Les Livres Techniques pour écrire : carcan, aide, support ou bible à suivre à la lettre ?



  • En lisant le topic Quand les livres parlent d’écriture j’ai réalisé que je ne me servais absolument jamais de ce genre d’ouvrages, pour deux raisons : 1. j’en ai trop bouffé à la fac 2. la plupart me gonflent, en bon jardinier que je suis. Du coup, poussé par la curiosité, j’ai un peu creusé autour de moi (jardinier, trou, vous l’avez ? Ok je sort…) et il en est ressortit plusieurs tendances :

    • Cieux qui, comme moi, n’ont pas l’utilité de tels ouvrages
    • Cieux pour qui écrire ne s’entend pas sans livres techniques derrière pour les aider même si iels ne font pas du copié-collé non plus.
    • Cieux qui voient ça comme une aide, un support, dans loquel picorer au besoin quand on est bloqué
    • et cieux pour qui les livres techniques, c’est à suivre à la lettre comme une recette de cuisine de grand restaurant : si ces auteur.e.s ont fait des succès avec, c’est que c’est la meilleure chose à faire.

    Ce qui m’interroge : pour vous quelle est la meilleure attitude envers ces ouvrages qualifiés de “références” ? Est-ce que c’est plutôt un carcan à vos yeux ? Une aide ponctuel ? Un sacré support sans lequel vous seriez démuni.e.s ? Une bible à suivre à la lettre ? Est-ce qu’un auteur qui a été publié a forcément raison / la formule miracle ?

    [Ah, et non, c’est bien “loquel” et “cieux” je m’essaie de plus en plus au neutre =D]



  • À titre personnel, je trouve que les livres techniques pour écrire servent avant tout d’avoir un autre point de vue. Ca permet d’avoir un autre avis sur le même sujet, d’apprendre une nouvelle approche qui peut ou ne peut pas nous convenir. :D Donc, au pire, on a appris comment quelqu’un d’autre aborde le même sujet que nous, et au mieux, on a appris des choses qui vont nous servir dans le futur. Dans tous les cas, c’est bénéfique, à mes yeux.

    C’est un peu comme échanger avec quelqu’un sur nos méthodes respectives d’écrire, sauf que la personne, en occurence, a écrit un livre. Bref, c’est une source de curiosité de “comment font les autres, tiens ?” avec aucune obligation de suivre, et surtout, à jamais suivre à la lettre (surtout que certains conseils peuvent s’appliquer à une certaine langue et deviennent donc désuets dans une traduction dudit conseil, comme Stephen King qui déconseille les adverbes, si je me souviens biens)



  • D’après moi, ce genre de livres sont bien pour avoir un point de vue différent, sortir de sa zone de confort et tester autre chose ou avoir une base. Malgré tout, je suis plus du genre à n’en faire qu’à ma tête et suivre mes envies ^^


  • Plume d'Argent

    Personnellement, je n’ai jamais utilisé un de ces livres. J’ai regardé un peu ce qu’on trouve sur l’internet, j’ai cherché et parcouru des sites de conseil à l’écriture et je me suis vite lassée : j’ai l’impression que ce que j’écris n’entre pas dans ces “cases”.
    Il faut dire aussi que j’ai peu de temps pour lire. Alors je préfère le consacrer à la littérature ou à des sujets sur lesquels je veux me documenter pour mes fictions. Quand un roman est bien écrit, il m’inspire d’une certaine manière, même si l’histoire est très éloignée de ce que j’écris. Je pense qu’on apprend beaucoup par l’exemple.



  • C’est un sujet intéressant d’autant que les références en la matière sont nombreuses (et d’autant plus si on ajoute tous les articles de blog qui foisonnent sur le net). A titre perso, je n’utilise pas vraiment ce type de bouquins “techniques” pour plusieurs raisons :

    1. Ils manquent pour beaucoup selon moi d’une véritable profondeur de contenu. J’en avais acheté un ou deux, on passe 100 pages à expliquer comment écrire un dialogue sur la forme (tiret cadratin, guillemets à la française, guillemets à l’anglaise, définition d’un verbe d’incise…) ou quels sont les différents types de points de vue et focalisation du narrateur. Pour moi, ça n’a pas vraiment d’utilité, dans la mesure où ce sont des choses généralement apprises au collège, ou facilement retrouvables dans les bouquins publiés si on a un doute ^^
    2. Ce manque de fond cache souvent ce qui est à mon avis un des gros problèmes en écriture : il est difficile d’en parler et de donner des ficelles. Quand j’ouvre un bouquin de ce type, j’espère peut-être trouver des tuyaux sur comment écrire telle ou telle type de scène (une scène de bataille, par exemple).
    3. A ça, on ajoute le fait que la pratique de l’écriture me parait personnel (on a déjà le découpage jardinier/architecte, mais il y a encore une infinité de modèles). Il me parait difficile de sortir un bouquin miracle, d’autant que la plupart des “trucs” des uns et des autres ne s’adaptent pas forcément à nous. Alors les livres types : “10 étapes pas à pas pour écrire votre roman” me laissent un peu septique ^^ Si je veux, je veux pouvoir écrire d’abord le milieu du bouquin, ou trente pages, avant de commencer à réfléchir en profondeur sur l’univers (quitte à réécrire après) et puis c’est tout ^^ Pareil pour les corrections. Je suis donc complètement opposés aux recettes de grands restaurants (d’ailleurs, le profil auteur de certaines personnes qui publient ce genre d’ouvrage me laisse dubitative également)
    4. Et enfin, je pense que @Fannie soulève un point essentiel qui me fait pencher encore un peu plus du côté de la non-utilisation : on apprend beaucoup à écrire en lisant. Parce que le livre véhicule avec lui des émotions subjectives et fragiles, qu’un ouvrage se proposant de décortiquer finirait par vider de leur substance, en un sens :)

    Donc voilà, vous l’aurez compris, je ne suis pas très enthousiasmée par ce genre de livre, dans le sens où j’ai souvent l’impression que l’on vend un peu du rêve à l’auteur débutant, sans forcément posséder derrière la matière suffisante et la capacité à la transmettre. A la limite, pour quelqu’un qui n’aurait jamais vraiment lu et qui écrirait depuis peu, il serait utile d’apprendre les règles de bases en terme de syntaxe et mise en page. Dès que l’on devient un peu plus aguerri, je pense que le recours aux livres publiés eux-mêmes et aux bêtas-lecteurs est nettement plus efficace !



  • Ca va être intéressant vu que je suis à l’opposé ^w^
    Je suis dans une catégorie mixte, c’est à dire que je trouve ce genre de livres très utiles pour développer ses talents et ses points faibles, mais certainement pas des recettes de cuisine. D’ailleurs je déteste les livres qui se posent en gourou, ça m’agace.

    1. Les livres qui expriment comment écrire du point de vue de la gramme, l’orthographe, la conjugaison, le dialogue, la mise en page ne font pour moi pas partie des livres qui parlent d’écriture. Ils traitent de l’aspect technique de la chose, mais se résume plus ou moins à “Comment préparer sa toile, tirer un trait droit, etc” Donc clairement un livre qui ne parle que de ça ne m’intéresse pas. (Hormis pour la ponctuation vu mes lacunes >.> mais c’est une autre question)

    2. Un livre à contenu intéressant pour moi contiendra des exemples de différents types de construction scénaristique ( les 3 actes, la combinaison des quarts etc), des discussions au sujet de l’expression des relations inter-personnages. Un livre qui me dit " une bonne histoire = cette idée + cette idée" n’est pas pour moi un livre d’intérêt. Par contre, un qui soulève des questions sur la création de l’intrigue, de l’univers, sans poser de carcan en mode recette à succès, là, oui je suis très intéressée. Surtout qu’en général les exercices de ce genre de livres sont éclairants.

    3. Au sujet de la langue : effectivement beaucoup de ces livres sont en anglais. De mon point de vue, parce que les anglophones ont un pas d’avance sur les francophones : ils considèrent que l’écriture peut s’apprendre. Ces livres peuvent s’appliquer à la langue française parce qu’on ne parle que de construction d’histoire, et non pas de la rédaction. Le modèle occidental anglophone ou francophone est très proche, il faut aller en Asie de l’Est pour trouver des concepts différents, avec notamment le kishotenketsu.

    4. Apprentissage par la lecture : c’est effectivement un point clef non négligeable. Il y a une part de passivité, de réflexes qui viennent avec une lecture abondante. Néanmoins, je trouve qu’une lecture éclairée d’un livre en essayant de le décomposer pour comprendre les techniques utilisées par l’auteur peut également être bénéfique. Des techniques qui peuvent ou non se retrouver dans ces livres à discussion.

    En conclusion, je dirai que beaucoup des livres / blogs publiés sont peu intéressants et racoleurs, souvent avec des conseils fermés, sans ouverture à la discussion. Je voulais aussi marquer la différence entre livres de français et livres d’écritures.

    Il existe des livres qui peuvent offrir une réflexion plus poussée et permettre à l’écrivain de mieux se situer dans son univers de création, des raccourcis à une lecture critique ou un éclairage nouveau. Je trouve vraiment important de s’interroger sur les techniques existantes, les assimiler et les tordre. Pour moi, cela fait partie d’une réflexion nécessaire à toute création. Les exercices d’écriture aident à se mettre dans des situations inconnues et à augmenter l’expérience de l’écriture. Je ne vais pas lire ces livres pour qu’ils me disent comment écrire, mais je vais les lire pour obtenir un nouvel éclairage.

    là j’espère que je ne me suis pas trop trop embrouillée >-<



  • Intéressant point de vue @Danan-Omeci ^-^ Le fait que tu ne mettes pas les livres portant sur la grammaire, conjugaison, orthographe etc change un peu la donne. Malheureusement je trouve que beaucoup de livres “techniques” présentent largement cet aspect-là, et c’est pourquoi je n’investis pas ^^

    Je suis aussi un peu sceptique vis-à-vis des schémas de constructions scénaristiques. J’admets que ça peut débloquer, mais quelque part ça peut aussi simplifier une intrigue, et il y a beaucoup d’histoires qui sont trop “lisibles” dans le sens où elles suivent des schémas vus et revus.
    Par contre, ce qu’il m’arrive d’utiliser, ce sont des listes de questions sur l’univers que je m’établis moi-même en m’inspirant des différentes dimensions développées dans les bouquins que j’affectionne (type d’habillement selon les classes sociales, de mobilier, architecture des villes importantes VS celle des villes moyenne VS des villages et hameaux, condition de l’accès à l’eau potable et j’en passe) ou en mixant parfois quelques questionnaires d’internet

    Pour l’apprentissage de l’écriture, eh bien justement, je suis un peu dubitative dans la mesure où je ne sais pas si ça s’apprend vraiment. Bien sûr; j’imagine qu’on progresse, qu’assister à des cours enrichis, qu’on peut travailler pour que cela devienne plus facile, mais les histoires sont tellement plurielles que j’imagine mal un apprentissage qui ne ressorte pas mis à mal de sa confrontation avec la rédaction en elle-même.

    Et je suis tout à fait d’accord pour ce qui est de l’analyse des bouquins, en revanche :)



  • J’aime beaucoup les questions également @CielOrage , c’est de questions en questions que viennent les meilleures idées je trouve.

    Pour ce qui est des schémas scénaristiques, je les trouve intéressant pour l’apprentissage. Par exemple si je n’ai pas à me soucier de la structure scénaristique pour une histoire, je peux alors plus me concentrer sur les relations entre personnages, ou bien même sur l’intrigue même de l’histoire ( policière, etc). Je suis d’accord cependant que reprendre point pour point schéma scénaristique et intrigue c’est un coup à la Pixar x-x , au final toutes histoires sont les mêmes, seul le héros change, avec sa vision sur le monde. Il faut une balance dans tout.

    Les histoires sont effectivement plurielles, mais les techniques de rédaction peuvent être apprises. Ca ne fera pas de la première histoire écrite un chef-d’oeuvre, en général on considère comme chef- d’oeuvre, une histoire qui remet en question artistiquement les règles connues ( que ce soit de l’art en question ou de la société, et si c’est un combo des deux, on obtient des oeuvres intemporelles), mais ça donne des outils pour se développer. Je pense vraiment que l’écriture est comme le dessin ‘.’ , tu peux apprendre à écrire comme tu peux apprendre à dessiner.

    L’analyse des livres c’est le bien ^w^/ faut que je me motive à en faire plus souvent.



  • Moi je trouve la lecture de ce type de livre super intéressante. Ca nécessite de trouver des livre pas trop prétentieux (ceux qui commencent par “faites comme je vous dit, ou votre histoire sera mauvaise” sont clairement à mettre à la poubelle), mais leur lecture est indéniablement un plus.
    Plutôt que de les voir comme des guides absolu ou des coups de pouce, je pense qu’il faut les voir comme des sortes de challenges : A chaque livre que je lis, je compare les idées à mon écrit en cours. A chaque fois que mon écrit diffère de la façon dont le livre me conseil d’écrire, je me demande pour quel raison le conseil est donné, et j’essaye de savoir si mon écrit gagnerait en force si je le suivait. A partir de là, soit je fini par suivre le conseil, parce que je pense que ça va améliorer la qualité de mon histoire, et je me dit que le livre a été bénéfique, soit je me dit que le conseil ne peut pas être appliqué à mon histoire, je comprend pourquoi, et ça améliore ma perception de ce qui fait de mon histoire quelque chose d’original, soit j’ai la sensation que le conseil me fait comprendre une faiblesse de mon histoire que je n’arrive pas à corriger, auquel cas le livre ne m’apporte pas grand chose pour mon écrit en cours, mais des pistes de réflexion intéressante pour mes écrits futurs. Dans tout les cas la lecture s’est avéré enrichissante même si elle n’a pas systématiquement apporté une aide immédiate.
    Un autre point intéressant est que, au bout de quelques livre, on commence à ressentir les concepts qui sont décrit différemment dans chaque livre mais qui semblent faire référence à la même idée.
    Je pense que ces livre ne sont à voir ni comme des guides à suivre aveuglement, ni même comme des outils pratique d’aide à l’écriture, mais comme une réflexion d’un auteur sur la façon dont les écrits doivent être construits, qui peut nous aider à mieux comprendre comment on veut construire nos propres récits.



  • Perso les livres de méthodes vont potentiellement m’intéresser parce que j’ai parfois besoin d’avoir une approche scolaire des choses et je pense que tous conseils venant de personnes qui ont de l’experience sont riche d’enseignement. J’ai d’ailleurs mis dans ma PAL celui de Stephen King Ecriture, mémoires d’un métier.

    Dans mon cas un livre a été un élément déclencheur pour vraiment me remettre à écrire.
    C’est le livre d’Elizabeth Gilbert Comme par magie - elle a écrit entre autre Mange, prie, aime- Elle parle de son expérience personnelle et traite du processus créatif en règle général.
    Et ce qui m’a interpelle dans son approche c’est le fait justement de " s’autoriser" à être créatif et réussir a mettre de coté tout ce qui est susceptible de t’en empêcher.
    Les idées reçues, le manque de confiance en soi etc
    Après je ne sais pas si il y’a une méthode miracle enfin peut etre que si? juste se faire confiance et se donner la permission de… peu importe de quoi d’ailleurs.

    A mon sens c’est un peu comme la cuisine. Je me remets dans le bain, donc oui je teste les recettes déjà a disposition et petit a petit je prends confiance et je rajoute mon grain de sel.
    Et puis un jour je n’aurai besoin que de mon inspiration et de mon expérience pour trouver ma touche personnelle.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.