Le monde selon François Place #Livresquement vôtre


  • Journaliste PAen

    Un carnet de route fantastique

    text alternatif

    “C’est le dessin et l’illustration qui m’ont amené à l’écriture. J’avais des images dans la tête, mais personne ne me proposait les textes qui allaient avec.”

    Plus que des images, ce sont des mondes que François Place a dans la tête. Du moins, ce sont des mondes que nous découvrons sous sa plume. Plumettes, Plumeaux, Plumetons et autres Plumivores, vous êtes priés d’ouvrir grands vos mirettes.

    Tout d’abord, je vous propose d’aller à la rencontre des Derniers Géants. Il s’agit de son premier album en tant qu’auteur et illustrateur à la fois et il a reçu pas moins de onze prix, en France et à l’étranger.

    Archibald Ruthmore, un homme de sciences anglais, fait un jour l’acquisition d’une dent de la taille d’un poing, couverte de gravures étranges. Le matelot qui la lui vend prétend qu’il s’agit d’une dent de géant, et après de nombreuses recherches, Archibald décide d’aller vérifier la véracité de cette affirmation par lui-même. Son voyage le mènera aux confins de l’Himalaya, jusqu’au pays des derniers géants.

    text alternatif

    On oublie trop souvent que la découverte se fait des deux côtés.

    Dans cet ouvrage, comme dans tous ceux de François Place que j’ai eu la chance de lire, il règne une profonde nostalgie de l’époque des grandes découvertes, du temps où on ne pouvait pas encore appréhender l’entièreté du monde. Archibald Ruthmore est un explorateur : c’est le désir de savoir qui le pousse… Peut-être trop loin. Le voyage entraîne des découvertes merveilleuses qui tournent pourtant, brusquement, au tragique. Cette fable illustre ce que l’humanité a découvert à ses dépends : l’amour que nous portons à nos découvertes nous rend aveugles à leur fragilité. Archibald en paiera le prix.

    text alternatif

    Parler de l’œuvre de François Place, c’est chercher à résumer une histoire qui a une envergure de petite encyclopédie. Au cours de leurs voyages, ses héros traversent de nombreux pays aux peuples et aux cultures infiniment variés. Et c’est le sens du détail dont il fait preuve, plus que tout autre chose, qui m’a donné envie de relier son œuvre au thème du voyage.

    L’Atlas des Géographes d’Orbæ contient vingt-six histoires illustrées qui se déroulent dans vingt-six contrées différentes ; vingt-six, pour les vingt-six lettres de l’alphabet. François Place nous emmène du pays des Amazones au pays des Zizotl, en passant par les montagnes de la Mandragore, le désert des Pierreux et le fleuve Wallawa.

    text alternatif

    Une caravane de Pierreux

    À la fin de chaque histoire, une double-page est consacrée à des détails : tenues de cérémonie, faune et flore locale, objets d’art ou d’artisanat, parfois plans en coupe d’habitations… Tout cela est dessiné comme dans un carnet d’explorateur. Comme dans un vrai carnet, un de ces moleskine aux pages toutes abîmées, où le texte côtoie les aquarelles dans un fouillis enchanteur. Je ne sais pas vous, mais c’est le genre de chose qui m’a toujours enflammée d’enthousiasme ; et ici, comment vous dire, l’enthousiasme est double ! Parce que toutes ces contrées que François Place peint et dépeint sont fictionnelles et profondément poétiques. Il y traîne toujours des petits relents de magie, des peuples oubliés, des sociétés qui se métamorphosent, bouleversées par de nouvelles inventions… C’est une ode à notre propre monde et à nos propres cultures, qui se trouvent ici mêlées les unes aux autres de sorte qu’on reconnaît parfois fugitivement tel ou tel élément, comme des échos du monde réel. Un voyage exaltant, à la fois dépaysant et étrangement familier, voilà dans quoi nous embarque François Place.

    text alternatif

    (C’est sans doute trop petit, mais vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir. Il FALLAIT que je vous montre cette double-page, un gros coup de coeur parmi toutes les autres.)

    Pour aller plus loin, je vous invite à visiter son site web (http://www.francois-place.fr/) où vous attendent quelques aperçus de superbes illustrations et une liste de ses œuvres. Moi, vous l’aurez compris, je suis d’ores et déjà embarquée dans son univers, et je ne peux que vous recommander le voyage !

    Les illustrations ne m’appartiennent pas : copyright François Place / casterman.


Log in to reply
 

Looks like your connection to Forum Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.