Interview Rimeko #NosImagineurs



  • Salut les Plumes ! La frénésie scripturale du PaCNo vient de s’achever, les Histoires d’Or ont été mises en route et vont commencer à battre leur plein… une chose est sûre, grâce à nos organisatrices de génie, on n’a jamais le temps de s’ennuyer sur PA ! Les choses changent, les Plumes évoluent (ou gradent, c’est selon) mais l’esprit de la communauté reste le même : l’entraide, le fun et le flood. D’ailleurs, il y en a une qui a été élue Reine dans ce dernier domaine. Comment a-t-elle gravi les échelons de la gloire ? Quelles mystérieuses manigances lui ont-elles permis de briguer ce trône ? Répondra-t-elle à ces questions ou l’interview n’aura-t-elle finalement rien à voir avec tout ceci ? Quoi qu’il en soit, merci d’accueillir @Rimeko !

    1. Comment le goût de l’écriture t’est-il venu ?

    J’avais onze ans, j’étais en sixième et cela a été grâce à ma prof de français ! Je me souviens encore de la rédaction après laquelle le déclic s’est produit ; il fallait écrire une description avec le plus d’adjectifs possible. Avant cela, j’avais toujours aimé lire et me « raconter des histoires dans ma tête » (un peu trop d’ailleurs) mais, dès que ma mère me parlait d’écrire, je faisais la grimace. C’était une activité qui me rappelait trop l’école, et je ne voyais pas comment elle pouvait être agréable. Toutefois, après la fameuse rédaction, j’ai commencé quelque chose entre le plagiat et la fanfiction que j’ai vite abandonné ; cependant à partir de là je n’ai jamais cessé d’écrire… Et je ne le regrette pas une seconde, maintenant je n’imagine plus ma vie sans l’écriture !

    2. Comment s’est passée ta première expérience de publication en ligne ?

    La première fois que j’ai publié un texte sur la toile, ce n’était étonnamment pas sur PA, mais sur un blog. Ma principale lectrice était ma grand-mère, et mes autres lecteurs n’ont jamais dépassé les premiers chapitres, ni les dix mots dans leurs commentaires – quand ils en laissaient. Puis j’ai découvert Plume d’Argent à travers la PM (oui, moi aussi)… Je me souviens que j’ai été sidérée par le nombre de commentaires que j’avais reçus sur ma nouvelle d’Halloween. J’ai même traversé toute ma maison en courant pour me jeter sur ma mère et lui annoncer que Cricri en avait laissé un ! Je me rappelle aussi avoir mis pas mal de temps à comprendre ce qu’il fallait remplir avant de poster une nouvelle histoire, et qu’il fallait cliquer sur « Ajouter une histoire » à chaque nouveau chapitre posté… Le boulet quoi !

    3. Est-ce que tu dirais que ta venue sur PA a changé ton regard sur l’écriture et de quelle manière ?

    Oui, je pense que cela a changé mon regard ! Comme si écrire était devenu à la fois plus sérieux et moins sérieux… (Vous la voyez venir la réponse pas claire ? Vous avez parfaitement raison.) Plus sérieux, dans le sens où mes parents prennent un peu ma passion à la rigolade, pour différentes raisons ; mon père parce qu’il se comporte ainsi pour presque tout, ma mère parce que son exigence et sa qualité de prof de français la poussent à me sortir régulièrement « Bon, certes, mais c’est pas du grand classique hein » (évidemment, c’est le cas, mais : et alors ?). Du coup, venir parmi vous m’a permis de considérer cette activité comme un art et un véritable travail, quelque chose qui mérite d’être valorisé ! Moins sérieux, enfin, parce que vous m’avez prouvé qu’on pouvait écrire simplement pour le plaisir, sans forcément penser aux lecteurs, sans savoir où l’on va, sans plans ni tout cela… Et c’est libérateur ! En somme (j’ai l’impression d’écrire un paragraphe argumenté pour le lycée), je pense que venir parmi vous m’a permis de prendre plus de plaisir à écrire, et aussi à arrêter de considérer cette passion comme obligatoirement solitaire…

    4. Déjà 12 textes à ton actif… tu es très prolifique ! Comment expliques-tu cette productivité ?

    Douze, vraiment ? (Hé bien, il serait grand temps que j’aille faire du ménage sur mon compte FPA moi…) Plus sérieusement, déjà, ce sont principalement des textes courts, quelques chapitres tout au plus, exception faite de mes deux projets principaux. La plupart, en outre, ont été écrits dans le cadre des concours PA ! Et puis je pense tout le temps à l’écriture ; en marchant, en m’ennuyant en cours, en plein contrôle aussi, dans mon lit… Donc forcément, il faut que cela sorte ! Du coup, j’écris des nouvelles… C’est ça ou j’abandonne mes projets principaux parce que j’ai envie d’écrire sur autre chose, et cela je me suis promis de ne plus le faire. Enfin, en tant qu’élève j’ai aussi pas mal de temps libre, ça aide quand même un peu !

    5. Parlons maintenant de l’une de tes histoires que les lecteurs connaissent (peut-être) bien… Comment es-tu parvenue à créer Amalys ?

    Ah… Comment vous dire que je ne m’en rappelle plus vraiment… En fait, cette histoire ne s’est pas imposée à moi telle quelle, mais au contraire elle a beaucoup évolué. Au début, ça a été l’envie de raconter une relation entre trois adolescents qui se nouait à travers Internet (je n’ai pas totalement abandonné l’idée d’écrire cela un jour d’ailleurs !), puis j’ai décidé de centrer cela sur une seule personne, une fille d’à peu près mon âge : Amalys (j’ai trouvé son prénom en errant sur Google et il m’a tout de suite plu). Puis les deux autres ont finalement disparus et l’histoire d’Amalys s’est précisée. En fait, pour le chapitre 7 de la première version, je cherchais une raison au fait que ses parents la délaissent quelque peu et l’idée d’une parenté cachée m’est rapidement venue. L’intrigue a changé en conséquence, passant de scènes de vie au récit d’un voyage en solitaire à travers la France ! Le reste s’impose un peu tout seul, au fil de l’inspiration et des caprices de ma jeune demoiselle…

    6. Ton style d’écriture est-il différent ici par rapport à tes précédents textes et à tes premières expériences ? Essaies-tu de « tester » de nouvelles choses ?

    J’ai l’impression qu’il est quelque peu différent, oui… Plus léger, tout d’abord, avec des essais d’humour (pas sûr qu’ils ne fassent pas rire que moi). Ensuite, je décris un voyage de quelques jours d’une jeune adolescente dans le monde réel ; il ne lui arrive en vérité par grand-chose, ou en tous cas rien d’extraordinaire, donc l’histoire se centre plus sur son ressenti, sur des anecdotes, des « petits riens » (dont certains sont, je l’avoue, tirés de mon expérience personnelle) et des rencontres sans conséquence, mais qui restent cependant gravés dans notre mémoire. J’espère que cela pourra parler à chaque lecteur !

    Enfin, bref, je m’éloigne du sujet là… Pour y revenir, j’ajouterai que j’essaie en effet de tester quelque chose : le style « journal intime » – et je crois avoir déjà regretté de nombreuses fois ce choix, certains d’entre vous ont d’ailleurs dû déjà voir passer mes galères à ce sujet (le seul avantage, c’est que je peux laisser libre court à mon amour pour les parenthèses). N’empêche, c’est une expérience intéressante et qui, je crois et je l’espère, ajoute un côté plus réaliste à l’ensemble tout en me permettant de continuer dans la même veine psychologique et anecdotique (si ce que je raconte a un sens pour vous, c’est un miracle).

    7. Amalys semble avoir déjà changé plusieurs fois depuis sa première version. Qu’est-ce qui a motivé ce changement et qu’est-ce qui en découle de positif pour toi ?

    La première version que j’avais imaginée pour elle, la relation à travers Internet, n’a jamais vu le jour que sur mes carnets (et je ne la ferai jamais lire dans l’état). Je me suis rendue compte que c’était un peu ambitieux pour le moment, le côté narration expérimentale, et la deuxième version (celle que j’avais commencé à publier sur FPA) est née. C’est suite à une BL de Kitty (merci encore, d’ailleurs, je la garde précieusement parce que certaines de tes remarques peuvent s’étendre à tous mes écrits) que j’ai réalisé qu’il manquait un fil rouge, quelque chose qui donnerait du sens à ce qui n’était pour l’instant qu’une juxtaposition de scènes de vie. Du coup, le voyage qu’entreprend Amalys me donne ce fil rouge et l’histoire de la parenté cachée, ainsi que la crise identitaire qui en découle, me permet de donner un côté roman d’apprentissage à l’ensemble… De plus, j’ai l’impression que ces différents essais m’ont permis de déterminer qui était vraiment Amalys (elle ressemblait beaucoup trop à moi-même au début), pourquoi j’aimais écrire son histoire et qu’est-ce qui faisait pour moi l’identité de celle-ci… Du coup, ça m’a remotivée d’avoir découvert cela ! Et j’espère également que cela sera bénéfique pour le lecteur, surtout que j’ai encore l’impression que certains passages semblent là pour combler des trous mais qu’ils ne font pas vraiment sens…

    8. Cette histoire a-t-elle déjà une fin ou tout est-il encore à inventer ?

    J’ai la fin, oui. En même temps, il s’agit d’un dénouement plutôt attendu : Amalys part retrouver son père, alors que pensez-vous qu’il arrive à la fin ? Je l’ai même déjà écrite, du moins en partie, dans le cadre du PaNo d’été de l’année dernière… Par contre, il reste à inventer ce qui se passe entre le début et la fin, ce qui fait quand même pas mal de mots ! Mais je n’utiliserai pas vraiment le mot « inventer » : c’est Amalys qui décide, en fait ! Par exemple, si quelqu’un se souvient de l’extrait que j’ai posté pendant le PaNo, cette rencontre avec Caroline et son fils n’était pas du tout prévue…

    9. As-tu de grandes ambitions en tant qu’auteur (transmettre des messages de paix et de tolérance à travers tes textes, être traduit(e) en 25 langues, que l’on achète les droits de ton œuvre pour le cinéma… ou autre) ?

    Hé bien… Je crois que mon ambition est principalement de voir un jour l’un de mes textes publiés, j’ai déjà l’impression que c’est utopique. Après, ma foi, le succès ne serait pas quelque chose de désagréable, mais là ça me semble tenir du miracle ! Ce qui me plairait surtout, ce serait de voir ce que j’ai imaginé, personnages et monde, portés à l’écran… C’est beau de rêver, n’est-ce pas ? Toutefois, écrire ce qui me plaît et être lu par d’autres (genre par les Plumes, à tout hasard) me semble déjà être un accomplissement en soi ! Quant au message à transmettre… Bien sûr, mes textes doivent véhiculer ce qui compte pour moi, ce qui me semble juste, cependant je n’ai pas l’impression de vraiment vouloir transmettre quelque chose…

    10. Pour finir, y aurait-il quelque chose en particulier que tu voudrais dire aux personnes qui sont en train de nous lire ? Un message à leur transmettre peut-être ?

    Comme je ne savais pas trop quoi répondre à cette question, je suis allée zyieuter les précédentes éditions du PAen et donc je sais maintenant que je ne vais pas faire dans l’originalité… Ce que je souhaite vous dire, c’est un immense MERCI, du fond du cœur.
    D’ailleurs, il doit bien y avoir une raison à cette uniformité, et je crois savoir laquelle est-ce : PA est une communauté formidable, je crois qu’on ne pourra jamais le répéter assez, dans laquelle on ne peut que se sentir bien. Les IRL sont pour moi des parenthèses de soleil dans ma vie, tellement intenses que j’ai l’impression qu’elles ont duré des jours – et en même temps bien trop courtes. Comme rencontrer de vieux amis avec qui on a toujours quelque chose à se dire et tant de souvenirs en commun ! Et puis, quand même, un site qui réunit toutes mes passions (écrire, lire, flooder et dessiner), qu’est-ce que je pourrais souhaiter de plus ?
    Je voulais vous remercier pour me faire rire et pleurer, pour me faire voyager à travers vos magnifiques histoires, pour lire les miennes et m’aider à les améliorer, pour m’encourager et… pour être vous, tout simplement. Vous comptez dans les personnes les plus importantes dans ma vie et… J’ai l’impression de ne pas trouver les mots justes, c’est quand même un comble pour une scribouillarde non ?
    Bref, on va arrêter la tirade sentimentale où je vais me mettre à pleurer (… c’est déjà trop tard en fait), mais encore quelques mots : merci d’avoir lu ces réponses – j’espère ne pas vous avoir trop ennuyés, merci à Slythette pour ce beau questionnaire de pro, et longue vie à PA !

    Ainsi s’achève cette interview.

    Un grand merci à Rimeko (qui gardera finalement le mystère entier sur son accession au titre de « Reine du flood ») pour t’être impliquée avec beaucoup d’enthousiasme, de sincérité et d’humour dans cette petite aventure. C’était un plaisir de collaborer avec toi et je ne peux que te souhaiter une énergie toujours aussi prolifique, que ce soit dans l’écriture ou sur le forum !

    Un grand merci également à vous chers/chères lecteurs/trices pour votre assiduité à suivre les sorties du Journal PAen et pour vos retours ô combien précieux !

    Gardez vos plumes affutées,

    Slyth

    (interview du 14 mars 2016)


  • Plume d'Argent

    @Slyth Je l’avais presque oubliée celle-là :laughing: Je me rappelle avoir été très touchée que tu m’aies proposé l’interview ceci dit !
    Ça me fait rire de relire les réponses de celle que j’étais il y a quelques années (même si je j’ai pas tant changé que ça) (sauf sur un point : maintenant je veux faire passer un message de tolérance à travers mes textes) (et oui j’aime toujours autant les parenthèses)…



  • C’est un très beau souvenir pour moi aussi @Rimeko, je suis très heureuse de pouvoir repartager cela ! :hugging: :heart_exclamation:
    (et vive les parenthèses !)


  • Plume d'Argent

    “Reine du flood”… c’était avant Isa ! (cela dit je suis pas mal dans mon genre) XD
    Jolie petite interview de la Riri de 2016 :heart: (tu es là depuis quand ?)


  • Plume d'Argent

    @audrey-lys C’était surtout avant l’université (et, dans une moindre mesure, le lycée) :rofl:
    Je suis là depuis le 07 octobre 2013, très exactement (je suis allée refaire un tour sur le vieux forum pour vérifier) :grinning: J’ai été très longtemps la plus jeune plumette du forum (un autre titre que j’ai volé à Lyrou héhé)


  • Plume d'Argent

    @Rimeko 2013, wha ! Tu avais quel âge quand tu t’es inscrite ?


  • Plume d'Argent

    @audrey-lys Je suis de 2001, donc 12 ans :grin:


  • Plume d'Argent

    @Rimeko ah mais oui chuis bête, vu que t’as 18 ans maintenant
    Effectivement c’est vachement jeune !


Log in to reply
 

Looks like your connection to Forum Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.