Mon petit atelier



  • Bienvenue dans mon atelier.

    C’est là que je bricole, que je bidouille, que je gribouille, que je scribouille, que je zigouille (mes personnages, uniquement).
    Bien que j’aie, comme vous tous⋅tes, plusieurs idées et projets sur le feu, je donne la priorité (au livre de mon client et) à Phase Terminale, le roman qui couve en moi depuis une vingtaine d’années. Il est temps que j’arrête de me disperser et que je mène ce projet à terme. J’ai choisi PA pour l’épreuve du feu qui consiste à présenter ses écrits à des lecteur⋅ices, parce que je ne trouve pas mon compte ailleurs et qu’ici, les avis sont toujours motivants et motivés.
    Phase Terminale en est au stade du premier jet. Les chapitres publiés sur PA ont été légèrement retravaillés. Ce que j’attends de cette confrontation entre mon récit et vous, c’est principalement des retours sur l’histoire et les personnages, ainsi que des avis sur est-ce que je vais trop loin ou pas, est-ce que mon histoire est cohérente, y a-t-il des passages inutiles ou, au contraire, des éléments manquants ?
    Comme je l’ai indiqué entre parenthèses, l’essentiel de mon temps est pour l’instant consacré au livre d’un client. Mon gamin, mon mode de vie et mes divers hobbies ne me laissent que peu de temps libre pour mener à bien à terme cette histoire, mais on sait bien que quand on veut vraiment, du temps, on en trouve. Je ferai donc de mon mieux pour avancer avec régularité et arriver à un manuscrit abouti et présentable (et qui sait, éditable ?).
    Je dois préciser que Phase terminale, comme son nom l’indique, et ne l’indique pas, traite de sujets glauques et déprimants. La maladie n’est pas le sujet principal. Elle est le déclencheur qui fera tout basculer. Les sujets principaux sont en fait la drogue et la prostitution. Mon personnage (que je ne nomme ni ne décris, tout à fait volontairement) se retrouve non seulement confrontée à la maladie, mais aussi à la société, où les femmes sont opprimées, abusées et brisées. Entre mauvaises rencontres et mauvais choix, elle va sombrer avec une conscience parfaitement désabusée.

    Merci d’avance à celles et ceux qui me suivront et m’aideront dans cette aventure. Je file d’ailleurs de ce pas terminer la relecture du chapitre 6 pour le publier sur PA. Ensuite, je me plongerai (dans mon lit) dans vos journaux de bord pour zieuter votre intimité :p



  • Eh ben! C’est joyeux tout ça ^^. Bienvenue dans ton journal de bord! (Et sur PA, je pense que j’avais raté ta présentation, je suis allé la relire pour être sûr ^^.)
    Je te souhaite de bien avancer dans ton projet et de trouver ici tout ce que tu cherches (et plus?)!



  • @doublurestylo bienvenue dans ton jdb, je me retrouve dans la description de ton quotidien qui semble bien bien chargé. 20 ans!!! Ce projet te tient donc bien à coeur et au corps, en même temps son theme est puissamment sombre. Mais je ne peux m’empêcher de sourire (gentiment bien sûr!) 20 ans de Phase Terminale, c’est de l’ironie tragique?

    En tout cas, je souhaite de tout coeur que PA t’aide à y mettre un point final pour que tu puisses te plonger dans tes autres projets.


  • Plume d'Argent

    Ah oui, vingt ans que tu mûris ce projet, quand même… J’espère que PA t’aidera à le concrétiser comme tu le souhaites.
    Tu as déjà écrit entièrement un premier jet, c’est ça ?



  • Bienvenue dans la joie et dans la bonne humeur dans ton JDB @DoublureStylo ! :D
    Je suis déjà lectrice de Phase Terminale et j’espère que les retours que je te proposerais pourrons t’aider au mieux pour mener à bien cette aventure ! c: C’est fou de voir que ce projet mûrit déjà depuis une vingtaine d’années… Ca lui donne encore plus de force je trouve !

    Ce n’est pas trop difficile de détacher ton travail personnel de ton travail avec clientèle ?

    En tout cas, bon courage pour tout ! <3


  • Plume d'Argent

    20 ans ça fait beaucoup, tu en as du courage !
    Bienvenu sur ton JdB en tout cas, fais toi un nid douillet ^^


  • Plume d'Argent

    Bienvenue dans ton JdB, j’espère que que cette longue gestation amènera à un accomplissement abouti !



  • Merci à tous⋅tes pour vos réponses. Pour les vingt ans, disons que ça fait 20 ans que j’y pense, mais je n’ai commencé à jeter l’histoire sur le clavier qu’en 2016, à l’occasion du Nano. J’avais abandonné pour cause de surcharge de boulot, et j’ai terminé le 1er jet grâce au NaNo 2017. Je ne suis donc allée au bout d’aucun NaNo, mais je suis allée au bout de cette histoire, donc c’est gagné ^^
    Donc oui @Rachael , j’ai un premier jet terminé. Je l’ai relu intégralement récemment et certaines parties sont entièrement à remanier ou presque
    Et je pense effectivement trouver sur PA le soutien et la bienveillance nécessaires pour y arriver et parvenir à une histoire aboutie, relue et corrigée ^^
    @Soah Je ne trouve pas, non. C’est comme passer d’un projet à un autre. Peut-être encore est-ce à cause (ou grâce) du jeu de rôle, mais j’ai appris à passer d’un univers à un autre sans trop de difficulté. Ce qui est difficile, c’est de reléguer mon travail personnel au second dernier plan pour tenir les délais demandés par le client ^^


  • Plume d'Argent

    Bienvenue dans ta chambre capitonnée, @DoublureStylo. Installe-toi bien et fais-toi un nid douillet. J’espère que ton projet saura se faire une place dans ton emploi du temps. Bon courage pour la réécriture.



  • This post is deleted!

  • Plume d'Argent

    @doublurestylo Comme je te l’ai dit précédemment, ton roman est un peu trop proche de mon histoire personnelle pour que je puisse le lire sereinement. Cependant, je tenais à te souhaiter la bienvenue dans ton journal de bord et surtout à t’encourager à aller au bout de ce projet. Ce sera, je n’en doute pas, très gratifiant!



  • Merci @Fannie !
    @Alice Je comprends et je te remercie pour ton soutien bienveillant à distance ^^



  • Bienvenue sur ton journal de bord, Doublurestylo ! (Et désolée pour le message supprimé d’il y a quelques jours, c’était juste une mauvaise manip improbable faite sur mon téléphone alors que je m’endormais sur mon canapé dimanche soir… :sweat_smile: ) Le thème de ton roman m’attire pas mal je dois dire, j’aime bien les histoires qui traitent de sujets difficiles… Je vais aller y jeter un œil un de ces jours je pense !



  • @keina Salut et merci ! J’ai cru à un message de haine supprimé durant une crise de remords (je traîne sans doute trop sur Twitter) !
    C’est rare qu’on trouve mon sujet attirant, je dois dire :p Du coup, j’ai hâte d’avoir ton retour (en espérant ne pas décevoir tes attentes ^^).



  • Hello @DoublureStylo
    Je passe par ici pour répondre à ta réponse de commentaire (et oui, les débats peuvent être sans fin, c’est la magie de PA =D )

    Je ne vois aucun souci à ce qu’il y ait des ellipses. Au contraire, ça permet de balayer des scènes moins “utiles” que d’autres au vu de ton intrigue, comme par exemple sa démission. D’ailleurs, le fait que ce soit aussi expéditif est parlant, puisque cela reflète le manque d’intérêt de ta narratrice pour ces choses-là. Effectivement, les chapitres 2 et 3 apparaissent comme des transitions entre le 1 et le 4. Je crois que mon “souci” (encore une fois, je fais du pinaillage exprès, en raison de la gravité de ton sujet !) c’était que ces chapitres 2 et 3 ne m’apprenaient rien. On retrouve le langage cru, les références à l’alcool, son côté “je m’en foutiste” et sa volonté d’embrasser sa condition via une sorte de chute libre dans la fête, la boisson… Mais rien de neuf depuis le chapitre 1, et rien d’aussi tranchant que sa partie de baise avec le barman et la notion de “cancer érogène”. En gros, le premier chapitre m’avait mis une petite claque, et les chapitres de transition qui suivent font quelque part inutilement baisser la tension.

    Une solution serait peut-être de réunir ces trois chapitres ? De greffer le 2 et le 3 à la suite du 1, pour marquer ne serait-ce que visuellement qu’ils appartiennent aux mêmes idées de départ ? Ou alors (ou “ou aussi”), dans le contenu, proposer des images nouvelles, plus fortes ? Qui vont au-delà des “je bois, j’ai la gueule de bois, je fais n’importe quoi de mon corps”, qui sont déjà très présentes dans le chapitre 1 ?

    Pour ce qui est de la réaction du dealer, j’ai compris qu’elle minimisait la violence de la menace du viol, et j’ai tiqué. L’idée qu’elle considère un viol moins violent que le cancer, en revanche, m’a moins sauté aux yeux. Je pense que ce passage gagnerait vachement en intensité et en profondeur si tu établissais de manière plus évidente ce rapport de hiérarchie - mais en gardant en tête que le viol, ça reste d’une violence inouïe. C’est-à-dire que, si ces deux violences (le viol d’une part, le cancer d’autre part) devaient peser séparément dans une balance, il serait préférable d’avoir les deux niveaux qui s’élèvent en même temps, avec une préférence pour le viol sur le cancer - plutôt que le poids du cancer qui écrase complètement le poids du viol. Parce que je vois ce que tu cherche à dire maintenant que tu as répondu à mon commentaire mais, au moment de ma lecture, j’ai vraiment cru que pour la narratrice, le viol n’était pas si grave que cela.

    Après, effectivement, l’intériorisation des violences est une donnée clef dans les rapports de force, sexualisés notamment, et qui implique souvent une forme d’auto-culpabilisation des victimes (en lieu et place des agresseurs). Je trouve ça trop cool que tu l’aies en tête et je vois tout à fait ce que tu veux dire. C’est très dur à rendre via une fiction, car tu mets en scène un personnage-narrateur qui se ment à soi-même, ou plutôt, qui n’est pas bon pour lui-même, sans le savoir. Le but étant de garder son point de vue (qui n’est pas le plus légitime, elle ne devrait pas se rapetisser de la sorte), tout en parvenant à le dénoncer (mais sans tomber dans le “c’est sa faute si elle pense que c’est de sa faute, c’teuh conne”). Bref, tout un programme que tu te poses-là… ! Je suis hyper intriguée parce que ce genre de questions m’animent beaucoup !

    Je te laisse avec ces mini-pavés pour le moment, mais il y aurait encore tellement de choses à dire sur ce genre de sujets… ! Et sur la manière de les retransmettre à travers une fiction.



  • Coucou @liné et désolée de t’avoir fait attendre ! Je rentre tout juste d’une petite semaine de vacances et j’ai préféré attendre mon retour pour te répondre avec toute l’attention que méritent chacun de tes commentaires plutôt qu’à la va-vite ^^ C’est donc parti pour un autre pavé :p

    Alors en fait, justement non, elle n’a pas une volonté de chute libre. En gros, elle s’est payé avec le barman sa dernière “petite fête” et se résigne à une vie rythmée par le traitement et la vie qui va avec, donc la fin temporaire de ses excès, qu’elle pense responsables de sa maladie mais avec qui elle jure de renouer sitôt ce “problème” réglé. Les chapitres 2 et 3 relatent ses états d’âme et son état d’esprit avant d’aborder son traitement et au tout début de celui-ci, mais je suis peut-être passée un peu rapidement sur ces deux passages. Je verrai pour les développer (ou les supprimer s’ils ne sont pas nécessaires et n’apportent rien).

    En relisant pour pouvoir te répondre, je réalise que je pensais avoir coupé le chapitre 1 à “voilà mon premier acte de prostitution”, qui constitue une bien meilleure fin de chapitre et introduit tranquilou l’enfer qui s’annonce :p Du coup, je pense couper là, développer 2 et 3 et peut-être les fusionner.

    En fait, je ne sais pas si elle établit une hiérarchie. Elle est tellement enfermée dans sa maladie, son traitement, la douleur et la détresse morale qu’elle se fout du reste. D’ailleurs, elle le dit "S’il savait que rien ne me fait plus mal ni plus peur que mon cancer. Mon cher petit cancer. Que son numéro de gangster de quartier est loin de m’avoir impressionnée. Je pense qu’en plus, sa personnalité fait qu’elle prend la menace à la légère, surtout qu’il s’agit d’une menace, face à la maladie qui, elle, est bel et bien réelle.

    Tu mets le doigt sur la difficulté et ce qui me fait le plus douter. J’exprime son point de vue, tout en ne le partageant pas. Je ne veux pas faire un personnage qui réagirait “comme il faut”, parce que ça ne refléterait selon moi pas assez les travers de notre société. Je veux montrer combien la société rabaisse les femmes et les brise, d’autant plus si elles sont en détresse. Mais je ne veux pas tomber dans la culture du viol >< Donc tout est à nuancer et je tape avec des pincettes :p

    J’espère effectivement qu’on pourra continuer à échanger sur le sujet, que d’autres se joindront à nous, et que ça me permettra d’être au plus près de ce que je veux transmettre.



  • Coucou à tous⋅tes
    Comme demandé (par l’une d’entre vous :p), je me permets de taguer les lecteur⋅ices récurrent⋅es de Phase Terminale pour le nouveau “chapitre” :
    @Elga @Liné @Seja @Nathy @Soah
    D’avance merci, et désolée du dérangement :p



  • @doublurestylo super, tu as bien fait. J irai voir ça dès que possible et je répondrai aussi à ta réponse à mes commentaires… ça m’a fait réfléchir.



  • @doublurestylo désolée pour le double-post mais je prends le temps maintenant seulement d’approfondir mes remarques par rapport à ton texte

    "Ma vision et mon rejet du monde patriarcal se sont affirmés et c’est cette oppression qui est devenu le véritable cancer et que je veux, sinon dénoncer, au moins dépeindre. Donc le cancer est passé de thème principal à élément déclencheur/révélateur."
    Je comprends ce que tu dis mais en y réfléchissant, je trouve ça dommage d’en faire seulement un élément déclencheur. Ton idée du “véritable cancer” est excellente je trouve et à mon avis, tu pourrais prendre davantage appuie sur le “cancer physique” comme métaphore pour donner de la force à ton récit. Pour l’instant, je n’ai pas vraiment vu le rejet du monde patriarcal parce que ton personnage y plonge semble-t-il avec délice et du coup, nous aussi, en quelque sorte. Si on ressentait un malaise au début, parce que tu rappelais plus souvent le cancer et qu’il y avait ce regard noir d’ironie, il me semble qu’il disparaît dans les derniers chapitres et c’est peut-être dommage? Qu’en dis-tu?
    Et sinon, un autre truc qui me chiffonne, c’est ce rapport à son corps durant la partouze. On la trouve belle, elle se sent désirable mais malgré tout, elle subit des chimio or ça doit se voir, puisqu’elle doit avoir un boitier pour brancher la chimio au niveau de son épaule (une de mes amies vient de se le faire retirer). Cela me semble manquer à la cohérence si tu n’y fais pas allusion.

    En tout cas, je reviendrai lire la suite parce que ton projet m’intéresse beaucoup!



  • Tu fais très bien de me tagguer aussi, @DoublureStylo ! Je compte profiter de quelques jours de vacances pour me replonger dans Phase terminale :slight_smile: A très vite !


Log in to reply
 

Looks like your connection to Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.