La Rémige bleue.



  • J’ose un petit extrait (le début).

    Une plume bleue planait au-dessus de l’océan. Elle n’avait pas envie de plonger dans les vagues.
    – Quel sauvage ! Je reconnais bien son style à me planter là au milieu de nulle part.
    Tenant son rachis parfaitement droit, elle volait avec aisance.
    – J’ai bien fait de monter, dit-elle encore tout haut en ayant l’air de s’adresser aux nuages.
    Elle reprit de l’altitude avec un certain panache en surfant sur les courants chauds, comme toute rémige d’envergure sachant parfaitement diriger son aile.
    – Et ce fichu vent qui n’avait pas le temps, il n’aurait pas pu m’aider ? Me déposer quelque part, sur la côte, une île, un bateau, une coque de noix ?
    Un frôlement d’aile la fit virevolter. Un oiseau blanc la dépassa.
    – Belle plume ? Que fais-tu là, si haut dans le ciel ?
    – Quelle histoire ! Mais quelle histoire !
    Elle ne semblait pas l’avoir entendu. Intrigué, il cabra les ailes pour voler à ses côtés.
    – De qui, de quoi parles-tu ?
    – Je suis sa bonne peut-être ? Je vais tout lui souffler peut-être ?
    Qui donc pouvait mettre une jolie plume de si mauvaise humeur ?
    – Puis-je t’aider ? insista l’oiseau.
    Mais la belle semblait perdue dans ses pensées. Mieux valait la suivre en la laissant filer un temps dans l’azur. Quelqu’un avait dû la froisser.
    – Qui es-tu ? demanda-t-elle enfin.
    – Je suis un goéland et je m’appelle Jonathan.
    – Et moi Bleuette, la rémige bleue.
    Magnifique plume de bleu nacré, songea-t-il. Un peu désinvolte, mais jolie. Ses barbules sont bien alignées, sa lame n’est pas froissée.
    – Jonathan, quel charmant prénom.
    – Il est très en vogue chez les goélands, le sais-tu ?
    – Oui je sais. Un prénom d’artiste.
    Jonathan se rengorgea. Il n’avait pas affaire à une ignare, mais à une plume de lettres sans aucun doute, une plume d’auteur peut-être ; elle connaissait ses classiques.
    – Serais-tu perdue ?
    – Je voulais que le vent me pousse vers d’autres horizons, éluda-t-elle.
    – D’où viens-tu ? Comment as-tu réussi à voler jusqu’ici ?
    – Et toi ?
    – Moi, je suis un oiseau, ce n’est pas la même chose.
    Cette réflexion piqua l’élégante, peu disposée à se confier au premier venu. Elle s’éleva brusquement.
    – Attends-moi !
    – Tu es un oiseau ! Viens donc me rejoindre !
    Un battement d’ailes et ce fut fait.
    – Voilà qui est divertissant, s’amusa-t-elle.
    Bleuette gonfla ses barbicelles, l’air chaud la souleva comme une aigrette de pissenlit.
    – Attends-moi !
    – Rattrape-moi !
    Deux battements d’ailes et ce fut fait.
    – Ainsi ne suis-je qu’une plume ? rit-elle avant de fuser aussi vite qu’une bulle pétillante.
    Jonathan se rapprocha en trois lourds claquements, le cou plié soumis à la belle prétentieuse.
    – Sens-moi cette ascendance, enfla la plume.
    Elle lui faisait penser à un flocon de neige égaré suspendu au bleu du ciel.
    – Alors ? se moqua-t-elle. Tu n’es qu’un oiseau.
    – Veux-tu descendre ? S’il te plaît.
    Une légère brise vint troubler leur parade. Le vent venait de se lever.
    – À quoi jouez-vous ? demanda celui-ci tout essoufflé.
    – C’est cette plume ! s’époumona Jonathan.
    Le vent, lui-même, avait du mal à se tenir si haut dans si peu d’air.
    – Tu as réussi à souffler jusqu’ici ? railla la belle rémige.
    – Je vous cherchais partout. J’ai prévenu presque tout le monde. Il ne faut pas rester dans les parages.
    Le zéphyr parlait par saccades. Il traça une onde dans les nuages pour mieux appuyer son propos.
    – Il va y avoir une grosse tempête.


  • Plume d'Argent

    Bienvenue sur ton JDB Daviken ! :bird:
    Il est déjà passionnant entre ton magnifique souvenir de jeunesse, ta présentation soignée et ton extrait qui nous embarque tout de suite.

    J’ai eu le sentiment en le lisant d’être emporté par le vent tout comme cette rémige dont on suit les aventures.Toute ta fable suit cette rémige ou d’autres personnifications apparaissent ?
    Par rapport à ton souvenir, je suis impressionnée de voir à quel point tu parviens encore à le rendre vivant et saisissant de réalisme. :smiley:

    Je te souhaite de nouveau le meilleur pour le concours Galli comme à tous ceux qui y participent par ici cette année ! :slight_smile:



  • @cliène a dit dans La Rémige bleue. :

    Bienvenue sur ton JDB Daviken ! :bird:
    Il est déjà passionnant entre ton magnifique souvenir de jeunesse, ta présentation soignée et ton extrait qui nous embarque tout de suite.

    J’ai eu le sentiment en le lisant d’être emporté par le vent tout comme cette rémige dont on suit les aventures.Toute ta fable suit cette rémige ou d’autres personnifications apparaissent ?
    Par rapport à ton souvenir, je suis impressionnée de voir à quel point tu parviens encore à le rendre vivant et saisissant de réalisme. :smiley:

    Je te souhaite de nouveau le meilleur pour le concours Galli comme à tous ceux qui y participent par ici cette année ! :slight_smile:

    Merci @Cliène

    Non, la Rémige n’est point seule et tant s’en faut ! D’ailleurs elle a un secret que je ne révèle qu’au tout dernier chapitre.
    D’emblée je démarre par quatre intrigues en parallèle qui finissent par se rejoindre.
    Aujourd’hui j’ai pris une claque en commençant à résumer cette méga fable. L’idéal serait que je fasse de ce résumé une vraie fable, courte, à la manière de La Fontaine. But inatteignable. J’ai l’impression qu’il me faudra 4 cerveaux, 5 écrans, 3 tablettes, 25 stylos et des perfusions de je ne sais quoi pour y voir assez clair et parvenir à pondre ce fichu résumé. :-(


  • Plume d'Argent

    Quelle fraîcheur, cet extrait ! C’est vraiment joli. Et drôle en plus (le goéland Jonathan, héhé).
    Aaaaah l’exercice du résumé…
    Je n’ai rien vu sur les 5000 signes. Il faudrait que je compte mais je dois en avoir 6 ou 700 à tout casser. Ce qui est logique vu que mon texte total est dans la limite basse.
    Si tu veux le soumettre, n’hésite pas : on a déjà fait l’exercice pour d’autres. Un résumé en forme de fable, c’est vrai que ce serait classe !



  • Bienvenu sur ton Jdb Daviken !:hibiscus:
    Dans ta présentation transparaît ton amour de la nature et des animaux, ainsi que ta passion pour l’écriture et il y a vraiment beaucoup de poésie dans ce que tu partages, comme l’histoire de cet oiseau joueur.
    Il y a peu de “trois fois vingt ans” par ici, mais j’en fait partie ou presque.
    J’espère que tu trouveras ce que tu cherches et comme certaines plumes te l’ont déjà dit, n’hésite pas à partager des extraits de ton texte, ou à poster sur FPA (Fiction Plume d’Argent) le début de ta fiction si tu veux des retours.
    Bon courage et m**** pour Gallimard ! (je n’arrive pas encore à me décider à participer…)


  • Plume d'Argent

    J’aime beaucoup ton extrait @Daviken ! Ta manière de faire parler la plume, le vent, c’est très poétique ! Hâte d’en lire une peu plus !



  • Je n’avais pas vu ton extrait ! Très beau, très poétique avec une pointe d’humour juste ce qu’il faut. À croire que tu sais voler !..

    Le résumé est un exercice difficile rarement apprécié des plumes, mais ce n’est pas lui qui fait tout. Je crois les lecteurs de Gallimard suffisamment sérieux pour ne pas écarter une fiction uniquement sur un résumé. Cela dit, l’écrire sous forme de fable est une excellente idée !



  • Bienvenue sur ton JdB, Drakiven !
    Une fable, j’aime beaucoup l’idée… Et ton extrait est alléchant ! Par curiosité, tu as une idée de la tranche d’âge que vise ton texte ?
    Pour finir, je plussoie forcément les autres plumes : tu verras, publier sur FPA permet beaucoup d’émulation et d’avancées ;-)


  • Plume d'Argent

    Bienvenue dans ton journal de bord, @Daviken. Ce bel extrait est prometteur, comme l’était déjà ta présentation. Je souhaite bon vent à la Rémige bleue.


  • Plume d'Argent

    Bienvenue dans ton journal @Daviken. Il est joli ton extrait ! C’est un beau début.

    Tu m’as intrigué, là :

    J’ai même créé un logiciel pour écrire la Rémige bleue.

    Quel genre de logiciel ? (si ce n’est pas indiscret…) ??? ???

    Je te souhaite bonne chance pour le concours et bon courage pour ce résumé. Les résumés, ce n’est jamais très facile : on a l’impression de se trahir, de ne jamais parvenir à y mettre tout ce qui fait l’essence du texte. Bref, c’est mission impossible… Mais quand on le sait, ça va déjà mieux…



  • Bonjour.

    Mon tir groupé de réponses ;-)

    @Isapass
    Tu participes donc au concours de Galli ?
    Le résumé en forme de fable, c’était plutôt une boutade, mais finalement en y réfléchissant… Ça collerait bien avec le récit, ce serait original sinon provocateur, certainement de la folie, mais comme je suis un peu fou…

    @Aranck
    L’histoire de l’oiseau joueur est absolument vraie.
    Y a-t-il des quatre fois vingt ans ici ? ;-)
    Tu dis que je sais voler… En rêve ? J’ai écrit un passage où une mouette tente d’apprendre le vol océanique à une pie…

    @Olek
    Merci. Je posterai peut-être les premiers chapitres sur l’autre site FPA.

    @Liné
    Hum, vu la longueur et certains passages qui tirent vers le haut, je dirais pas avant 12, 13 ans.

    @Fannie
    Merci pour le bon vent, il y en a beaucoup dans mon récit ; je parle même des trois souffles d’air Atmos, Stratos et Atlantis…

    @Rachael
    L’histoire se joue en moins de 12 heures et il m’a fallu minuter les actions de chacun des nombreux personnages.
    J’ai donc réalisé un logiciel qui marie traitement de texte et diagramme de Gantt. J’en reparlerai.



  • Le doyen a trois fois vingt ans plus trois ans bientôt, la doyenne, c’est bibi, Fannie arrive juste derrière, Vefree ensuite, et il me semble qu’après ça chute de vingt ans d’un seul coup. Donc nous sommes largement minoritaires :-)

    Pour ce qui est de l’histoire de l’oiseau joueur, je n’en doutais pas une seconde. Les animaux ont énormément à nous apprendre, et je pense que nous serons surpris un jour de leurs réelles capacités.

    Tu as dû également passer beaucoup de temps a observer la nature pour arriver à écrire ce passage (ce serait d’ailleurs sympa de le poster ici ou sur FPA… ;-))
    Et pendant que je suis sur ton JdB, je t’informe que nous sommes nombreuses en ce moment à participer à ce qu’on appelle un PACoNo ou Nanowrimo (écriture ou correction de 50 000 mots en un mois), donc si tu as l’impression de ne pas voir beaucoup de monde, c’est assez normal. Le 4 mars tout sera terminé.


  • Plume d'Argent

    Hooooo très beau début, c’est très rythmé et les personnages sont tous plein de vie, j’aime beaucoup !

    En plus je lis que tu as vraiment minuté l’arrivée des personnages et leurs actions les uns par rapport aux autres, haaaaaa, j’aime quand le scénario se tient vraiment, plutôt que les flous artistiques et les événements qui arrivent un peu par chance ou hasard… “Rigueur et créativité sont les deux mamelles de l’imagination” me disait un prof pendant mes études, je sens que tu réponds parfaitement à ces deux contraintes ^^

    Bon vent à toi pour le concours ! : D



  • Merci @Aranck

    En effet, nous sommes vraiment minoritaires…

    J’ai posté le 1er chapitre sur FPA ;-)

    Merci @itchane

    Pour gérer mon scénario, j’ai fait ça :

    ( @Rachael C’est issu de mon logiciel perso)

    @Rachael : il me fallait au moins ça pour venir à bout de cette histoire. :-)


  • Plume d'Argent

    @Daviken : ça, c’est de la gestion de scénario ! Ca a l’air super au point ton logiciel ! Bravo !
    Sur PA, l’âge n’a pas vraiment d’importance, enfin, c’est ce que je pense personnellement… Ces différences d’âges sont plutôt un enrichissement à mon avis.


  • Journaliste PAen

    Complètement d’accord avec Rachael en ce qui concerne les questions d’âge ! On a tous plein de choses à apprendre les uns des autres et c’est vraiment formidable. Internet ouvre tellement de possibilités à ce niveau !

    Bienvenue sur ton jdb, Daviken :bird: Il faut que je te dise que j’ai eu quelques petits coups au coeur en lisant ta description et ton premier extrait. Figure-toi que tu as le même âge que mon père, le même nombre d’enfants, un lien avec la Bretagne (sa compagne est Brestoise) et qu’en plus, dans les histoires qu’il nous racontait quand on était petits, il y avait beaucoup d’oiseaux et ça ne loupait jamais : si un goéland passait par là, il était baptisé Jonathan. Je ne sais plus d’où ça peut venir… Saurais-tu m’éclairer ? (toi ou @Isapass qui a l’air de connaître également ^^)
    Bref, pendant un petit instant, je me suis dit “c’est pas possible, mon père me fait une blague, il s’est inscrit sous couverture sur PA”. Bon, ça n’a pas duré longtemps, il y a des choses qui ne collent pas xD Mais c’était amusant !

    Concernant ton extrait, je l’ai vraiment bien aimé. Ce n’est pas un style de narration auquel je suis très habituée, mais c’est vraiment joli et bien mené. Un peu absurdo-poétique, sauf qu’on voit très vite qu’il y a un fond solide - Bleuette a une histoire à raconter, semble-t-il, et l’annonce de cette tempête comme événement perturbateur crée une chouette attente (d’autant plus que tu nous as révélé qu’il s’agissait d’une fable écologique).

    Je te souhaite donc bon vent moi aussi, c’est particulièrement approprié on dirait :wind_blowing_face:


  • Plume d'Argent

    @eryblack “Jonathan Livingston le goéland (titre original : Jonathan Livingston Seagull – A Story) est une œuvre de l’écrivain Richard Bach, ancien pilote de l’armée de l’air américaine. Le livre est illustré de photos de goélands prises par Russell Munson. Publié en 1970 aux États-Unis, il a été traduit en français par Pierre Clostermann qui l’a aussi préfacé, et publié en France en 1973 par Flammarion. Il est régulièrement réédité depuis, y compris en livre de poche.
    Il s’agit de l’histoire métaphorique et allégorique d’un jeune goéland que l’amour du vol entraîne dans une quête d’absolu. Clostermann compare le livre au Petit Prince de Saint-Exupéry et à The Snow Goose de Paul Gallico, tous trois écrits par des aviateurs.” (merci wikipédia)

    @Daviken : Enorme le grant pour gérer le planning des persos :joy: Je suis fan !!
    Tu as déjà fait le test prédom ? Tu serais pas limbique gauche, par hasard ? ;) Ah non, avec l’écriture, ça nous fait du cortex droit, ça. Profil en diagonale… schizophrénie ! Désolée… tu es à peine arrivé et je vais te faire peur ;)
    Sinon, oui, je me donne encore un petit temps de réflexion et de relecture après le pacno, mais je suis décidée à 75% à envoyer une petite fiction à Galli



  • Bonjour @eryblack

    Heureux que mon extrait ait réveillé chez toi quelques souvenirs d’enfance.
    Jonathan Livingston comme le cite @Isapass , il y a même eu un film qui ne peut être à la hauteur de ce livre intemporel.

    Bonjour @Isapass

    Gantt pas Grant :-)
    Allez, un petit effort et le compteur à 75% va passer à 100%



  • Je m’installe un petit coup par ici :-)
    @EryBlack Un livre à lire absolument, Ery, c’est une sorte de fable philosophique et je suis certaine que ça te plairait !
    @Isapass les diagrammes de Gantt tu peux aussi les faire avec Excell. Tu vas trouver ça facilement sur le net (ça sert aussi à la gestion de projet, de production etc…) Mais je pense que Prune n’aimerait pas qu’on la traite de cette façon :-)


  • Plume d'Argent

    @daviken et @Aranck Oui, oui, j’ai fait des diagrammes de Gantt pendant 16 ans sur MSProject. Le fait que j’ai déformé inconsciemment ce mot est donc un excellent signe : je me désintoxique de ma vie d’avant !! Victoire ! Enfin pas complètement : @Olga-la-Banshee m’a récemment fait remarquer que j’avais parlé de la “diversification des compétences” des soldats, dans les Princes Liés (qui se passe, pour @Daviken, dans un univers médiéval)… apparemment, le volet RH de mon ancien métier va mettre plus longtemps à s’effacer :joy: (normal c’est celui que je préférais)
    @Aranck : En effet, Prune est du genre allergique à la planification, bizarrement !


Log in to reply
 

Looks like your connection to Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.