La qualité d'écriture ne fait pas l'édition


  • Plume d'Argent

    En premier lieu, je suis troublée par l’amalgame qui est fait entre algorithme et intelligence artificielle. Mais bon, je reconnais mon ignorance en informatique.

    Pour le moment, je n’y crois pas. Quand on voit la peine qu’on a à développer des correcteurs orthographiques fiables, je n’arrive pas à imaginer qu’une machine parvienne à analyser quelque chose d’aussi complexe que la qualité littéraire d’un texte.
    Quant à mesurer le degré d’émotion qui s’en dégage, à mon avis, c’est une absurdité. La machine saura lire et analyser les mots et les phrases, mais lire entre les lignes, comme on dit, c’est une chose que seuls les humains peuvent faire.
    En revanche, j’imagine tout à fait qu’une telle machine puisse prévoir quels textes se vendront le mieux. (Et quand on voit le succès des fameuses 50 nuances (…), ça laisse songeur…)

    La constatation faite dans les débuts de l’informatique reste vraie : “garbage in, garbage out”. Le résultat dépendra des critères d’analyse qu’on introduira dans la machine. Dans tous les cas, la littérature sélectionnée de cette manière sera standardisée et tout ce qui sortira du lot sera écarté. Donc on écartera les œuvres originales et novatrices, on écartera les écrivains qui marcheront hors des sentiers battus, aussi talentueux soient-ils.

    Mais je trouve aussi que ces recherches sont fascinantes et je serais curieuse de voir comment une intelligence artificielle se débrouillera dans l’analyse et l’évaluation de textes. Et, comme le dit le dernier paragraphe de l’article, ce qui sera passionnant, c’est la manière dont elle justifiera ses choix.



  • Je trouve ce sujet très intéressant et j’ai appris beaucoup de choses en le lisant…
    J’avoue que ces derniers temps, je commence à développer une petite intolérance aux algorithmes… J’ai l’impression qu’ils sont partout et qu’ils finissent pas “diriger” notre pratique du net et indirectement notre vie. Je ne suis pas “anti-progrès”, loin de là, et les algorithmes sont bien utiles dans bien des cas mais les appliquer à l’art et à la création je trouve ça assez triste.
    Il est intéressant de s’interroger sur la finalité de l’écriture… C’est un art très chronophage, qui demande du travail et beaucoup d’investissement et de ténacité… écrire mon roman m’a pris du temps et m’a demandé des efforts alors pourquoi ???
    En ce qui me concerne, j’aime, voire j’adooore l’acte d’écrire… lorsque je suis devant mon clavier, mes doigts courent sur les lettres, le texte apparait sur l’écran, les idées s’enchainent, les scènes se dessinent dans mon esprit, puis je m’arrête, je m’interroge, je cherche comment me sortir d’une difficulté, je ferme les yeux, Que ressent mon personnage ? A quoi ressemble ce lieu ?.. Quand je fais tout ça, c’est sans doute le seul moment où je me sens à ma place dans ce monde de fou, où je me sens vivante, accomplie, à l’aise… J’ai appris qu’on appelait ce genre “d’instant de grâce”, le FLOW… Et bien quand j’écris… je suis dans le flow :grin:
    et c’est déjà un si beau cadeau…
    Après j’ai envoyé mon manuscrit au Concours Gallimard… D’une part parce que la date butoir de ce concours m’a beaucoup aidée à aller au bout de mon roman et d’autre part parce que j’avais envie de savoir ce que vaut ce que j’ai écrit…
    Bien sûr que le parcours de Christelle Dabos fait rêver, que ce doit être fabuleux de voir son oeuvre publiée, lue par beaucoup de monde, de rencontrer ses lecteurs… et puis ça fait du bien de rêver un peu aussi…
    Après, personnellement, il me semble que lorsque je vais réaliser… d’ici un mois ou deux, que Gallimard ne m’a pas contactée et que je ne fais surement pas partie des heureux et talentueux finalistes, je ne vais pas me dire “Gallimard n’a pas bien lu mon livre, ils n’ont pas compris l’énooorme potentiel de mon oeuvre !” Je vais plutôt me dire que ce n’était pas assez abouti ou pas assez bien écrit… Je ne trouve pas très constructif de se poser en victime, ce n’est pas ça qui fait avancer et progresser.
    Mais chacun son point de vue… et chacun ses rêves…
    Je trouve déjà super d’avoir pu publier quelques chapitres ici et avoir eu quelques retours constructifs… Pour moi le plus compliqué est d’avoir une petite idée de la “qualité” de ce que j’écris… Est-ce que ça peut plaire, ou pas… parce que ma maman est très fan MAIS c’est ma maman ! :smile: :smile: :smile:
    Merci en tout cas pour ces discussions très enrichissantes…


  • Plume d'Argent

    Coucou tous !
    Je prendrais le temps de tout lire ce weekend mais vos retours m’intéressent beaucoup sur la question !

    Je passe juste vous poster ces deux articles, qui étayent un peu le post concernant l’encombrement du marché et le nombre de titre à gérer par les libraires :

    • Journal le Monde dont le titre me fait doucement rigoler mais qui a des infos vraiment intéressantes, comme le fait qu’en 2017 il est sorti plus de 8700 ouvrages par mois en moyenne (toutes catégories confondues) et presque 130 nouveautés par jour !
    • le document SNE concerné qui vous redirige directement vers un document .pdf ultra intéressant.

  • Plume d'Argent

    C’est une discussion super intéressante et je ne résiste pas à la tentation d’y mettre mon grain de sel.

    Il me semble qu’à court terme, la qualité d’écriture ne suffit pas pour publier un roman. C’est difficile de savoir si le niveau est atteint mais, même s’il l’est, il faut tomber sur l’éditeur qui chercher ce genre de roman au bon moment. Il y a donc un facteur chance.

    Plus un auteur connait le milieu, plus il a d’expérience, et plus il aura d’info qui permettent de savoir quel éditeur recherche quoi à quel moment.

    Je pense que c’est un travail de très longue haleine, qui nécessite une persévérance absolue durant de longues années. Il vaut mieux avoir plusieurs romans sous le coude, comme plusieurs cordes à son arc. Souvent, cela paie au bout de plusieurs années et je suis heureuse de croiser tout un tas de grenouilles sur les stands de grandes et de petites maisons d’édition. Courage !


  • Plume d'Argent

    Je dépoussière un peu le topic qui était parti autour des éditeurs, des auteurs, et du circuit du livre.
    Le Monde a publié une vidéo qui explique un peu le pourquoi du comment des répartitions. Y’a des approximations, mais globalement, c’est pas mal du tout (et pour une fois, on tire pas sur les libraires, ces vils profiteurs du labeur des autres xD )
    https://www.lemonde.fr/culture/video/2019/09/10/que-paie-t-on-quand-on-achete-un-livre_5508678_3246.html



  • Merci @Vava-Omete. C’est assez clair, même si, comme tu le souligne, il y a des approximations. J’avais vu, il y a environ 6 mois de cela, un blog qui disait à peu près la même chose. @Cricri pourra confirmer ou infirmer ces dires, mais il semblerait qu’en gros, c’est à peu près ça.


  • Plume d'Argent

    Je suis d’accord avec @Vava-Omete c’est une bonne base.
    Bon, alors une précision tout de même : en général, la première variable, c’est le droit d’auteur
    :cloud_lightning: sujet sensiiiiible
    Surtout qu’il y a de nettes différences entre les auteurs de genre (jeunesse, notamment),entre les auteurs eux-mêmes, le grand format ou les poches, etc. Ces petites ou grandes différences sont toutes liées à la surproduction qui est un autre vaste sujet de débat.

    Faut pas me lancer là-dessus… :confounded: Je retourne préparer mon chapitre, je me tais :p



  • Ah j’ai vu cette vidéo pas plus tard qu’hier ! Mais oui j’ai tiqué aussi sur la variable du droit d’auteur, pour les mêmes raisons que @Mary (d’ailleurs tu devais pas nous préparer un petit topic sur le sujet de la chaîne du livre toi ? :p )


  • Plume d'Argent

    Moi j’ai la vidéo sans le son alors que sur d’autres sites, je n’ai pas ce souci. Y aurait-il une astuce qui m’échappe sur ce site-là ?


  • Plume d'Argent

    @litchie Oh la la siiii 😱 Faudrait que je m’y colle un jour…


  • Plume d'Argent

    @Mary si jamais t’as besoin d’aide fait signe =D je dois en faire un aussi depuis 2017 >.>

    @Fannie ah ! J’avais le même soucis. En fait le son de la vidéo est mis sur “off” d’office. Du coup il suffit de passer la souris sur la vidéo et de cliquer sur le symbole du son, et hop !


Log in to reply
 

Looks like your connection to Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.