Une pincée de ci, une Lishette de ça


  • Journaliste PAen

    J’avais dit que j’attendrais d’avoir entièrement fini quelque chose avant d’ouvrir mon JdB, histoire de ne pas être maudites par des dieux cosmiques inconnus. Mais je dis beaucoup de choses, et les dieux cosmiques inconnus ne semblent pas se manifester. Bref. ENTREZ.

    Prenez un tablier, et venez donc admirer ma belle cocotte. Elle est parfaite pour la basse cuisson : en effet, mieux vaut ne pas être pressé.
    Moi je le suis trop.
    Comme quand je veux faire cuire des légumes secs. On chauffe, on attend, on rajoute du liquide, on réchauffe, puis on baisse le feu, on goûte et ce n’est jamais prêt. Après on entre des recherches google type « pourquoi mes haricots rouges ne cuisent pas », on voit qu’il faut mettre une pincée de bicarbonate alors on y verse une louche. Et on attend. Lorsqu’enfin les haricots ne sont plus croquants, il est 22h et je me lave les dents.
    J’espère que vous n’avez pas trop faim.

    FUMANT ET CRÉPITANT (objectif : commencer la publication le 29 avril, pour mes 1 an sur PA, finir avant l’IRL de juillet :heart:)

    :european_castle: Darnley Hall :see_no_evil:
    (novella) → fantastique // ambiance lugubre, narration à la 3ème personne rapprochée (après avoir tenté la 1ère) // Irlande, début de l’époque victorienne

    Venez donc, apportez votre écuelle que je vous en serve une louche. Quoi, ça a une couleur bizarre ? Ça sent un peu le manoir moisi ? Vous avez une boule dans la gorge à l’idée d’avaler ça ? Eh oh, on ne fait pas des manières tant qu’on a pas goûté !

    Une gouvernante endurcie rencontre son nouvel élève et tente de démêler les mystères qui l’entourent. Est-il à l’origine des bruits qui la réveillent la nuit ? Quels sont ses intentions envers elle ?

    CUISSON DE SEPT HEURES (objectif : réécrire les premiers chapitres et finir d’ici le 31 décembre pour un AT)

    :clock: Ansel & Cordel :blue_heart:
    (roman, 1 tiers écrit) → science-fiction et historique // 3ème personne rapprochée // Bluétie, 1913 - pays fictif mais réaliste

    Qu’avons-nous là ? Un beau rôti, bien ficelé, mais avec un peu trop de gras, voire carrément du bon lard bien gélatineux. C’est que c’est mon plus vieux plat, qui mijote encore et encore.

    A&C avait été relégué en 3ème place et voilà qu’il revient sur le devant de la plaque de cuisson ! La raison ? Notre @Dédé national qui m’a agité un AT sous le nez.
    J’ai les guibolles qui flageolent mais me fixer cet objectif pourrait aider (ou bien ça me mettra encore plus 6 pieds sous terre quand j’échouerai, mais bon, faut prendre des risques dans la vie – spéciale cassdédi à la Lishette de 8 ans qui avait mis du sel comme garniture de crêpe sucrée).

    Une jeune femme désargentée passe la frontière pour travailler auprès d’un inventeur aussi accueillant qu’une porte fermée. Ils sont tous deux sans scrupules lorsqu’il s’agit de gagner de l’argent. Mais est-ce bien éthique d’utiliser ses machines ? Et que cherche-t-il à faire, au juste ?

    SUR FEU DOUX (objectif… Heu… Gallimard 2050 ? ._.)

    :bike: Manuel à l’Usage des Futurs Héros :crossed_swords:
    (roman, 1 quart écrit) → fantasy YA // narration 3ème personne // monde fictif

    Hep, pas de doigts dans la poêle brûlante ! Les légumes sont encore trop croquants. Ah oui, y a de jolis petits lardons. C’était très doux au départ, presque sucré. Puis j’ai mis un peu de cumin, et puis du poivre, et puis du piment et puis… C’est bien parti ! Par contre, servi comme ça, ça manque de quelque chose pour absorber la sauce. Une bonne plâtrée de riz pour coller le tout, ça serait parfait ! Oui oui… mais pour ça, il faudrait peut-être faire chauffer l’eau.

    S’il n’y avait pas eu la Quête, le monde se serait déjà écoulé. C’est sûr. La Princesse le dit, les parents le disent, les manuels le disent, et puis ça serait dommage de s’y être préparé pendant 16 ans pour rien.
    La Quête, c’est le plus beau moment de sa vie : il faut briller très fort si on ne veut pas se retrouver à faire briller le carrelage. Connaître son histoire quêtière est recommandé. Vivre des aventures mémorables est indispensable. Bien choisir son équipe est crucial.
    Mais comment devenir un bon chef lorsque ses coéquipiers se détestent ? Comment arriver à la hauteur de ses héros préférés lorsqu’on ne fait rien d’épique ?

    ÉMINÇAGE EN COURS (objectif : commencer!)

    :cake: Une Boîte de Fudges :tea: :family:
    (novella ? roman?) → YA voire jeunesse // ton léger, narration omnisciente // Angleterre, années 1940

    Enfin du sucré ! Et puis ça pourrait s’avaler à la chaîne : la boîte est pleine de petites friandises ! Sauf que pour l’instant, on se retrouverait avec l’estomac un peu vide. Parce que le sucre, je l’ai mis dans la casserole. Mais le lait (un plan) et le beurre (une fin) manquent à l’appel.

    Trois familles sont convoquées par leur aïeul perdu de vue. Son annonce fera lever bien des sourcils. Promesse de thé, de scones et de coups dans les pattes.

    :woman_police_officer_tone1: Omission :no_mouth: :sparkles:
    (nouvelle ? novella?) → fantastique policier // narration à la 3ème personne rapprochée // monde moderne

    Pour l’instant, cette recette porte bien son nom, car il n’y a rien. J’ai bien une idée des ingrédients, un vague souvenir des étapes, et une petite intuition du résultat final, mais si vous espérez y goûter, ne jeûnez pas pour réserver votre appétit.

    Une mère de famille se présente au poste pour signaler la disparition de ses enfants. Une policière est intriguée par ses mensonges extravagants, mais encore plus par ce qui est omis…

    :space_invader: Chez Soi dans l’Univers :handshake:
    (roman) → science-fiction et histoire revisitée // narration à la 3ème personne de plusieurs personnages // passé & futur

    Chez moi, il y a des ingrédients. Beaucoup. Je vois une étagère remplie et j’ai envie de créer une recette avec plein de saveurs, des arrières-goûts qui se révèlent à la seconde bouchée et tutti quanti. J’ai une liste de courses longue comme un bras. Il faudra que je prévois une journée au moins pour cette recette.
    Sauf que pour l’instant, si je vide tous mes bocaux dans le saladier, non seulement je n’ai aucune idée de ce que ça va donner, mais il y a un grand risque que je me retrouve avec un pâté immangeable.

    Elle s’est réveillée sur une terre dévastée, disputée entre humains et extra-terrestres, sans aucun souvenir de comment elle est arrivée là. Ses capacités à percevoir l’avenir sont une ressource indispensable pour l’effort de guerre, rendues plus exactes encore grâce à un puissant ordinateur.
    Plus que son présent, au centre de stratégie, ou son futur dans l’univers, c’est son passé lointain qui l’intrigue et qu’elle essaie d’explorer, accompagnée d’une intelligence artificielle.

    En conclusion ?
    J’ai tendance à mettre beaucoup de femmes dans mes histoires ; je préfère que ça se passe dans le passé, même si je perds des soirées à traquer les anachronismes; la fin de mes histoires est une des premières choses que je connais ; j’adore choisir les prénoms ; les vêtements sont souvent liés à l’état d’esprit ; peu de personnages altruistes et une bonne poignée d’égocentriques ; mes histoires tournent souvent autour de l’identité d’un personnage que l’on cherche à découvrir ; je ne sais pas faire des chapitres courts ; pas de torture/viol et presque pas de morts ; parfois je préférerais sauter d’une scène à une autre sans transition ; je n’écris presque qu’en musique et j’y arrive mieux le matin ; beaucoup de passages ne sont pas écrits dans l’ordre chronologique ; le PAchat ne m’aide pas à avancer mais PA c’est trop bien :blossom:



  • Quelle belle ouverture ! On sent que tu nous l’as faite aux petits oignons, miam! J’peux t’embaucher pour écrire le mien ? :P
    Allez, le Pano n’est pas fini, il est encore temps de finir les cuissons… Tic tac…


  • Plume d'Argent

    Ecoute je ne sais pas quand tout ça sera prêt à déguster, mais c’est tellement alléchant que je pourrais facilement prendre mon mal en patience (surtout qu’il y a quand même de très beaux amuse-gueules sur PA, hein…).
    Et ton introduction est savoureuse ;)
    Bienvenue sur ton JdB !



  • Quel JdB appétissant, avec plein de projets sur le feu !
    J’avais commencé Ansel & Cordel, qui m’avais énormément plu (il faut vraiment que je te laisse un commentaire à l’occasion), et je suis ravie de savoir que la cuisson de ce projet reprend de plus belle :wink:


  • Plume d'Argent

    Et ben voilà, je salive…
    Déjà, tu me serviras autant de d’A&C que tu voudras, j’aurai toujours de la place pour ce projet là ! : D
    J’avais beaucoup aimé sa saveur stylistique et je suis ravie de le voir de retours au menu ; )

    Quand au reste, ça me semble au moins aussi affriolant, petite pensée toute particulière pour Omission, peu importe que la casserole soit encore vide, rien que la suggestion des premiers ingrédients me met l’eau à la bouche. Je patienterai le temps qu’il faudra ; )

    :carrot: :shallow_pan_of_food: :egg: :eggplant: :strawberry: :salad: :potato: :taco:



  • C’est ce qui s’appelle mettre l’eau à la bouche ! Ces projets semblent tout aussi délicieux les uns que les autres, et c’est une excellente idée de ne pas avoir attendu plus longtemps pour ouvrir cet alléchant JdB.
    J’admire ceux qui à l’inverse de moi ont autant de projets sur le feu et une imagination de type mayonnaise ! (ou chantilly si on est plus sucré :-) )


  • Journaliste PAen

    Je suis content que tu te sois lancée dans le journal de bord ! Et encore plus de voir autant de projets et tes objectifs ! Go, go le PaNo et l’AT !! :muscle:


  • Plume d'Argent

    Que de projets @Eilish ! Bonne cuisine à toi ! :shallow_pan_of_food: :stew:
    Mijote, mijote, tant que tu ne fais rien brûler, tout va bien ! :laughing:


  • Plume d'Argent

    Tu as bien fait d’ouvrir ton journal de bord, @Eilish.
    Tu as beaucoup d’idées intéressantes ; je me demande même comment tu arrives à concocter tout ça en me^me temps.
    Bon vent à ces beaux projets ! :sailboat:


  • Journaliste PAen

    Finir les cuissons avant la fin du Pano ! Hahaha ! :no_mouth: Très drôle @Tac ! Très très spirituel ! :o compose discrètement le numéro des urgences psychiatriques
    Le maître mot dans ce JdB est cuisson basse température… Ca cuit heu… à la température d’un ordi qui chauffe trop :D

    Merci @Isapass, @Primrose, @Aranck, @Dédé, @Rachael et @Fannie !
    Oui, ça fait plusieurs projets mais sur une table de cuisson y a 4 feux :D J’essaie de ne m’en occuper que d’un à la fois même si j’ai tendance à papillonner et à imaginer une histoire pour éviter de fournir des efforts d’écriture sur une autre :smirk:

    @Itchane : Ce que tu dis là me fait très plaisir, tes commentaires étaient toujours adorables :rose:

    Je ne savais pas que tu avais lu, Prim ! Cachottière ! :kissing_heart:

    Malheureusement, je reprends A&C mais pas encore pour en écrire la suite. Je vais d’abord reprendre le début pour accélérer l’action.
    Toute la difficulté sera de condenser la quantité d’informations tout en gardant la même ambiance :/

    -----------------Pour ceux qui ont déjà lu au moins les 5 prochains chapitres----------

    • Supprimer le premier chapitre de Lucie chez ses parents (et avec sa sœur et son fiancé) pour commencer directement à l’ambassade et expliquer la situation au fur et à mesure
    • Changer la façon dont Cauchois (celui qui propose un job à Lucie) est introduit afin qu’il soit déjà là à l’ambassade et ne sorte pas de nulle part.
    • J’hésite encore pour comment je vais le faire, mais il faudrait que je trouve un moyen de rendre la précipitation du départ plus « logique » et acceptable. J’avais pensé la supprimer, mais c’est important pour la mentalité de Lucie qu’elle n’ait pas le temps de rentrer chez elle et de faire ses valises.
    • Réécrire certaines descriptions et fluidifier les informations données dans le chap 3 quand Lucie prend le train et arrive à Duairne.
    • Supprimer le personnage de Frédéric (je suis sûre que tout le monde l’a oublié xD c’est l’historien employé par Ansel et je redistribuerai juste certaines de ses caractéristiques et répliques vers Augustin et Edgar (l’ado))
    • Réécrire entièrement le chapitre 5 (deux mois) pour le transformer en dialogues et autres scènes

    L’objectif est qu’ainsi, toute l’intrigue sera avancée de 2 chapitres : la rencontre avec Seilne au chapitre 9 se produira au chapitre 7. Donc même si je vais reprendre des morceaux tels quels, le chapitrage va être totalement chamboulé : le chapitre 1 sera fait d’éléments des chapitres 2 ET 3, etc.

    Ensuite, pour la suite, je n’aurais pas vraiment d’hésitations jusqu’au chapitre 14 (ancien chapitre 16, de ce fait :weary : c’est compliquey). Mais après, même si je connais l’histoire, il va falloir que je fasse un plan plus précis, chapitre par chapitre, si je ne veux pas me retrouver bloquée.


  • Plume d'Argent

    même si j’ai tendance à papillonner et à imaginer une histoire pour éviter de fournir des efforts d’écriture sur une autre

    Hahahaha, ha… ha.

    J’ai la même technique T____T

    • Hooo, ça me semblerai très bien de démarrer direct à l’ambassade, forçant le lecteur à comprendre petit à petit ce qu’il se passe, miam, très bonne idée ! J’adore les démarrages “dans le feu de l’action” : D
    • Ha oui, la précipitation du départ, j’avais été de celle qu’elle perturbait un peu, car pas assez justifiée me semblait-il… j’espère que tu trouveras une solution.
    • Pour le reste, c’est en écrivant /lisant que ça se fera, je te donnerai mon avis quand on y sera, j’ai hâte ! ; )

    :strawberry:


  • Plume d'Argent

    Quel journal de bord appétissant Lish ! :yum:

    J’avais dit que j’attendrais d’avoir entièrement fini quelque chose avant d’ouvrir mon JdB, histoire de ne pas être maudites par des dieux cosmiques inconnus. Mais je dis beaucoup de choses, et les dieux cosmiques inconnus ne semblent pas se manifester.

    Ça me fait peur ton histoire d’être maudite là, ça s’est déjà présenté ? Y’a des précédents ? Est-on condamné par une instance invisible à ne pas finir nos projets dès qu’on s’épanche sur eux dans nos journaux de bord ? :astonished:

    court dans tous les sens, paniquée, les bras en l’air…


  • Journaliste PAen

    LIIIIIISH !!
    Tes projets donnent envie, faudra que je m’y mette sérieusement quand j’aurai enfin plus de temps :*

    text alternatif

    Voilà c’est tout je voulais juste polluer ton JdB avec un gif de chat qui scribouille :grin:
    Derien c’est gratuit <3


  • Journaliste PAen

    @Nana : Haha, merci pour le chat :cat: Il me fait penser à Salem, le chat-automate dans Sabrina l’Apprentie Sorcière :p

    Et ne te mets pas la pression pour te pencher sur mes projets vu qu’actuellement la seule chose sur FPA c’est la vieille version d’A&C qui ne sera remplacée que dans quelques mois (j’essaie d’être réaliste…) !



  • Héhé, oui, j’ai un peu lu en mode ninja. C’était mon petit plaisir pendant mes partiels finaux du semestre dernier ! Un petit chapitre avant de se coucher pour une bonne nuit de sommeil :heart: .
    Je n’ai pas encore tout lu, mais j’ai vraiment envie de m’y remettre, surtout maintenant que je sais que le projet est sur de si bons rails. Quand j’ai commencé à lire, j’avais l’impression qu’il était un peu en pause, et j’avais peur de trop m’attacher à ton histoire et de devoir trépigner pour avoir la suite :joy: En tout cas, je ne manquerais pas de laisser des commentaires, cette fois-ci !

    Je pense que c’est une très bonne idée de supprimer le premier chapitre. Il était très agréable à lire, mais je suis comme itchane, j’aime bien être plongée dans le coeur de l’action ! Je pense que tu peux distiller toutes les informations du premier chapitre dans les suivants sans trop de problèmes.
    Pour le reste, je suis sûre que tu trouveras des solutions à ce qui te dérange :D



  • Oh quel beau journal de bord! J’ai beaucoup aimé comment tu as classé tes histoires (d’ailleurs, je ne savais pas que tu en avais autant en cours, c’est super !) et le fait que tu ais noté tes objectifs ainsi qu’à quelle phase se trouvent tes écrits. Tes projets sont très différents les uns des autres, c’est intrigant et alléchant (une Boîte de Fudges m’a l’air épique xD) !
    Allez, je te laisse cuisiner ;-)



  • Ohhh plein de super projets !
    Je suis déjà une grande fan de Ansel & Cordel (il faudrait que je reprenne !) qui doit être une de mes fics préférées par ici, et je vais garder un oeil sur tes autres histoires :p


  • Journaliste PAen

    20 000 ans plus tard, merci Prim, Jowie et Elyon ! :heart:
    Je suis tellement à la ramasse en ce moment -_- Comme ce JdB perdu au fond des âges.

    Après un Pacno dont j’étais relativement satisfaite, notamment pour la régularité acquise, tout s’est effondré comme un château de cartes sitôt fini. En un mois, j’ai dû moins écrire que pendant une de mes “petites” semaines de Pacno.
    Je m’accroche à Darnley Hall, je veux finir, tellement finir. Je ne me sens pas de passer à autre chose tant que ce n’est pas fini, et pourtant la réécriture d’A&C susurre à mon oreille comme une sirène parce que ça l’air tellement plus facile. Je suis dans le dernier tiers de DH mais je dois forcer et troquer la carotte pour le bâton, ce qui me fait redouter le rendu final au niveau du style. Déjà que je fais beaucoup trop de phrases avec le verbe être, ou de phrases impersonnelles type “il y avait” ou “il faudrait” ou “n’y avait-il pas”… Je ne sais pas si ça gâchera la lecture.

    Ce post devait être constructif et parler juste d’écriture, mais je crois que j’avais besoin de vider mon sac. Comme nous tous en ce moment d’ailleurs : les problèmes diffèrent, mais j’ai l’impression que c’est une période pas chouette pour pas mal de plumes :/ Alors c’est pas bien grave de mon côté… mais ça explique pourquoi on ne me voit pas sur FPA.

    Cela fait des mois que ne m’épanouis pas dans mon travail (tant que je suis remplaçante en tout cas), je ne m’épanouis pas dans mon couple, je ne m’épanouis pas où je vis (je n’ai aucune copine/amie IRL et mon mari non plus), et la seule chose qui pourrait m’épanouir, c’est l’écriture. Qui est bloquée, par ma faute, ce qui m’enrage… J’en ai tellement besoin en plus, j’ai l’impression que si l’écriture ne marche pas, alors je n’aurais rien qui me donne plaisir à la vie, qui me motive, qui me persuade que mon temps de vie aboutit à quelque chose.

    Je crois n’avoir jamais aussi mal géré mon flux de pensées. Je fais un peu de yoga mais si ça fait du bien à mon corps, mon esprit y reste hermétique. Ça n’affecte pas ma santé, et en principe, d’un point de vue extérieur, ma vie est tout à fait correcte.
    Mais voilà, je suis bloquée dans ma tête. Je n’arrive pas à me projeter dans autre chose que ma vie et ce que j’attends.
    Tous les mondes imaginaires me sont fermés, refusés. Les séries et films ne m’attirent pas : je ne les regarde plus en étant là à 100%. Les livres et histoires PAennes sont devenues impossibles pour moi à suivre : je n’arrive même pas à lire un chapitre court en entier sans m’arrêter, vérifier autre chose, penser à autre chose… Et si on me demandait ce que je viens de lire, je ne suis pas sûre que ma réponse serait très complète. Même pour lire des articles sur Internet : je n’arrive plus à les lire en entier ; je survole en diagonale, je lis les intertitres, voilà. J’ai l’impression d’être un élève avec des troubles de l’attention.
    Je suis frustrée parce que j’aimerais lire les autres Plumes, pour ne pas culpabiliser, pour pouvoir participer aux JdB et savoir de quoi on parle, pour avoir le sentiment de faire mon “boulot” (je sais que ça n’en est pas un mais bon) de Vraie Plume. Parce que si je ne lis pas et je n’écris pas, qu’est-ce que je fais là ? Je ne suis pas une plume.

    Dans environ 2 mois, je saurai si j’ai obtenu ma mutation. Si c’est le cas, ça voudra dire pouvoir enfin avoir une classe un minimum stable, et donc pouvoir m’investir, monter des projets sympas etc. Ça voudra aussi dire déménager, dans un endroit plus près d’une grande ville, avec probablement un appartement qui fera la moitié de celui-ci, mais où peut-être je pourrais rencontrer des gens de ma génération et où mon mari pourrait trouver un travail, s’il est assez courageux pour chercher.

    J’essaie très fort de ne pas trop me faire d’espoirs, parce que ça fait 4 années de suite que je pleure toutes les larmes de mon corps lorsqu’on m’annonce que je n’ai obtenu aucun de mes vœux. Cette année, j’ai un peu plus de chances. Mais ça reste peu.
    Ne pas se faire de films est une lutte vaine contre moi-même: pendant l’attente, la partie la plus détestable de mon cerveau se met en route. Je dis détestable, parce qu’elle ne m’a jamais rien apporté de bon. Elle se fait des scénarii, des vidéos, des films. De TOUT. Pas un seul évènement n’est anticipé.
    Elle me fait miroiter ce que j’aimerais, avec une régularité et une précision assez fidèles pour que je finisse par croire que ça va être mon futur. J’imagine comment seront mes élèves (super cools bien entendu), qu’est-ce que je mettrai en place dans la classe (des choses efficaces qui me rendront fière), comment se passera ma première rencontre avec les collègues (très à l’aise puisqu’ils seront mes collègues idéaux), comment je me sentirai moi (l’enseignante la plus douée au monde bien sûr). C’est le même processus qui s’enclenche depuis que je suis adolescente. Je rêve chaque instant de ma vie avant de le vivre. Ce qui fait que je ne vais que de déception en déception. C’est la chose qui me fait le plus de mal au monde, je me l’inflige moi-même et je ne sais pas comment l’empêcher.

    Cette vie anticipée prend la place du reste. Comment est-ce que je pourrais m’échapper dans d’autres vies, dans d’autres mondes ? C’est comme si elle bloquait toutes fantaisies qui ne viennent pas de moi. Et lorsque des images viennent de moi, pour mes histoires, elle les pousse, elle prend la place, comme un bully.
    Lorsque j’essaie de trouver les bons mots, de faire l’effort nécessaire pour avancer mon texte, elle m’arrête et me dit “50 mots ? oulala tu as bien travaillé. Tu devrais prendre une petite pause et regarder ce que tu as récolté” et là elle me donne un aperçu de la joie que j’aurais lorsque j’aurai fini, elle m’étale de superbes images de mon histoire, elle me flatte en me faisant croire que plein de monde appréciera. Alors j’ai l’impression que c’est tout près, à portée de main. Et puis je regarde mon texte, et je vois que je n’ai écrit que 50 mots, et au lieu d’être motivée d’en écrire davantage, ça me casse totalement. Parce que comment ça se fait qu’il reste encore autant de travail et d’efforts alors que le rêve était tout près, concret, même, puisque je l’ai vu !
    Je ne vous dirai même pas le nombre de fois par jour où ça arrive. Et le pire, c’est lorsque les choses se réalisent. Le jour où j’ai eu le concours, après des deux ans de stress et de pleurs, le nombre aberrant de films que je me suis imaginée… ça ne m’a rien fait. J’étais déjà passée à autre chose. Et oui, parce que ma réaction de joie à l’obtention du concours, je l’avais déjà vécue mille fois dans ma tête. C’était déjà du passé.

    Donc au moment où je vous écris, j’ai un film (pas juste des pensées, avec des images en plus ! pour bien me convaincre…) de quand je déménagerai dans cette nouvelle ville, mais j’ai aussi un film de quand j’aurais enfin posté sur FPA mon histoire entière, de quand j’aurais des commentaires, de quand j’irai à l’IRL, de ce que je répondrai à ceux qui vont me répondre, de quand je rencontrerai mes futurs amis indéterminés à une date indéterminée, de quand mon mari aura un boulot, de quand je pourrai sortir boire un coup, de quand je me sentirai BIEN, mais aussi de quand il faudra faire l’état des lieux (chose que je redoute), du rendez-vous que j’ai la semaine prochaine avec celle que je remplaçais, de quand il faudra que je force mon mari à faire du vide dans nos affaires trop nombreuses… TOUT. EN. MÊME. TEMPS. Me dire qu’il faut que je vive dans l’instant présent, ou que je me fixe des priorités est inutile : je n’ai aucun contrôle, aucune maîtrise. J’ai l’impression d’être une de ces personnes torturées que l’on attache devant une télé et qui ont un appareil qui leur garde les yeux ouverts.

    Bref, je vais arrêter là parce que ça ne sert à rien de s’épancher davantage sur quelque chose qui n’a pas de solution. Enfin si, peut-être qu’il faudrait que je mûrisse, ou que je gagne en contrôle pour pouvoir décider ce qui a droit de séjour dans ma tête. Le pire, c’est que jusqu’au bout je me fais bouffer : j’ai une image très claire de comment je serai lorsque je ne fonctionnerai plus comme ça. Une Eilish détendue, qui écrit avec plaisir et facilité, en maîtrise d’elle-même. Je pourrais presque la voir assise à la même table que moi en ce moment même. A portée de main, comme toujours.


  • Journaliste PAen

    Oh Lishette :persevere: Je suis hyper touchée par ce que tu racontes. C’est la première fois que j’entends parler de quelque chose qui ressemble à ce point à ce que je fais moi-même >< Je compatis à 1000%, je comprends les déceptions, la lassitude et la colère contre soi-même que ça peut engendrer. Même encore aujourd’hui alors que je le fais beaucoup moins qu’avant, je continue de m’imaginer par avance certaines conversations/situations. En ce qui me concerne je crois que c’est la peur de perdre le contrôle qui est en cause. C’est paradoxal, parce que moi aussi j’ai l’impression de les subir, ces films, mais au fond je pense que c’est un refus de lâcher prise. Mais je travaille dessus (et c’est peut-être tout à fait différent de ton côté). Le truc qui m’a aidée c’est quand j’ai réalisé que parfois ça ne se passait pas comme dans ma tête mais que ça se passait encore mieux. Et je suis SÛRE qu’il y a une solution pour toi aussi, ce n’est pas seulement une question de maturité ou de “mental” ; tu peux t’interroger sur ce qui te pousse à faire ça et demander de l’aide si ça te bouffe à ce point.
    Après, visiblement, tu n’es pas dans une super période à cause de ces trucs de boulot et de lieu où tu vis ; ça ne doit pas aider ! J’espère très fort que tu auras ta mutation ce coup-ci. Pour le reste, je n’aurai hélas que des conseils dérisoires, mais il y aurait peut-être quelque chose à creuser du côté de la méditation. La méditation ce n’est pas ne penser à rien, c’est observer ce qu’il y a en soi et autour de soi. J’ai mis longtemps à m’apercevoir qu’une de mes stratégies pour m’endormir, que je pensais avoir inventé toute seule, ben c’était de la méditation en fait. Ça consiste à essayer “d’entendre” mes pensées sans les “écouter” franchement. Ça fait comm un bruit de fond où parfois quelque chose surgit et me sort un peu de cet état calme, mais après au moins je sais que ce truc m’angoisse et je peux essayer de le mettre à distance le temps de m’endormir. Quoi qu’il en soit, le coeur du truc, c’est la respiration. hhhhhh-pffffff. Des grandes respirations. Ça m’aide beaucoup. J’espère que tu trouveras ton truc à toi. En attendant ne sois pas trop dure avec toi-même <3 Et courage courage courage !!


  • Plume d'Argent

    @Eilish je ne peux pas te laisser dire que tu n’es pas une vraie plume… Tu en es une au même titre que les autres et tu fais partie à part entière de notre jolie communauté ! D’où faudrait-il culpabiliser parce que tu ne lis pas ou n’écris pas en ce moment ? Tu es dans une période difficile alors ne t’accable pas davantage avec des reproches infondés… Sois indulgente avec toi-même ! :slight_smile:

    Quand tu es sur le PAchat, tu es la première à remonter le moral des autres, à dire tout un tas de plaisanteries et tu es d’ailleurs particulièrement drôle :smile:. Je sais bien que parfois ça cache une certaine souffrance et ça me fait mal de lire tout ce que tu écris :slight_frown: :cry:.

    Je n’ai pas de solution toute trouvée mais dis-toi que la roue tourne, que tu finiras par trouver l’équilibre dont tu as besoin. En attendant, nous sommes là, pour t’envoyer tous les remèdes possibles et imaginables de la pharmacie PA, ils sont tous remboursés en plus !

    Je t’envoie tout mon soutien, à défaut de pouvoir te serrer très fort dans mes bras (on oublie souvent les bénéfices d’un bon câlin) :heart: :heart: :heart:


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.