite des « Vieux Fourneaux » de Lupano. Et quelle claque !
    J’ai ris, j’ai pleuré (oui oui), je me suis exclamée « mais quel c*n ! », j’ai continué de bouquiner en marchand après être descendue du train, et je suis arrivée à la librairie en me disant « ok, sélection de Noël direct ». C’est drôle, c’est touchant, ça prend aux tripes, les situations sont tour à tour cocasses, désespérantes ou littéralement explosives… bref, vous ne trouverez rien d’autre que du bonheur de lecture dans ces planches !
    0_1531340532023_Couv_319410.jpg


    Whispering, les voix du silence – Akata
    Dessinateur & Scénariste :FUJITANI Yôko
    Traducteur: OLIVIER Claire, KOECHLIN Anaïs

    On a aimé : Les dessins, l’univers, l’ambiance, la magie distillée en petites touche, la relation entre les personnages, le format court (6 tomes finie au Japon)
    On a moins aimé : /

    Résumé :
    Kôji a un secret… enfant, il avait le pouvoir de comprendre les animaux, mais aussi d’entendre la voix des choses. Pire, un simple contact lui permettait de lire dans les pensées des autres. Effrayés par ce talent, ses parents ont finit par le craindre au point que la perte de son don, au moment de l’adolescence, a été un soulagement pour le jeune homme.
    Il a pourtant gardé certaines habitudes, ne laissant jamais personne n’entrer dans sa vie privée, ni le toucher ou l’approcher de trop près… jusqu’à sa rencontre avec un petit garçon possédant le même pouvoir…

    Avis :
    Bon, on est dans la semaine des coups de coeur, DONC je peux dire que j’ai vraiment VRAIMENT adoré ce manga.
    Déjà à cause du sujet : outre le fait que ça touche une corde sensible chez moi et dans ma famille, la façon dont la question de la différence, mais aussi de la sensibilité à “l’autre monde”, est traité est juste formidable. C’est doux, c’est chaud, sans fausse note, pathos ou voyeurisme… on glisse doucement dans les pages et on sent, tout au fond de son coeur, vibrer cette petite corde qui enfant nous faisant entrer des voix dans le murmure des feuilles ou du vent.
    Ensuite à cause des dessins : Ils ne sont pourtant pas formidables, ou particulièrement détaillé, mais l’auteure apporte un soin très particulier à sa mise en page, à sa mise en ambiance, à la présence ou l’absence de décors, à la façon dont sont cadrés les personnages, leurs expressions ou absences d’expression, au fait que Kôji ne touche JAMAIS personne ou presque… le dessin est vraiment partie prenante de l’atmosphère du manga.
    Et au final parce qu’il dégage une ambiance très particulière, à la fois douce et électrisante. L’auteure, pour sa première incursion dans les mangas pour adolescent, signe ici une petite merveille !
    A lire !
    0_1531340600328_whispering-1-akata.jpg



  • Merci pour ces chroniques, elles donnent vraiment envie de s’y plonger. Je suis tentée par Whispering…


  • Plume d'Argent

    Génial le synopsis de Jamais, ça donne vraiment envie (Madeleine, c’est la vieille avec son chat sur la couverture?)



  • @elikya et @Zénodote merci pour vos retours ! ^w^/
    Ca me fait vraiment plaisir =D
    Par contre, est-ce que vous pouvez privilégier le topic "Journal du libraire - Flood pour les donner ? éoè
    Comme ça, sur le long terme, ça permetaux plumes qui passent sur le Journal d’avoir accès à toutes les chroniques sans avoir à trier parmi les commentaires éoè merciiii !

    Et vi =D Madeleine c’est la vieille sur la couverture =D elle est… explosive.



  • Merci beaucoup encore, Vava, pour tes chroniques. C’est toujours super intéressant !

    J’ai lu Whispering, c’est très chouette. Très émouvant et plein d’espoir, avec ces personnages au passé sombre qui essaye de s’en sortir.

    C’est très tentant le “jamais”, vu comme on est fan des “Vieux fourneaux”.

    Pour revenir sur les chroniques précédentes, je n’ai pas du tout aimé “Le Monde de Zach” par contre. Je trouvais les réactions des personnages pas assez réalistes, beaucoup trop absurdes, et le concept trop gentillet. Par contre, rien à dire sur le dessin qui est toujours aussi magnifique (J’avais beaucoup plus aimé “Croquemitaine” de Djet).



  • Entrée n°4 - 16 juillet 2018
    Cette semaine, la chronique du libraire est en avance pour la simple et bonne raison que je ne suis pas sur la boutique de Grenoble cette semaine. Du coup moins de temps libre ! Alors je profite de ma fin de journée de congé pour poster ici !
    Petit rappel, les commentaires et réactions sont à poster sur le topic “Journal du libraire - flood” si vous le voulez bien, afin qu’on puisse avoir toutes les chroniques sans devoir les trier des commentaires. Merci :heart: :heart:

    Les Lumières de l’aérotrain – Bamboo Édition
    Dessinateur : Johann Corgié
    Scénariste : Ducoudray Aurélien
    Traducteur : /

    On a aimé : La mise en page, le dessin, les rebondissements, le fait que ça soit un tome unique.
    On a moins aimé : /

    Résumé :
    Ils sont trois, trois à traîner leurs baskets et leur désœuvrement le long de la ligne Paris-Toulouse, sous les arches du point qui aurait dû accueillir le projet Aérotrain, en 1970. L’été se traîne, et eux avec, jusqu’au jour où ils rencontrent Lucie… jeune, pétillante, pleine d’allant, avec un père conducteur de train au Japon, une mère richissime, des idées pleins la tête… Lucie rayonne, Lucie passionne, Lucie bidonne aussi… mensonges et vérités s’entremêlent dans sa bouche aussi facilement que l’air y entre, et une nuit, sous les lumières de l’aérotrain, les choses tournent mal…

    Avis :
    Un tome unique surprenant, a la mise en page atypique qui enchaînes les plans fixe, les pleines page et les sorties du cadre sans jamais perdre de sa fluidité. Une histoire de vie et d’espoirs douchés par la fatalité des protagonistes, deux mois d’été qui semblent parfois filer à toute vitesse et d’autres fois s’étirer à n’en plus finir grâce au talent de mise en page de Corgié et à la maîtrise de scénario de Ducoudray. On se retrouve rapidement happé et fasciné par cette BD atypique, inquiet de savoir comment ça va finir, désireux de secouer ces trois ados, piégés, nous aussi, par Lucie…
    Et si vous aussi, vous suiviez les lumières de l’aérotrain ?
    0_1531768236971_Couv_334826.jpg


    The Promised Neverland – Kazé
    Dessin :: DEMIZU Posuka
    Scénario :: SHIRAI Kaiu
    Traducteur: CHOLLET Sylvain

    On a aimé : L’univers, les personnages, l’ambiance
    On a moins aimé : le dessin même s’il participe assez vite à l’ambiance de l’unviers

    Résumé :
    Grace Field House est un paradis… aucun des orphelins qui y vit ne dirait le contraire ! « Maman » veille sur eux, tout le monde s’entend bien, ils mangent à leur faim, dorment dans de bons lits… tout ce qu’on leur demande en échange c’est de faire des tests scolaires, de plus en plus durs, tous les jours. Parmi les enfants, Emma, Norman et Ray sont les plus âgés, mais aussi les plus intelligents et les meilleurs dans bien des domaines ! Alors quand ils découvrent ce qu’il se passe réellement derrière la façade idyllique de l’orphelinat, ils mettent tout en œuvre pour s’échapper, question de vie ou de mort !

    Avis :
    Un manga qui mérite amplement le battage médiatique dont il est entouré depuis quelques temps. Si les dessins sont un peu déstabilisant au début, on oublie rapidement le trait particulier de l’auteur pour se plonger corps et esprit dans les aventures des protagonistes. Comme eux, on est saisi d’horreur lorsqu’on découvre la vérité sur l’orphelinat, et comme eux, on est avide de savoir comment ils vont s’en sortir.
    L’une des forces de ce manga réside aussi dans le fait que personne n’est tout blanc ni tout noir… pas de héros sans faille, ni de méchant qui est juste méchant… tous ont leurs qualités, leurs défauts, leurs capacités propres… et tous participent à la dynamique de l’histoire dont l’ambiance devrait progressivement s’assombrir.
    J’adorerai lire le Light Novel d’origine !
    0_1531768383055_promised-neverland-1-kaze.jpg


    La Part des Ombres – Editions Scrineo & Pocket Imaginaire
    Auteur : Gabriel Katz
    Traducteur : /

    On a aimé : Le format court (2 tomes), retrouver des personnages déjà vu ailleurs, l’humour de Desmeon
    On a moins aimé : Le fait de devoir avoir lu les autres ouvrages de l’auteur pour apprécier pleinement le diptyque.

    Résumé :
    « La Goranie était jadis une terre de conquérants, elle n’est plus aujourd’hui qu’un pays occupé, avec à sa tête un roi fantoche. Dix ans déjà que les Traceurs, peuple guerrier descendu des montagnes pour « pacifier » le pays, règnent en maîtres sur le royaume. Discipline, terreur, corruption, tout semble fonctionner sans le moindre accroc jusqu’au jour où tout bascule. Une noce qui tourne au drame, un massacre tenu secret… et un homme qui se dit revenu d’entre les morts, pour lever le peuple contre l’occupant. On l’appelle le Fantôme, et pour animer la lame de fond qui renversera le régime, il a besoin de combattants – des mercenaires de haut niveau, capables d’encadrer, de former, et d’affronter les terribles guerriers de la Trace.
    C’est ainsi qu’entrent en scène trois personnages venus des quatre coins du monde (et surtout des autres séries de Gabriel Katz) : une maîtresse de guerre, un gladiateur de haute volée et… un beau gosse qui ne sait pas très bien comment il s’est fait entraîner là-dedans. » [Scrinéo]

    Avis :
    Comme toujours Gabriel Katz nous attends au tournant de ses histoires pour nous surprendre, nous faire douter, et pire, nous faire profondément détester des personnages qu’on adore pour finalement les ré-adorer cinq minutes plus tard. On recroise avec plaisir des personnages tirés des autres sagas de l’auteur, même si je trouve un peu dommage qu’il soit nécessaire d’avoir lu ces derniers pour pleinement savourer « La Part des Ombres » dont le scénario, solide, et les protagonistes secondaires, intéressants et creusés, suffisent déjà largement à porter le lecteur comme l’intrigue. En bon maître du jeu, l’auteur nous brosse encore une fois un univers de fantasy où tout peut basculer du jour au lendemain, où on est pas sûr de retrouver les héros vivants à la fin, et dont la plume se met avec bonheur au service de la gouaille de ses personnages les plus cyniques.
    Un excellent voyage en terre de Goranie !
    0_1531768430548_La-part-des-ombres_une-OK-676x1024.jpg

    Merci de votre lecture !
    N’hésitez pas à faire vos retour dans la section Flood ;)


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.