Enfants, ados : les accès aux contenus et outils numériques


  • Plume d'Argent

    Ayé, ma fille va entrer en sixième et elle a son premier téléphone.
    Déjà, gros casse-tête pour le choix du forfait, bloqué, pas bloqué, quel volume de données, combien d’heures d’appels… Bref, j’ai passé cette étape.
    Ensuite, j’ai voulu lui créer un compte google, pour pouvoir “superviser” ce qu’elle fait avec. Plutôt dans l’idée d’aider que d’interdire, mais bon soyons honnête, ça revient vite à du flicage… Qu’à cela ne tienne, je suis un mère dans l’air du temps, je jongle avec les droits, d’autant que les applis qu’elle veut sont plutôt raisonnables.
    Bref, on arrive à un bon compromis.
    Sauf… qu’elle ne peut pas utiliser youtube :astonished: J’ai beau chercher toutes les solutions, elle n’a droit qu’à youtube kids (qui est fait pour les enfants de 3 ans parlant couramment 25 langues puisque ça balance des vidéos niveau Teletubbies sans tenir compte de la langue) tant qu’elle n’a pas 13 ans. Rien à faire, je ne trouve aucune dérogation possible. Je n’ai même pas la possibilité de lui donner l’autorisation…
    Si quelqu’un sait comment faire, je suis preneuse !


  • Plume d'Argent

    À part tricher sur son âge, je ne vois pas (et mon fils non plus…). Attendons d’autres avis.


  • Plume d'Argent

    Je vais faire ma mauvaise tête mais en soi… est-ce vraiment une mauvaise chose? Les écrans de près fatiguent énormément les yeux (puis affectent le fait même de fixer, et par là même la concentration en général), surtout quand les images bougent. Et pour cela il n’y a rien de pire qu’un téléphone (sauf peut-être la tablette). En soi, je suppose que rien ne l’empêche d’utiliser youtube sur ordi, je ne pense pas qu’à onze ans elle ait besoin d’avoir youtube en permanence? Et si c’était pour la musique, je pense qu’il doit y avoir d’autres applis?

    Désolée c’était la parole de l’orthoptiste :p


  • Plume d'Argent

    @Isapass Je suis exactement dans la même configuration avec ma fille ainée et j’avoue que je rejoins @Gueule-de-Loup mais pour d’autres raisons.
    Je suis assez parano avec Youtube pour être moi-même tombée sur des trucs assez aberrants en faisant des recherches qui n’avaient vraiment rien de tendancieux (mais si! :smiley: ) De toute façon, à la maison, la tablette, c’est dans le salon, jamais dans les chambres, pour qu’on puisse garder un oeil sur ce que les filles regardent. Et, même avec cette surveillance de loin, elles ont trouvé des trucs qui, sans être franchement gore, m’ont paru disons moyennement appropriés…
    Bref, par-rapport au “cas” Youtube, c’est tout à fait personnel mais - pour le moment - je ne laisserais pas d’accès libre. Elle continuera à regarder sur la tablette à la maison.


  • Plume d'Argent

    @Gueule-de-Loup En fait c’est effectivement pour la musique. Les vidéos sur téléphone en effet, c’est proscrit. Or, maintenant, dans les applis genre deezer et autres, l’écoute gratuite est très limitée. Mais peut-être qu’il y a des applis de musique que je ne connais pas.
    @Alice : yep, ici aussi : téléphone et tablette interdit dans les chambres. Mes deux enfants utilisent pas mal Youtube, et (c’est peut-être une question de chance) ils ne sont jamais tombés sur des contenus qui m’aient fait regretter de leur laisser l’accès.
    @Fannie oui, j’y ai pensé mais je ne suis pas très enthousiaste : il faut que je regarde s’il n’y a pas d’autres implications.

    Merci pour vos réponses en tout cas.

    Ceci dit, en dehors de ma question spécifique, l’accès aux contenus et outils numériques pour les enfants et ados est un sujet intéressant : interdire, accompagner, mettre en garde ?.. Je trouve que c’est souvent compliqué. Je vais changer le titre du topic pour qu’il soit plus général.

    Que faites-vous pour les réseaux sociaux ? De mon côté, j’ai mis mon veto sur l’utilisation et la création de compte sur TOUS les réseaux sociaux.


  • Plume d'Argent

    @isapass a dit dans Ado et premier mobile :

    Que faites-vous pour les réseaux sociaux ? De mon côté, j’ai mis mon veto sur l’utilisation et la création de compte sur TOUS les réseaux sociaux.

    C’est ce que nous avions fait avec notre fils, mon mari et moi. (Aujourd’hui, il est majeur, alors je ne peux plus rien dire).
    Nous lui avions également interdit d’envoyer des photos de lui, même par courriel, à des gens qu’il n’avait jamais rencontrés en chair et en os ou d’aller les retrouver sans nous en parler préalablement. (Mais nous avons vu qu’il avait quand même envoyé des photos. Ce n’était rien de compromettant, mais ça montre qu’ils ont vite fait de désobéir.)


  • Plume d'Argent

    Pour la musique j’utilise Spotify et tu n’es pas limité pour l’écoute en elle-même, juste des fonctionnalités bloquées et un peu de pub (une fois par heure ou par demi-heure, je me souviens plus)

    Pour discuter longtemps avec des ados au boulot, interdire ne sert à rien, au contraire. Ils trouveront toujours - part du principe qu’ils seront plus inventifs avec ces nouveaux joujoux que toi ou moi :laughing: Accompagner reste la meilleur solution, et ça laisse surtout le dialogue ouvert. S’ils tombent sur quelque chose de déplacé, il faut espérer qu’ils se sentent suffisamment en confiance pour en parler.

    Pour les réseaux, c’est à double tranchant. Personnellement je pense que j’opterai pour ce que dit @Fannie mais faut se préparer à des arguments du genre “Si t’as pas Snapchat/Facebook or whatever, t’es pas intégré” ou “les autres se moquent de moi”, etc.
    Ca n’existait pas quand j’étais au lycée, encore moins au collège, mais j’ai presque dix ans différence avec ma soeur et quand j’ai vu comment ça tournait j’ai halluciné :dizzy_face:


  • Plume d'Argent

    @fannie aujourd’hui, ces sujets sont même abordés à l’école (ça a été le cas pour ma fille en tout cas), ce que je trouve bien. Pourtant ma fille accepte mal l’idée que des personnes puissent être mal intentionnées. Je trouve plutôt bien qu’elle ait une vision positive de l’humanité et j’encourage ça dans la mesure où c’est aussi ma façon de voir, mais à son âge, il est difficile de lui expliquer qu’il y a une différence entre positivisme et naïveté.
    Tout ça devient vite philosophique, finalement.

    Est-ce que ton fils t’avait expliqué ce qui l’avait motivé à envoyer ses photos malgré votre interdiction ?


  • Plume d'Argent

    @isapass Mes filles ont 10 et 8 ans. Mon point de vue sur les réseaux sociaux à leur âge est non négociable : pas question quel que soit le réseau :smiley:

    C’est vraiment l’entrée en 6ème et le “besoin” de pouvoir la contacter et de savoir où elle était à la sortie du collège qui nous a poussé à passer au portable. Sur le fond, je ne suis pas super emballée par l’idée (même si je suis bien consciente qu’il faut vivre avec son temps, tout ça…)
    Je suis à fond pour l’accompagnement et je pense qu’on va passer une bonne partie des vacances à poser des limites à l’utilisation de l’engin et surtout à l’alerter sur ce qu’il ne faut pas faire…

    Pour te donner un exemple de ce qui me tracasse : mon mari a mis la ligne du futur portable de ma fille en service la semaine dernière. Donc numéro tout neuf. Une autre gamine est tombée, je ne sais pas comment, sur ce numéro (qui était peut-être attribué à quelqu’un d’autre) et a téléphoné, croyant apparemment contacter une copine. C’est mon mari qui a répondu, il lui a dit que ce n’était pas le bon numéro. La môme, au lieu de laisser tomber, a envoyé deux textos pour savoir si c’était pas quand même sa copine à l’autre bout… :fearful:
    Objectivement, elle aurait pu tomber sur n’importe quel taré qui aurait profité de l’occasion pour discuter avec elle ou pire…
    Donc, quand je vois à quel point les gamins sont inconscients par-rapport aux moyens de communication, je suis quand même sacrément inquiète…


  • Plume d'Argent

    Alors je n’ai pas d’enfant mais j’ai une petite expérience professionnelle :p. Dans tout les cas, ça ne sert à rien d’interdire le numérique et d’être trop raide. Au contraire, ça les braque et ça les attire encore plus. Il faut faire un tri. Pour ma part je suis assez pour un téléphone dés le collège, mais un tél sans internet, qui sert aux texto et à téléphoner :p
    Je suis radicalement contre les tablettes, pour des raisons visuelles, mais assez pour un peu d’internet sous surveillance histoire de les initier aux subtilité de la chose.
    Je suis pour un peu de jeux vidéos aussi, parce qu’on fait des choses vraiment merveilleuse maintenant sous plein de formes diffférentes, mais avec une sélection du type de jeux vidéos et l’élimination des jeux en réseaux (la maison c’est la maison, ce n’est pas extension de la vie avec les copains!)

    Pour les réseaux sociaux, je pense que ça dépend duquel. Il faut peut-être encadre ça? Les forum sont aussi des réseaux sociaux et si je me souviens bien, on a eu quelques petits duvets qui étaient bien contents que leurs parents les laissent être parmi nous ;) Quand à l’argument “Si t’as pas Snapchat/Facebook or whatever, t’es pas intégré” ou “les autres se moquent de moi”, etc. je pense qu’il est le même que pour les vêtements de marque et ce genre de chose qui existent depuis longtemps.
    Il y aura toujours d’autres enfants qui seront concernés par les interdictions que les votre et ce ne sont pas ceux qui se moqueront qui seront les amis les plus fidèles. Affronter les cons et serrer un peu les fesses est douloureux, mais c’est un apprentissage de la vie. Il me parait un meilleurs choix que d’apprendre à imiter les autre, dans la peur d’être moqué. Et il ne faut pas oublier que les réseaux sociaux sont aussi un excellent moyen de se moquer d’autrui.


  • Plume d'Argent

    @gueule-de-loup a dit dans Enfants, ados : les accès aux contenus et outils numériques :

    Les forum sont aussi des réseaux sociaux et si je me souviens bien, on a eu quelques petits duvets qui étaient bien contents que leurs parents les laissent être parmi nous

    La différence, c’est la présence des modérateurs ! Surtout que sur PA, les admines réagissent en général hyper vite.

    Pour ce qui est d’interdire, il faut expliquer pourquoi, mais les interdits existent bel et bien. D’ailleurs, un enfant à qui on ne fixe pas d’interdit (ou de limites) se sent généralement perdu.
    Comme dit @Alice, l’entrée en sixième est souvent un moment clé parce qu’on a moins les enfants sous les yeux. Du coup, pour le numérique comme pour le reste, il faut pouvoir faire confiance sur les règles à respecter. Aller chez une copine après les cours ? Ok, à condition de prévenir, de ne le faire qu’avec mon autorisation et de rentrer à l’heure convenue. Avoir un smartphone ? Ok, à condition de ne pas utiliser les réseaux sociaux. Pour moi c’est la même chose : je ne pourrai pas vérifier.
    Là où ça se complique, c’est quand l’ado a un sens critique aiguisé et qu’il/elle se met à remettre en question le bien-fondé des règles établies, parce qu’il/elle pense qu’elles sont dénuées de sens. On a beau essayé d’expliquer les choses, on ne peut pas pensé à TOUT expliquer ! Donc c’est de la pédagogie en continue :)

    @Mary, ok, je vais essayer spotify, merci !

    @gueule-de-loup a dit dans Enfants, ados : les accès aux contenus et outils numériques :

    Il y aura toujours d’autres enfants qui seront concernés par les interdictions que les votre

    Une copine de ma fille regarde Game of Throne avec son père… à 10 ans :astonished:


  • Plume d'Argent

    @isapass a dit dans Enfants, ados : les accès aux contenus et outils numériques :

    Une copine de ma fille regarde Game of Throne avec son père… à 10 ans :astonished:

    Euh… y’a des parents qui m’inquiètent un peu, des fois… -_-


  • Plume d'Argent

    @isapass a dit dans Enfants, ados : les accès aux contenus et outils numériques :

    Une copine de ma fille regarde Game of Throne avec son père… à 10 ans

    Je suis partagée sur ce sujet. J’ai été confronté à du porno à 11 ans au collège sans l’avoir voulu.
    Dans tout les cas, les enfants sont confrontés très jeune à ce genre de choses. La question est: faut-il laisser les enfants accéder au trash sous notre surveillance ou bien les laisser y accéder sans filet et sans nous ? Ou bien croiser les doigts très fort pour qu’ils passent entre les mailles du filet?

    Bon j’avoue que 10 ans pour GOT c’est un peu jeune, mais je crois que par exemple à 12 j’accepterai pour un enfant qui est demandeur.



  • Hum… mon père est gendarme et, quoique très cool, il m’a très souvent mise en garde envers et conte tout quand j’étais plus jeune. Et comme beaucoup de gamins, je répondais juste “oui oui!” pour me débarrasser de la conversation qui ne m’intéressait pas et je passais à autre chose.
    Par contre je me souviens avoir été toujours plus ou moins réceptive aux trucs du genre spot de prévention. Sinon, sur Youtube, il y a la chaine de “LE ROI DES RATS” qui explique les dangers des réseaux sociaux, téléphones, et plein d’autre trucs. Oui je sais: c’est encore sur Youtube. Mais beaucoup d’enfant ont tendance à prendre au sérieux de qui se passe sur internet, et le fait d’avoir une explication autre que celle de ses parents peut l’inciter à écouter autrement


  • Plume d'Argent

    @moja a dit dans Enfants, ados : les accès aux contenus et outils numériques :

    Sinon, sur Youtube, il y a la chaine de “LE ROI DES RATS” qui explique les dangers des réseaux sociaux

    Ah je vais jeter un œil ! Merci ;)


  • Plume d'Argent

    Super idée de topic !
    Je me sens directement concernée par tout ce que vous dites, mais du point de vue d’un enfant à qui l’on interdit les choses.
    Depuis toute petite mon père (et ma mère dans une moindre mesure) a toujours été très stricte. Au niveau des films (j’ai eu droit de voir Star Wars à 12 ans) et d’Internet dès que j’y ai eu accès (à partir de 11 ans). À cette époque il y a avait trois sites sur lesquels j’avais le droit d’aller, le reste était bloqué. Même si je comprenais vaguement que c’était pour me protéger, ça m’a moyennement plu. En m’offrant un ordi, plus tard, il a supprimer le blocage mais il a installé un contrôle parental qui lui permet de voir tout ce que je fais depuis son portable (ce qui m’a rendu parano pendant une période) et qui est toujours en place. Il exige de connaître mes codes d’accès. J’ai bien sûr interdiction de m’approcher de près ou de loin d’un réseau social (j’ai un peu menti en disant que le forum n’en était pas un), mais pour ce qui est de Snapchat ou autre, je n’ai absolument pas envie d’y aller, c’est un choix personnel que je compte perpétrer même après mes 18 ans. Le problème aujourd’hui c’est que je n’ai toujours pas le droit d’aller sur Youtube alors que j’ai presque 17 ans. Clairement, la méthode de mon père n’est pas la bonne. Ça m’énerve et ses raisons ne sont pas toujours valables. Il dit qu’il y a, je cite “des trucs pas pour toi” (entendez de type sexuels). Sauf que non, déjà. Si je voulais regarder du porno j’irais certainement pas sur Youtube. Et puis à mon âge, j’estime être en mesure de connaître mes limites et d’avoir droit à presque tous les contenus (surtout que lesdits contenus ne m’intéressent pas). Il m’interdit beaucoup de choses, à moi et à ma sœur, souvent sans explications (fut une époque où je n’avais pas le droit d’envoyer mes manuscrits à des éditeurs). C’est source de colère et de frustration et ça n’apporte rien. Ça donne juste l’impression qu’on e me fait pas confiance.
    De ma propre expérience, j’opte pour un encadrement, c’est-à-dire pour les plus jeunes le droit de regarder seulement en présence des parents. Et je privilégie l’explication et l’exploration. Les meilleures leçons sont celles qu’on se fait soi-même.
    En somme je suis d’accord avec vous^^

    (désolée papa de te casser du sucre sur le dos comme ça)



  • Intéressant, comme sujet !
    Etant adolescente, je détesterais qu’on me bloque de choses que tout le monde a. Ne serait-ce que pour s’intégrer, même si c’est idiot : un collégien sans les réseaux sociaux aura plus de mal à se faire des amis (en tout cas, dans mon cas). Cependant, je suis tout à fait d’accord, on peut tomber sur des choses assez malsaines et avant le lycée, les réseaux sociaux, c’est très bof. A mon avis, YouTube au collège, ça va, à la limite surveiller un peu ce que fait l’enfant, mais les autres réseaux, du genre Snapchat, Facebook, Instagram, non. C’est un coup à mettre des photos ou tenir des propos qui le suivront toute sa vie. A partir du lycée, tout dépend de l’ado, mais toujours le mettre en garde, même si ça a l’air de l’énerver je pense qu’il écoute un minimum. Enfin, c’est mon avis !
    De manière plus personnelle, j’ai été très affectée au collège par l’interdiction de mes parents d’avoir les réseaux sociaux, même sous surveillance. Je suis automatiquement passée pour une “intello”, une asociale, alors que je n’avais juste pas les mêmes centres d’intérêts. Les collégiens sont durs.
    Je pense qu’il faut apprendre à faire confiance à son enfant à partir d’un certain âge, il grandit et devient une personne à part entière, il ne sera pas sous la surveillance de ses parents toute sa vie.
    A propos du téléphone, je suis d’avis que ce n’est pas utile avant le collège, et encore. Généralement, les parents viennent chercher leurs enfants à l’école primaire, alors à quoi ça sert ? Au collège, il est plus probable que l’enfant prenne le bus, et alors, avoir un téléphone pour prévenir d’un retard, d’un embouteillage ou autre peut être rassurant pour les parents. Et au lycée, avec les transports en commun, les absences de professeurs et l’autonomie qui est demandée, ça me semble essentiel, au moins pour les messages et appels (même si avoir Internet au lycée est très pratique pour les devoirs et la communication sur des applications de type WhatsApp, très prisée par les lycéens).
    Voilà voilà, c’est tout ce que j’avais à dire c:


  • Plume d'Argent

    @Audrey-Lys et @Yvaine merc pour vos avis : très intéressants !

    @Moja j’ai commencé à regarder quelques vidéo du Roi des rats, et c’est assez bien fait, je pense que je vais en regarder certaines avec ma fille (qui va déchanter sur la bonté de l’humanité, mais bon…)



  • Et bien puisque tout le monde fais part de sa petite expérience en tant qu’enfant ou que parent je me permet de rajouter pierre à la pile !

    N’ayant pas d’enfant je vais parler de mon rapport aux écrans plus jeune. Déjà j’ai eu mon portable assez tard pour les conventions actuelles. Je l’ai eu en entrant au lycée et encore on m’a limite forcer à en avoir un ^^ Pas pour la sécurité mais par soucis d’équité entre mon frère et moi, qui lui a eu son portable en entrant aussi au lycée. Je n’y ai jamais vu un grand intérêt et encore aujourd’hui ça se ressent. Aucune application, seuls les SMS, MMS et rarement les appels me sont utiles. (Je passe sous silence le bloc-note qui est rempli de rêve et de brouillon sur mon univers xD). Contrairement à @Yvaine je n’ai jamais eu de soucis d’intégration à cause de cela, déjà mes notes me faisaient déjà passer pour un intello, ensuite j’avais déjà une base d’amis qui me convenait parfaitement grâce à une passion commune, les mangas, et enfin parce que déjà à l’époque je me foutais royalement de l’avis des autres. Aujourd’hui je joue même avec l’image que je donne en publique. Je m’amuse à jouer les psychopathes cinglés mais qui garde ses mains dans ses poches. Serait-ce l’ouverture d’esprit de la fac ou le personnage insolite que je suis en tout cas mon indifférence me permet de facilement m’attirer la sympathie des gens. Bref je digresse.
    Si le portable n’a jamais été pour moi une source de distraction et d’envie, pour l’ordinateur c’est bien loin d’être le cas. Je ne sais plus quand j’y ai eu accès mais je sais qu’en entrant au collège c’était le cas. Je n’avais pas de restriction puisque le seul ordinateur était un fixe dans le salon. J’ai passé et je passe encore beaucoup de temps dessus, sinon tout mon temps libre à vrai dire. Je ne regrette aucunement d’avoir passé tout ce temps dessus et encore moins maintenant qu’il est devenu une source intarissable d’informations scientifiques et culturelles. Toutefois l’absence de limite m’a amené très tôt à aller sur des sites à caractère sexuel, je n’en suis pas fier et je trouve même ça débile mais me voilà aujourd’hui bien conscient que les vidéos que j’ai vu sur ce genre de site n’ont rien à voir avec la réalité malgré mon inexpérience dans le domaine.
    En somme, je ne pense pas que les écrans représentent un réel danger (autre que l’exposition prolongé à la lumière bleue sans protection) pour l’enfant. Tout dépend de lui. Je sais que ce n’est certainement pas 100% vrai mais j’aime à penser que ce que je suis, je le suis par mes choix et mes réflexions sur celui que je veux être et l’ouverture à internet m’a même aidé à me construire une image de celui que je suis et de celui que j’aspire encore à devenir. J’ai rapidement joué à des jeux de violences mais je ne le suis pas moi-même si elle n’est pas nécessaire (cas de légitime défense ou aide à personne en danger) ce qui ne m’est encore jamais arriver. J’ai plongé dans le monde du porno et j’y suis encore baigné mais je n’en suis pas moins chaste, prude et un peu fleur bleu. Je le vois même comme un moyen de faire taire les hormones et de revenir à la raison que je chéris tant.
    J’en viens maintenant aux réseaux sociaux. J’ai triché pour aller sur facebook mais compte tenu de mes centres d’intérêts je n’ai pas publié de photo de moi ni de poste de garçon tourmenté par la vie. C’était pour moi un simple moyen de communication à grande échelle pour retrouver une communauté autour d’un intérêt commun, les mangas (encore une fois). Je n’utilise aujourd’hui que Facebook et Twitter, l’un pour garder contact avec des amis (virtuels) étrangers, l’autre pour avoir l’actualité sur ce qui me plait puisque c’est devenu un moyen de communication majeure pour les entreprises et autres.

    Voilà ma pierre, à vous d’en tirer ce que vous pouvez et de vous adaptez en fonction de vos enfants. Même si je sais que ça peut être difficile de savoir ce qu’ils ont en tête surtout quand ils ne viennent pas ou ne veulent pas vous en parler.

    @Isapass Oh là oui tu vas la traumatiser avec la vidéo qu’il a faite sur les pédophiles dans ce genre de réseau, après je pense que tu peux l’en protéger en lui disant d’ignorer les personnes qui demandent à aller au delà du virtuel en l’informant de ne pas passer la frontière du virtuel en envoyant une image. Mais le mieux est de ne pas l’y laisser seule en effet ^^

    PS : Désolé pou le pavé :p Mais c’est mon premier alors vous m’excuserez :p



  • C’est une discussion fort intéressante que voilà ! Et je suis globalement très d’accord avec la position que tient Loup ;)
    Je viens aussi pour ajouter des réminiscence de mon rapport à tout ça dans ma tendre jeunesse. Il me semble que j’ai eu un portable en 5e (et toutes mes copines en avait déjà un, qui était parfois plus ou moins utilisé), et c’était d’abord pour le côté pratique pour pouvoir prévenir si j’avais tel ou tel imprévu (genre un retard de bus, une absence de prof etc). Ceci dit je me souviens de m’être pris des réflexions/moqueries plus ou moins dissimulées et ça m’avais affectée, ça aggravait mon ancrage dans les catégories “intello” et “bizarre” et ça me désolait de n’être perçue que par ce prisme. Maintenant je trouve ça vraiment bête d’accorder de l’importance au jugement des autres et je ne trouve pas que ce soit une raison légitime pour accorder tout et n’importe quoi - et je regrette quelque peu de ne pas avoir exprimé ma gêne.
    Cependant, mes parents m’ont toujours laissé une grande part de liberté. Je ne crois pas qu’un seul film m’ait été proscrit, parce que de toute façon, en tant que coeur sensible, je voyais assez vite sic’était ou pas pour moi. Petite anecdote, un jour mon frère regardait Le Seigneur des Anneaux et j’avais très envie de me joindre au visionnage. Seulement, je suis tombée pendant la bataille contre les orcs et pour dédramatiser la chose, quand j’ai demandé ce qu’il se passait mon frère a répondu que les monsieurs-monstres faisaient un concours du plus moche - on a donc passé toute la bataille à élire le plus hideux.
    Cela dit, si je n’avais vraiment de barrières, mes parents m’avaient prévenue : tout n’est pas pour moi sur l’internet, il ne faut pas tout croire (et si j’ai le moindre doute je leur demande), tout le monde n’est pas bien intentionné. Et quand j’entretenais des conversations par email avec mon amoureux de primaire, je sais qu’ils vérifiaient les liens et pièces-jointes qu’on s’envoyait (pauvres d’eux, il n’ont trouvé que de la musique bollywood et sa chaîne youtube de reprises de chorégraphies de Michael Jackson). Du coup j’ai pu flâner énormément sur youtube, mais jamais je ne suis tombée sur des contenus douteux (j’étais très focalisée sur mes centres d’intérêt ; @Yvaine je te rassure, je n’ai jamais été perçue comme plus sociable même si je passais des heures sur cette plateforme XD).
    Pour ce qui est du porno, on m’en a mis sous les yeux sans que j’aie rien demandé, et même si j’ai été choquée pendant un temps, ça ne m’a pas empêchée d’y revenir, mais en toute connaissance de cause (encore une fois, merci à la liberté de parole de mes parents qui l’air de rien ont distillé leur sagesse).
    Pour une raison obscure je me suis créé un compte facebook en douce et je l’ai dissimulé pendant longtemps, mais vu que je mens très mal, ils l’ont vite su.
    Actuellement, j’ai conservé ce compte surtout pour des raisons pratiques comme la messagerie, mais j’ai aussi adopté d’autres réseaux sociaux. Cependant je ne pense pas en avoir un usage outrancier et je porte dessus un regard averti.


Log in to reply
 

Looks like your connection to Forum Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.