Petit dictionnaire de Marine



  • PETIT DICTIONNAIRE DE VOCABULAIRE MARIN

    J’ai pu constater à travers mes expériences de la vie, lectures et écritures que le monde marin détenait un jargon extrêmement riche, un vocabulaire bien à lui et une quantité d’objets liés à la mer et aux bateaux qui n’en finissait pas de s’allonger. La moindre petite pièce d’accastillage sur un navire porte un nom et parfois détient une histoire.

    Ce petit dictionnaire n’est qu’un début et il est non exhaustif.

    Il peut être largement complété, étoffé, amélioré au gré de nos trouvailles. Je vous invite donc à partager vos interrogations et connaissances dans le domaine. Toutes les mots et anecdotes autour de la mer seront les bienvenus."

    Description de bateau
    définition
    ACCASTILLAGE(nm) 1. ensemble des superstructures d’un navire
    2. quincaillerie de marine.
    AMURE(nf) 1. cordage qui retient le point inférieur d’une voile carrée du côté d’où vient le vent.
    2. côté d’où vient le vent.
    AUSSIÈRE ou HAUSSIÈRE (nf) gros cordage employé pour l’amarrage, le touage des navires et pour les manœuvres de force.
    AVIRON (nm) rame qu’on actionne à partir d’un point fixe sur la plat-bord d’une embarcation.
    BANC DE NAGE (nm) planche qui relie les deux bords d’une embarcation, servant d’assise aux nageurs maniant les avirons.
    BANETTE (nf) couchette à bord d’un bateau.
    BARROT (nm) chacun des éléments de charpente, perpendiculaires à l’axe longitudinal d’un bateau et fixés aux membrures qui soutiennent les ponts.
    BASTINGAGE (nm) 1. garde-corps
    2. caisson à hamacs placé à l’intérieur des pavois sur les bâtiments de guerre.
    BEAUPRÉ (nm) mât placé plus ou moins obliquement à l’avant d’un voilier.
    BÔME (nf) espar horizontal sur lequel est verguée la partie basse d’une voile aurique ou triangulaire.
    BORDAGE (nm) chacune des planches ou des tôles longitudinales recouvrant la charpente d’un navire (et qui forme avec d’autres, le BORDÉ)
    BOSSOIR (nm) appareil de levage servant à hisser ou à mettre à l’eau une embarcation ou à la manœuvre des ancres.
    BOUCHAIN Coque à bouchain rond - partie courbe de la carène d’un navire comprise entre les fonds et la partie verticale de muraille.
    CABESTAN (nm) treuil à axe vertical, employé pour toutes les manœuvres exigeant de gros efforts.
    CABOTAGE (nm) navigation marchande le long des côtes, et spécialement entre les ports d’un même pays, par opp. à la navigation au long court et au bornage.
    CAILLEBOTIS (nm) treillis de bois ou de métal servant de plancher amovible posé sur l’écoutille dans le pont principal d’un navire permettant l’accès aux entreponts et aux cales.
    CALE SÈCHE ou CALE DE RADOUB (nf) bassin que l’on peut mettre à sec pour y réparer le navire.
    CAMBUSE (nf) magasin d’un navire contenant les vivres et le vin.
    CARGUE (nf) cordage servant à replier ou à serrer une voile contre la vergue ou le mât.
    COLTIS (nm) le premier couple d’un navire à l’avant.
    COQUERIE (nf) cuisine à bord d’un navire.
    COQUERON (nm) compartiment étanche en poupe ou en proue qu’on peut remplir d’eau pour améliorer l’assiette du navire.
    DALOT (nm) trou dans le pavois d’un navire pour l’écoulement des eaux.
    DAME DE NAGE (nf) entaille pratiquée dans le bordage supérieur d’une embarcation et servant d’appuis aux avirons, accessoire en forme de fourche, articulée sur un pivot, servant au même usage.
    ÉCOUTE (nm) cordage servant à orienter la voile.
    ECOUTILLE (nf) ouverture rectangulaire pratiquée dans le pont d’un navire pour accéder aux entreponts et aux cales.
    ENFLÉCHURE (nf) chacun des échelons entre les haubans pour monter dans la mâture.
    ESPAR (nm) (poutre) longue pièce de bois (ou métal ou plastique) de gréement d’un bateau (vergue, bôme, tangon)
    ETAI (nm) câble métallique ou cordage destiné à maintenir en place un mât.
    ETRAVE (nf) pièce massive qui forme la limite avant de la carène d’un navire.
    FALOT (nm) grande lanterne portative.
    FANAL (nm/plur. aux) lanterne de navire. sert aussi pour le balisage des côtes.
    FARGUES (nm) 1. bordage supérieur d’une embarcation, dans lequel sont pratiqués des dames de nage.
    2. pavois de protection au-dessus du pont découvert, à l’extrémité avant d’un navire.
    FILIN (nm) cordage en chanvre ou acier - cordage quel qu’il soit.
    FOC (nm) chacune des voiles triangulaires établies à l’avant d’un navire.
    FOC D’ARTIMON (nm) voile d’étai, qui s’installe entre le grand mât et le mât d’artimon.
    FRANC-BORD (nm) distance verticale mesurée au milieu d’un navire entre la flotaison en charge et la partie supérieure du pont connu le plus élevé.
    FRANC-TILLAC (nm) ancien terme de marine, signifiant un pont complet couvrant le navire d’un bout à l’autre.
    GABARE ou GABARRE (nf) grande embarcation pour le transport de marchandises sur les rivières ou les estuaires.
    GABIE (nf) hune placée au sommet des mâts à antenne.
    GAFFE (nf) perche munie d’un croc et d’un pointe métallique pour accrocher et accoster, etc.
    GAILLARD D’AVANT et D’ARRIÈRE (nm) chacune des superstructures placées à l’avant et à l’arrière sur le pont supérieur et servant de logement le gaillard d’arrière s’appelle aussi la DUNETTE.
    GARCETTE (nf) petit cordage tressé, «garcette de ris»
    GOUVERNAIL (nm) appareil constitué d’une surface plane orientable (le safran) solidaire d’un axe vertical et servant à diriger un navire, un sous-marin.
    GRAND PAVOIS (nm) ornementation de fête des navires - constitué par le petit pavois et par une guirlande de pavillons de signaux tendue de l’avant à l’arrière en passant par le haut des mâts.
    GRAPPIN (nm) 1. ancre sans jas, à quatre ou cinq crochets pour petites embarcations.
    2. crochets d’abordage.
    GRÉEMENT (nm) ensemble des cordages, manœuvres, poulies qui servent à l’établissement et la manœuvre des voiles d’un bateau.
    HAUBAN (nm) chacune des manœuvres dormantes servant à soutenir et à assujettir les mâts par le travers et par l’arrière.
    HUNE (nf) plate-forme fixée à l’extrémité supérieure du bas-mât, qui permettait de donner un écartement convenable aux haubans.
    HUNIER (nm) voile carrée située immédiatement au-dessus des basses voiles.
    LISSE (nf) pièce plate (ou tube métallique dans le cas d’un navire contemporain) placé à la partie supérieure d’un pavois ou d’une rambarde et servant de main courante ou d’appui.
    MÂT (nm) grand mât, mât principal d’un voilier.
    mât de misaine, mât d’avant.
    mât d’artimon, mât d’arrière.
    MÂTER pourvoir un navire de son ou ses mâts.
    MISAINE(nf) 1. basse voile du mât de misaine
    2. mât de misaine : mât de l’avant d’un navire, situé entre le grand mât et le beaupré.
    NID-DE-PIE (nm) poste d’observation situé sur le mât avant de certains navires et où se tient l’homme de vigie.
    PAGAIE (nf) rame courte, à pelle longue, qui se manie sans être appuyée à un point fixe.
    PASSAVANT (nm) passage entre l’avant et l’arrière d’un navire (passerelle ; espace entre un roof et le bastingage, etc.)
    PAVOIS (nm) partie de la muraille d’un navire s’élevant au-dessus du pont découvrant et servant de garde-corps et de protection.
    PETIT PAVOIS (nm) ornementation de fête des navires - consiste en de petits pavillons nationaux hissés en tête de chaque mât.
    PLAT-BORDlatte de bois entourant le pont d’un navire.
    POINT D’AMURE (nm) inférieur avant d’une voile trapézoïdale ou triangulaire.
    POUPE (nf) partie arrière du navire
    PROUE (nf) partie avant du navire
    QUILLE (nf) élément axial de la partie inférieure de la charpente d’un navire, prolongé à l’avant par l’étrave et à l’arrière par l’étambot et sur lequel s’appuient les couples.
    RADOUB (nm) réparation, entretien de la ooque d’un navire.
    RALINGUE (nf) cordage auquel sont cousus les bords d’une voile pour les renforcer.
    RIS (nm) partie de la voile destinée à être serrée sur une vergue ou une bôme au moyen de garcettes pour pouvoir être soustraite à l’action du vent. «prendre des ris».
    ROUF ou ROOF (nm) superstructure pouvant être munie d’un capot à glissières, établie sur le pont d’un navire.
    SABORD (nm) ouverture quadrangulaire pratiquée dans la muraille d’un navire, munie d’un dispositif de fermeture étanche et servant soit de passage à la volée des pièces, soit de prise d’air pour les chambres et batteries.
    SAFRAN (nm) pièce plate qui constitue la partie essentielle du gouvernail sur laquelle agissent les filets d’eau.
    SENTINE (nf) partie de la cale d’un navire où s’amassent les eaux.
    SPINNAKER ou SPI (nm) grande voile triangulaire, légère et creuse, envoyée dans la marche au vent arrière et aux allures portantes.
    TANGON (nm) espar horizontal placé en dehors du bâtiment, perpendiculaire à la coque, servant à amarrer une embarcation, à amurer un spinnaker, à gréer des lignes.
    TILLAC (nm) pont supérieur sur un navire en bois.
    TIMON (nm) barre de gouvernail ; gouvernail
    TIMONERIE (nf) 1. abri qui protège l’appareil à gouverner et l’homme de barre sur les bateaux de petit tonnage. sur les grands navires on dit passerelle.
    2. ensemble des timoniers d’un navire, service dont ils sont chargés.
    TIRANT D’EAU (nm) distance verticale entre la flottaison d’un navire et le dessous de la quille.
    TOLET (nm) tige fixée dans la plat-bord d’une barque, servant à recevoir l’erseau d’un aviron et remplaçant une dame de nage.
    VAIGRAGE (nm) ensemble des vaigres
    VAIGRE (nf) bordage qui couvre le côté intérieur des membrures d’un navire.
    VERGUE (nf) espar cylindrique, effilé à ses extrémités et placé en travers du mât pour soutenir et orienter les voiles.
    WINCH (ou cabestan) : manivelle (essentielle) qui contrôle la voilure.
    YOLE (nf) embarcation légère et allongée, d’un faible tirant d’eau, propulsée par des avirons.

    hommes et expressions de marine
    définition
    TIMONIER (nm) à bord des navires de guerre, matelot chargé des signaux et de service de veille sur la passerelle ; dans la marine marchande, marin chargé de la barre.
    BOSCO maître de manœuvre.
    CAMBUSIER membre d’équipage chargé de la gestion de la cambuse.
    COQ cuisinier à bord d’un navire.
    CHARPENTIER maître dans l’entretien de la charpente et autres pièces de bois du navire.
    VIGIE homme de veille en observation à bord d’un navire.
    CALFAT ouvrier qui calfate le navire.
    GABIER matelot préposé aux voiles et au gréement. aujourd’hui : à la manœuvre.
    SECOND officier qui vient après le commandant d’un navire et qui est chargé de le suppléer.
    QUARTIER-MAÎTRE (nm) grade le moins élevé de la hiérarchie de la marine militaire. correspond à celui de caporal ou brigadier.
    BÂBORDAIS (nm) membre d’équipage faisant partie de la bordée de bâbord, qui prend le quart en alternance avec les tribordais, dans la marine de guerre.
    TRIBORDAIS (nm) homme de l’équipage faisant partie du quart de tribord.
    LIEUTENANT troisième homme parmi les officiers d’un navire, supplée au capitaine et au second si ceux-ci sont défaillants au commandement.
    OFFICIER DE QUART responsable de la conduite d’un navire suivant les ordres de son commandant.
    SKIPPER le skipper est le capitaine du bateau (se dit surtout dans la plaisance)
    BISCUIT DE MER galette très dure constituant autrefois un aliment de réserve pour l’équipage.
    CAQUE DE POISSON SALÉ (nf) barrique pour presser et conserver les harengs fumés ou salés.
    MANGEUR D’ÉCOUTE manœuvrier dur à la tâche.
    PARÉ À AMENER préparer, tenir prêt à abaisser (une voile, une embarcation, l’ancre, etc.)
    BRANLE-BAS(de l’ancien français, branle, hamac et bas) ordre de rouler et de dérouler les hamacs, grande agitation, désordre qui précède une action pour laquelle on se prépare.
    BRANLE-BAS DE COMBAT préparation au combat d’un navire de guerre.
    FAIRE PLEIN VENTRE amener les voiles à se bomber sous l’action du vent.
    VIRER AU CABESTAN changer de direction à l’aide d’un treuil à axe vertical, manœuvre exigeant de gros efforts.

    termes de navigation et manœuvres
    description
    ABATTRE s’écarter du lit du vent (par opp. à lofer).
    AFFALER faire descendre, un chalut, une voile.
    AMURE naviguer bâbord ou tribord amures, en recevant le vent par bâbord ou tribord.
    AU PRÈS dans la direction la plus rapprochée de celle d’où vient le vent.
    BÂBORD côté gauche d’un navire, en regardant vers l’avant. (par opp. à tribord).
    BANDE (nf) inclinaison que prend un navire sur un bord sous l’effet du vent ou du poids d’une cargaison mal répartie «donner de la bande».
    BAU (plu. baux) barrot. Mod. maître bau : le plus grand bau du navire ; endroit où le navire est le plus large. section : «au maître bau»
    BORDÉE distance parcourue entre deux virements de bord par un navire qui louvoie. «tirer des bordées» (syn. bord)
    fam. tirer une bordée : descendre à terre pour boire et s’amuser en parlant des marins.
    chacune des deux parties d’équipage organisées en vue du quart à la mer.
    ensemble des canons rangés sur chaque bord d’un navire.
    décharge simultanée des canons d’un même batterie.
    CABANER mettre une embarcation la quille en l’air ; se cabaner (syn. chavirer)
    CABOTER faire du cabotage ; naviguer à faible distance des côtes.
    CARGUER replier, serrer (une voile) autour d’un espar (vergue, bôme, mât) à l’aide d’une cargue.
    CHOQUER (la voile) : donner du mou
    CINGLER faire voile, naviguer vers un point déterminé.
    COUP DE TABAC coup de roulis, coup de tonnerre, coup de mer, gros paquet de mer ; brusque embardée qu’il cause.
    DÉBOUQUER sortir de l’embouchure d’un canal.
    DÉFERLER déployer une ou des voiles venir se briser en roulant, en écumant, en parlant des vagues.
    DÉHALER déplacer (un navire) en halant sur ses amarres. navire qui se déhale, qui s’éloigne d’une position dangereuse.
    DÉRAPER se détacher du fond en parlant d’une ancre.
    DÉVENTER manœuvre consistant à perdre l’appui du vent dans la voilure.
    DRISSE (nm) cordage qui sert à hisser. Point de drisse : point de la vergue ou de la voile où frappée la drisse.
    DROSSER pousser (un navire) à la côte ou sur un danger, en parlant du vent ou du courant.
    ÉLONGER étendre, étirer dans le sens de la longueur (un câble, un cordage, etc.)
    EMPANNER faire passer la voilure d’un bord à l’autre, au moment du virement de bord vent arrière.
    ÉPISSER assembler deux cordages en entrelaçant les torons.
    ERRE vitesse résiduelle d’un navire sur lequel n’agit plus le dispositif de propulsion.
    ÉTARQUER raidir, tendre une voile le long de sa draille, de vergue, de mât, etc.
    FERLER serrer pli sur pli une voile contre un espar (bôme, vergue) et l’y assujettir.
    GÎTE (nf) bande, inclinaison sur un bord.
    GRAIN coup de vent violent et subit, généralement de courte durée.
    HALER faire un effort en tirant, remorquer (un bateau) à l’aide d’un câble à partir de la berge.
    LOF (nm) côté d’un navire qui se trouve frappé par le vent «partir au lof» «aller au lof», se rapprocher de la direction d’où vient le vent. «virer lof pour lof», virer vent arrière.
    LOFER gouverner plus près du vent (par opp. à abattre).
    METTRE DE LA TOILE hisser la voilure d’un navire dans l’intention de prendre le vent.
    MOUILLAGE (nm) 1. emplacement favorable à l’ancrage d’un bâtiment de navigation.
    2. manœuvre pour jeter l’ancre. «paré au mouillage !»
    PAGAYER manier une pagaie, diriger une embarcation à l’aide d’une pagaie.
    PÉTOLE aucun vent donnant à la mer une surface sans aucune ridule. (syn. mer d’huile)
    PRENDRE DES RIS diminuer la surface d’une voile en nouant les garcettes de ris.
    QUART service de veille de quatre heures sur un navire.
    QUART DE BÂBORD membres d’équipage de veille au côté gauche d’un navire de guerre.
    QUART DE RADE membres d’équipage restant à terre pendant une manœuvre en mer de leur navire.
    QUART DE TRIBORD membres d’équipage de veille au côté droit d’un navire de guerre.
    RAGUER s’user, se détériorer par le frottement sur un objet dur, en parlant d’un cordage.
    ROULIS mouvement d’oscillation d’un bord à l’autre que prend un véhicule en particulier un bateau, autour de son axe longitudinal, sous l’influence d’une force perturbatrice.
    SERRER LE VENT s’approcher de la direction du vent.
    SOUQUER raidir, serrer fortement - tirer sur les avirons.
    TALONNER en parlant d’un navire, toucher le fond de l’extrémité de la quille.
    TANGAGE mouvement oscillatoire d’un navire dans le sens de la longueur, sous l’action des vagues.
    TOSSER frapper, taper contre qqch. sous l’effet de la houle (se dit en partic. d’un navire qui frappe contre le quai.
    TOUAGE remorquage à l’aide d’un toueur de bâtiment sur les voies de navigation intérieure.
    TOUER remorquer un bâtiment de navigation à l’aide d’un toueur.
    TRIBORD côté droite d’un navire, en regardant vers l’avant. (par opp. à bâbord).
    VIRER DE BORD changer de direction, de cap.



  • Oh Mon Dieu Vef, si tu savais comme ce vocabulaire va m’eêtre utile pour l’histoire dont j’écris le plan en ce moment. Amour sur toi <3 <3 <3


  • Plume d'Argent

    @Vefree, je suis impressionnée ! :sailboat: (À vrai dire, je ne connais rien à la navigation.)


  • Plume d'Argent

    Idem @vefree , je n’y connaissais pas grand-chose à part deux ou trois expressions, et même sans écrire sur ce thème c’est toujours intéressant d’apprendre de nouveaux mots. Merci !



  • Quel énorme travail @vefree ! Merci à toi :o
    Voilà quelque chose qui me sera utile :)


  • Plume d'Argent

    Merci pour ce vocabulaire ! J’ignore s’il me servira un jour, mais c’est toujours bon à connaître !


  • Plume d'Argent

    Ah, c’est tout un univers, la navigation. Merci pour cette belle liste.
    Tiens, tu peux peut-être rajouter le tangage, je ne l’ai pas vu.
    TANGAGE mouvement oscillatoire d’un navire dans le sens de la longueur, sous l’action des vagues.
    C’est important le tangage, c’est ça qui fait vomir… (plus que le roulis !) :confounded:
    (tangage, roulis, ça marche aussi pour les avions)
    Il manque aussi les grades militaires de la marine nationale (oui, c’est pas la marine à voile, mais c’est la marine quand même). Je ne suis pas spécialiste, hein, mais il y a les aspirants/enseignes de vaisseau/lieutenant de vaisseau/capitaine/amiral.
    Bon, c’est moins pittoresque, ceci dit…



  • C’est d’ailleurs une grande partie de ce même vocabulaire qui est utilisée au théatre pour monter les décors, puisque c’est le même type de mécanismes qui était utilisé).

    Bref, ça me rappelle plein de bons souvenirs, à la fois théatraux et marins !

    Il faudrait ajouter “À la cape” (quand on affale toutes les voiles – en cas de grande force de vent – on règle le cap et la vitesse par rapport au vent et on se laisse dériver et porter par la houle jusqu’à ce que le calme revienne)
    Choquer (la voile) : donner du mou
    Winch (ou cabestan) : manivelle (essentielle) qui contrôle la voilure.
    Skipper : le skipper est le capitaine du bateau (se dit surtout dans la plaisance)
    Mais il y en a tellement d’autres encore !

    Et j’en profite pour dire que le mot corde n’est JAMAIS prononcé sur un bâteau, il porte malheur. On dit bout (prononcer le “t”), écoute, drisse mais JAMAIS corde.

    Et je viens de trouver ça aussi (parce que le vocabulaire est vraiment précis, mais aussi très vaste, en fonction du type de bateau, du mode de navigation etc)
    : https://fr.wikipedia.org/wiki/Glossaire_maritime


  • Plume d'Argent

    Merci pour la liste ! : )
    Mais donc quand on dit que le bateau “tangue”, c’est forcement d’avant en arrière ?! J’avais tendance à l’utiliser aussi pour le mouvement de droite à gauche… comment on dirait alors pour la version ‘roulis’, le bateau fait quoi comme verbe ? 8·I



  • Tangage, si je ne m’abuse, c’est d’avant en arrière et roulis de droite à gauche, mais parfois c’est un peu tout ça en même temps, burp :upside_down: .


  • Plume d'Argent

    @itchane @Aranck Oui, le tangage, c’est avant arrière, alors que le roulis c’est de droite à gauche. On dit que le bateau tangue, ou qu’il roule (mais c’est moins employé). Et il peut très bien faire les deux à la fois, le coquin…:dizzy_face:


  • Plume d'Argent

    Ha mais oui, tout simplement, il “roule”, je me sens un peu bête de ne pas y avoir pensé ^^
    Bah mince alors, moi je disais “tangue” dans tous les cas, j’ai appris un truc ! : D



  • Ooh super utile ! Merci infiniment !



  • trop cool, j’en ai pas besoin mais c’est super interessant quand même !



  • Super !
    Je suis contente que ce soit utile à certains et j’apprécie vos compliments.
    J’ai ajouté les quelques mots dont vous avez parlé. C’est vrai qu’ils sont utiles et souvent utilisés.
    Quant aux différents grades de marine, il faudrait faire une recherche pour tous les mettre dans l’ordre. Là, je manque un peu de temps pour faire ça.
    @Gueule-de-Loup, qu’écris-tu donc dans le monde de la mer ?..



  • C’est le texte que je suis en train de préparer Vef ^^ Le Livre des Vérités, qui se passe sur un archipel mi-paradisiaque mi-bayou et marécage. Du coup, il y a pas mal de corsaires qui dépendent des big boss locaux. Du coup je commence à me renseigner pas mal sur les us et coutumes, la nourriture (les boucans, miam), la vie des pirates etc…


  • Plume d'Argent

    @vefree : pour les grades, j’ai mis uniquement les officiers et c’est dans l’ordre (mais il y a plusieurs sortes de capitaine et d’amiraux, là j’ai un peu condensé…). C’est vrai que c’est loin d’être exhaustif, il faudrait mettre les officier mariniers (sous-officiers) aussi…



  • @Gueule-de-Loup : oh, je vois ! c’est un univers moite à bien des aspects. Tu le situes à quelle période ? Est-ce que ça colle à notre histoire réelle ou l’univers est inventé ?
    @Rachael : ça va faire une longue liste en effet. Je pense que tu parles des officiers contemporains en plus. Et si on ajoute les hiérarchies pirates, ça va faire du monde !


  • Administratrice

    Ehehe merci Vef’ ! Ce qui est cool avec les termes nautiques, c’est que ça sert bien en SF aussi ! :rocket:


  • Plume d'Argent

    @vefree : Ah oui, moi je parlais de la hiérarchie actuelle dans la marine nationale. Si on rajoute les hiérarchies anciennes de marine militaire + marchande, et les pirates, il va falloir de la place…


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.