L'extrait mystère


  • Plume d'Argent

    Shaaaaame je l’ai même pas reconnu :’(
    Pardonne moi @Luna !



  • A juste titre de @Cliène, ca fait pas un pli. XD
    Euh sinon y a que moi qui suit traumatiser par le chat dans le congélateur :afraid:


  • Plume d'Argent

    Aaah, je connait pas, mais ça fait bien envie <3.
    @Fabie81 il y a une raison pour ce chat dans le congélo, mais c’est une scène qui fend le coeur :’(.



  • @Gueule-de-loup a dit dans L'extrait mystère :

    mais c’est une scène qui fend le coeur :’(.

    Comme tant de scènes dans Parhélie :heart:

    Moi non plus je connaissais pas cet extrait de Luna ! Ça donne envie en tout cas.


  • Journaliste PAen

    Je dirais même que c’est une histoire qui fend le coeur :crying_cat_face: mais un fendement de coeur de toute beauté.
    Edit : Ah bah voilà, grillée par Ethel :’)


  • Plume d'Argent

    Oui, bravo Ery ! :thumbsup_tone3:

    A ton tour alors… :smile_cat:


  • Journaliste PAen

    Yes :muscle: Bon courage pour trouveeer :D

    À première vue, il s’agissait d’un établissement banal si l’on exceptait son effort de couleur pour ne pas disparaître sous la montagne de gris, noir et blanc. C’était un café, racheté par la filière Marvel Comics. La devanture était en sympathique bois vieillot dans les couleurs bleu, rouge et jaune ; et sur la porte, Captain America vous invitait à entrer avec un large sourire. [La fille] sortit sa carte : la même silhouette, le même sourire plastifié s’y répétaient ainsi que le nom du café. Un texte en italique lui vantait les mérites de son abonnement. Entre autres, un double american (édition spéciale super-héros) offert tous les vingt dollars d’achat.
    Les non-initiés passaient à côté de l’insubordination muette, l’amour des vieilles choses et de l’honnêteté intellectuelle – un penchant extrêmement préjudiciable – propres à l’endroit. Le café, bien que fréquenté par de réels oublieux, de temps à autre, n’était qu’une couverture, et la réserve d’ouvrages cachée derrière n’avait pas trop d’ennuis. Combien de temps avant qu’une patrouille ne déniche le pot aux roses ? Tout pouvait changer si vite.
    Le cou rentré dans les épaules pour se faire plus petite, [elle] passa la porte. Les effluves de café et une musique entraînante à base de trombones l’englobèrent. Trois personnes sirotaient leur boisson ou mangeaient leur pâtisserie. [Elle] en reconnut deux. Pas de clin d’œil, pas de signe suspect ; leur regard glissa sans s’arrêter, comme s’ils ne s’étaient jamais croisés. [Elle] atteignit le comptoir. Une fille dans un tablier rouge reprenant les motifs du mythique bouclier que Captain America se trimballait leva la tête d’un écran ouvert au creux de sa main.
    — Bonjour, je voudrais retirer mon spécial super-héros s’il vous plaît.


  • Plume d'Argent

    Memoria de Jamreo.


  • Journaliste PAen

    Oh pardon j’ai laissé passer deux jours ! Quelle rapidité, faut dire, Donna ^^ C’était bien ça, à ton tour !


  • Journaliste PAen

    Olala, je l’avais pas, mais ça me donne super envie de lire Memoria \o/ Bravo Donna !


  • Plume d'Argent

    @eryblack a dit dans L'extrait mystère :

    Oh pardon j’ai laissé passer deux jours ! Quelle rapidité, faut dire, Donna ^^ C’était bien ça, à ton tour !

    Heureusement que je regarde tous les messages non lus, parce que ce jeu m’était complètement sorti de la tête… 0_1516180327137_poisson rouge1.png

    Elle retrouva le parquet grinçant et alla s’affaler dans un des fauteuils. Commença ensuite son petit rituel. Le livre sur les genoux, elle prenait conscience de lui. Elle respirait, et respirait à travers lui. Elle l’imaginait vivant, une réelle source de savoir et non pas un vulgaire assemblage de papier. Il portait en lui, sur lui, des bribes de connaissance qu’elle allait s’empresser de dévorer. Après quelques profondes respirations, elle l’ouvrit. Elle le colla ensuite à son visage pour en sentir le parfum. Il avait toujours la même odeur. Celui d’un beau papier qui avait un peu vieilli, mais son âge restituait bien sa beauté.
    .
    Venait maintenant le temps de le lire. Elle prit une page au hasard après avoir baladé ses doigts au-dessus d’elles. Elle tomba sur le chapitre à propos du noyer. Cet arbre la fascinait, avec ses grandes branches solides et ses lourdes feuilles. Le livre disait également qu’il avait un parfum assez distinctif. Elle aurait tant aimé sentir cette odeur !


  • Journaliste PAen

    Ça donne trop envie ce petit extrait de @Jamreo <3


  • Plume d'Argent

    (aw :heart: :heart: )
    Je ne connais pas ce nouvel extrait mais il est très joli !



  • This post is deleted!


  • Je sais je sais ! C’est Deus Ex Machina de Quine ! :dancer_tone1:


  • Plume d'Argent

    Bravo, Laure ! :first_place:
    C’est ton tour.



  • J’ai enlevé les noms :sun_with_face:

    Sans pudeur, il enfile son pantalon de travail par-dessus son caleçon et ajuste ses bretelles à outils avant de se diriger vers un lavabo surmonté d’un miroir ébréché. En passant un coup d’eau sur son visage, il compare son reflet [au sien].
    Son teint mat et ses longs cheveux bruns aux ondulations cassées n’ont rien en commun avec la femme pâle qui se tient dans son dos. Pas plus que son visage long - qui se cache derrière un nez rond plutôt massif -, ses yeux bleu violacé et son sourire maladroit aux dents trop pointues. Et que dire de sa stature ? [Il] est grand et dégingandé, avec un cou à la pomme d’Adam proéminente. Ses bras immenses se terminent par des mains d’étrangleur, donnant à sa démarche un étrange balancement de singe. À côté d['elle], c’est à peine s’il a l’air normal, et pourtant elle n’est pas un modèle. La mère et le fils ? La poupée botoxée et l’homme-chimpanzé ?


  • Plume d'Argent

    @laure MA MIE ! Avec VN. Et Loup <3



  • @Flammy je savais que ce serait facile, mais peut-être pas aussi rapide xD Oui c’est bien ça ! :wolf:


  • Plume d'Argent

    Mon esprit me rappela aussitôt à l’ordre. C’était un templier. Une mage et un templier ne pouvaient pas tomber amoureux l’un de l’autre. Le second était là pour protéger la première, pour l’abattre si jamais un démon la possédait ou la punir quand elle abusait de ses pouvoirs. S’aimer dans de telles circonstances n’était clairement pas une bonne chose. Comment tuer l’être aimé ? C’était impossible, terriblement… Non, je ne devais pas céder à cette attirance. Je n’avais pas envie de laisser ma main glisser dans ses cheveux roux, qui viraient au blond en fonction de l’éclairage. Je ne voulais pas que mes yeux bleus se perdent dans les siens noisettes…

    J’étais pathétique. Atrocement pathétique.

    _ Mon enfant, êtes-vous prête ?

    Et voilà pour moi !


Log in to reply
 

Looks like your connection to Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.