Ecrire des scènes d'action



  • Bonjour à tout.e.s!

    Je ne crois pas que le topic ait été abordé ou pas directement. Voilà MON problème du moment qui cache tous les autres petits problèmes: comment écrire des scènes d’action efficaces (j’entends par là des scènes où les personnages sont en danger parce qu’ils sont dans un endroit où ils ne devraient pas et risquent leur vie)?

    • Par exemple, comment gérez-vous le rythme de la scène? (techniques des phrases courtes, c’est bien mais comment tout faire comprendre?)
    • Comment rendez-vous claires les images qui le sont dans votre tête sans vous étendre dans de longues descriptions?
    • Comment gérez-vous les émotions de vos personnages à l’instant où ça chauffe pour eux?
    • Si vous avez plusieurs personnages (hormis la solution d’en éliminer le plus possible avant que ça commence), comment gérez-vous leur déplacements? Du coup, comment gérez-vous le point de vue?
      ex: comme j’ai envie de me compliquer la vie, j’ai environ 4 perso qui évoluent dans le même lieu dangereux mais ne vont pas au même endroit: est-ce que vous faites une narration alternée avec plusieurs points de vue au risque de perdre le lecteur et le rythme ? un point de vue surplombant au risque de perdre les émotions? (je crois qu’il va falloir que je tente de l’écrire, que je m’y frotte pour mieux m’y piquer…)
      Toutes mes questions se recoupent un peu et j’imagine que ça vaudrait plusieurs heures d’atelier d’écriture mais là, j’avoue que tous les conseils sont bienvenus (je me rends compte que je n’en ai jamais écrit avant parce qu’il n’y avait jamais d’action dans mes nouvelles)


  • Ah, les scènes d’action.

    Ca peut être une torture comme un plaisir XD !

    Pour ma part, c’est beaucoup au feeling, mais en terme de rédaction, j’essaie de bien centrer sur l’action sans me predre dans des descriptions trop factuelles car il faut que le lecteur s’y sente. Alors je distille un peu d’émotions, un peu d’ambiance.
    Pour le style, ce n’est pas tant les phrases courtes, que l’alternance des longueurs. Tout court, c’est trop haché, tout long, c’est trop délayé.

    Pour les points de vue : j’ai tendance à faire un choix. Quel est le personnage qui sera le plus affecté par cette scène ? Si c’est Tartanpion qui va prendre cher et qui va en sortir grandi, c’est de son point de vue que je rédigerai cette scène d’action.

    Pour ton soucis des 4 personnages, à moins d’avoir vraiment BESOIN des 4 points de vue, je te conseillerai de choisir et de pouvoir donner de l’émotion en plus de l’action. Car ce n’est pas tant la description de ce qu’il se passe que les impressions des personnages qui sont intéressants pour l’avancée de l’histoire.


  • Administratrice

    Owi, les scènes d’action. Si je pouvais, je n’écrirais plus que ça :P Et les dialogues. Les très longs dialogues :smirk:

    Bref !

    Pour plusieurs personnages, mon truc, c’est de toujours me placer d’un point de vue interne (souvent troisième personne), je décris donc la scène uniquement par les yeux du personnage avec lequel je suis, les autres deviennent un peu plus secondaires.

    Au niveau du rythme, certains te conseilleraient de passer au présent, je trouve que le passé fonctionne très bien. En privilégiant les phrases très courtes, tu peux donner une certaine impression de rapidité. Ou même des phrases nominales. Ainsi que les paragraphes courts, quitte à en faire un d’une seule phrase pour accentuer une action, par exemple.

    Pour ce qui est de rendre claires les images que j’ai en tête, je suis de la team description minimale. Je décris par exemple très rarement mes personnages et quand je le fais, je décris davantage leurs expressions, leurs gestes que leur physique. Pour les lieux, je préfère donner des éléments assez basiques : une porte rouillée, un arbre qui perd ses feuilles, un ciel couvert, whatever. L’idée c’est de faire appel aux images que le lecteur a déjà dans la tête. Si tu parles par exemple d’une rivière, chacun va visualiser un truc différent, donc à moins qu’elle ait vraiment sa spécificité, ça suffira.

    Du coup, dans le coeur de l’action, je ne vais pas me focaliser sur la description du lieu, logiquement on l’a déjà un peu posé avant. Je vais plutôt me concentrer sur les ressentis du personnage avec lequel j’écris : son coeur qui lui bat aux oreilles, la panique qui le submerge, etc. Il va réfléchir vite ou il va bloquer complètement ; le temps va accélérer ou complètement ralentir.

    C’est assez compliqué à décrire en fait. Je me pose pas trop de questions quand j’écris, je deviens le personnage que j’écris et les mots traduisent simplement ce que je•lui ressens•t. Entraine toi, teste les trucs qui sont adaptés à ta plume, ton univers ;) Pour ça, je trouve que les nouvelles sont un très bon exercice. Ou des textes où tu vas à l’essentiel. A une époque, je m’étais donné comme contrainte d’écrire un roman avec des chapitres d’une page (300 mots). Eh bah, ça a été une expérience vraiment très cool : chaque chapitre devait apporter quelque chose en 300 mots, donc il fallait vraiment virer tout le superflu et se concentrer sur l’action pure et dure.

    Courage :P


  • Plume d'Argent

    Les fameuses scènes d’action :laughing:
    Ce que je considèrerai comme à peu près certain, c’est qu’il ne faut pas de description du lieu / du physique des persos / autre truc du genre au milieu d’une scène d’action (c’est pas le moment), et que c’est bien d’y insérer des phrases et paragraphes courts comme le disait Seja (mais pas trop non plus). Et aussi, je pense que ça n’est pas nécessaire de décrire chaque mouvement de tes personnages (surtout si tu connais pas grand chose au sujet), ça rendra le lecteur plus confus qu’autre chose, surtout s’il y a plusieurs personnages… Pour rebondir sur le “plusieurs”, je suis d’accord avec les autres qui te conseillent de choisir un seul personnage (ou éventuellement de passer à un autre une fois que Tartanpion est sorti d’affaire… ou inconscient, ou hors de combat quoi), sinon tu risques de te mélanger les pinceaux (et le lecteur avec).
    Et puis oui, les émotions, au final c’est le plus important ! En fait, je crois qu’il y a plein de façons de décrire la même scène d’action selon ce que tu veux faire passer avec, selon si ton perso est expérimenté ou débutant, plutôt courageux ou plutôt lâche, selon les enjeux pour lui (il y a une différence entre gagner un tournoi ou protéger sa vie), selon si tu veux le présenter d’une manière plutôt positive ou négative (par exemple : quelqu’un qui se révèle en sauvant ses amis, ou qui perd le contrôle ?)…
    Sinon, oui, les essais-erreurs, ça marche bien :grin: Courage en tous cas !


  • Plume d'Argent

    Un truc que j’ai remarqué quand une scène d’action comporte plusieurs “foyers” d’action (par exemple deux duels qui se déroulent en parallèle) : si tu alternes entre les deux, il faut t’assurer que celui que tu laisses est “occupé” pendant que tu décris l’autre. C’est un peu compliqué à expliquer…
    Je veux dire : si tu décris le combat 1, et que tu veux passer sur le combat 2, si tu termines sur le combat 1 en mettant fin à une action, le lecteur ne va pas savoir ce que font les persos du combat 1, pendant que tu leur expliques ce qui se passe dans le 2. Ils auront donc l’impression que le combat 1 est suspendu.
    Je vais tenter un exemple :

    Alex tentait avec acharnement de planter son épée dans la poitrine de son adversaire. A la quatrième tentative, la lame trancha la chair et un filet de sang jaillit.
    Bertrand, de son côté, avait rapidement perdu son épée et il enchaînait les esquives pour la ramasser.

    Là, quand la narration quitte Alex pour se reporter sur Bertrand, on a l’impression qu’il ne se passe plus rien du côté d’Alex et qu’il est planté comme un poireau en attendant qu’on s’intéresse de nouveau à son cas.

    Alex tentait avec acharnement de planter son épée dans la poitrine de son adversaire. A la quatrième tentative, la lame trancha la chair et un filet de sang jaillit. Le golgoth poussa un cri de de rage et le combat reprit de plus belle.
    Bertrand, de son côté, avait rapidement perdu son épée et il enchaînait les esquives pour la ramasser.

    Là, tu sais qu’Alex est en train de se battre avec le golgoth pendant que Bertrand essaie de récupérer son épée.

    Si je suis pas claire, je peux essayer de préciser :)

    Pour le reste, je plussoie ce qui a été dit : c’est beaucoup l’instinct. Il vaut mieux ne pas se focaliser sur les introspections, ou alors seulement sur les émotions/ressentis primaires, car si l’action est rapide, les personnages n’ont pas le temps de penser.
    Je te conseillerai d’essayer de te visualiser au cœur de l’action et de raconter ce que tu vois. Quitte à y revenir après pour peaufiner.


  • Plume d'Argent

    @Rimeko a dit:

    (ou éventuellement de passer à un autre une fois que Tartanpion est sorti d’affaire… ou inconscient, ou hors de combat quoi), sinon tu risques de te mélanger les pinceaux (et le lecteur avec).

    Je pense au contraire (ça rejoint @Isapass) que c’est pas mal, si les persos sont séparés pendant l’action, d’opérer le changement de focalisation au pire moment, quand le perso qu’on quitte est le plus en danger. C’est vrai que c’est classique, rageant et peut-être un peu racoleur… Mais ça créé du suspense! En tant que lectrice j’aime beaucoup cette technique :D


  • Plume d'Argent

    Je suis d’accord avec ce qui a été dit plus haut. Mets-toi à la place de ton personnage, regarde avec ses yeux et vis-le avec lui. Pose-toi également les bonnes questions :
    :crossed_swords: Qu’est-ce que tu ressentirais à sa place?
    :crossed_swords: Sait-il au moins se battre correctement, est-ce que c’est une de ses caractéristique ou au contraire, est-ce que c’est un noob qui doit tenter de se débrouiller ? Ca va nécessairement changer sa façon d’appréhender l’action.
    :crossed_swords: Pourquoi est-ce qu’il est là? Un enjeu personnel, un enjeu de groupe, un peu les deux? Il faut en vouloir pour se battre, à moins d’être un bourrin par nature, t’as besoin d’une bonne raison.

    Tu peux aussi y aller par étapes.
    :hammer: Bâtit d’abord le squelette de ton action. Les moments décisifs, en premier, qui vont découper ton récit (un coup, une blessure, une victoire, une défaite, etc…)
    :hammer: Puis, autour, donne leur un peu de chair, d’action physique, de mouvements. Faut que ça bouge !
    :hammer: Passe après aux émotions. Si quelqu’un est occupé à taper, il ne pense pas à la boîte de raviolis qu’il doit passer acheter pour ce soir, basique mais efficace.
    :hammer: Après, tu saupoudres d’un peu de détails, tu peux même inclure quelques petites notions sur le cadre (par exemple : Jean-Bob prit appui sur un début de stalagmite, à quelques mètres de Roger-Pierre qui enchaînait les parades face à son adversaire.) (oui parce que Jean-Bob est un sagouin qui n’a aucune idée du temps que mets un stalagmite à se former :rofl:)
    Le tout, c’est que la scène soit claire dans ta tête, même si pour ça faut la réécrire plusieurs fois. Tant que ce n’est pas clair sur qui fait quoi et comment à quel moment, c’est à s’arracher les cheveux.

    Pour moi effectivement, ce sont les émotions et les ressentis qu’il faut rendre, peur, colère, fierté, instinct de survie, tout est bon à prendre. Tu peux effectivement jouer sur la vitesse d’action, il peut se passer beaucoup de choses en une ou deux secondes. Pour cela, tu peux soit t’aider du présent, mais le rendre au passé ça marche très bien aussi (team passé simple, coucou @Seja ! :frog:)
    En ce qui concerne le rythme, à toi de voir en fonction de ton style également. Une phrase courte bien tournée fais aussi bien qu’une phrase longue, et dans certains cas l’inverse est vraie aussi. Il suffit parfois de peu de mots/phrases pour exprimer beaucoup.

    Ton questionnement est très intéressant, c’est vrai que c’est difficile à (d)écrire. Merci d’avoir mis le topic sur le tapis !


  • Plume d'Argent

    @isapass C’est intéressant ce que tu dis là ! (Et ton golgoth m’a bien fait rire, parce qu’au départ j’avais lu “gogol” :rofl: )
    Et oui @Sorryf a raison, on peut aussi jouer les auteur.e.s sadiques ! Ce que je voulais dire, c’est qu’il fallait faire attention à l’endroit où on “coupait” l’action du point de vue de personnage A, et qu’il fallait éviter de juste juxtaposer les mouvements de A, B et C (ouais j’ai la flemme d’inventer des noms). (C’était ce que je faisais énormément dans mes premiers écrits, parce que la Riri de douze ans n’avait pas compris le principe de “point de vue”… et c’est très moche.)


  • Plume d'Argent

    @mary je pense qu’éditorialement parlant, il est important que tu changes les noms de tes personnages… ;)



  • Je ne suis même pas sûre d’avoir jamais écrit une scène d’action viable de ma vie, mais je tiens à apporter mon expérience de lectrice : je crois que la meilleure scène d’action que j’ai lue de ma vie se trouve à la fin du dernier tome de la trilogie du Chaos en marche de Patrick Ness (oui je le case partout, mais eh, c’est pas mon livre préféré pour rien :p ). Dans le T3 on a trois narrateurs à la première personne du singulier, et dans cette scène magistrale de climax, les pdvs tournent au sein du même chapitre. L’action est comme montrée au travers de trois caméras avec leurs peurs, leurs objectifs et leurs capacités différents, les pdvs ne durent pas plus que quelques paragraphes voire quelques lignes au moment le plus chaud, et cela donne un effet ultra dynamique et d’urgence. Je l’explique mal, il faudrait le lire (lisez :smirk: ), et c’est assez spécifique comme choix de narration (faire tourner ses pdvs aussi rapidement) mais pour le coup c’était vachement maîtrisé et voyez, dix ans après, je m’en souviens encore comme l’un de mes moments de lecture les plus forts.



  • Merci à toutes pour vos réponses, très riches et très intéressantes.
    J’ai pris des notes comme si j’assistais à un cours et chaque fois je me disais “ah oui trop bien, je vais faire ça, chouette!” bref, ça m’a donné envie de l’écrire cette satanée scène!!

    @AxelleC et @Mary j’adore ces noms de personnages; ils collent pile poil avec l’idée que je me fais de ma scène d’action! ;-) (quoi? non, Gaëlle, pas de parodie!!!)
    et merci @Mary pour la méthodo, je crois que je vais la suivre.
    @Isapass tu es très claire et tu as raison, si je choisis d’alterner les points de vue (mais je suis de plus en plus en train de me dire que je vais tenter de me limiter…), je ferai gaffe à ça.
    @Rimeko merci aussi pour ta réponse… les émotions!!! J’ai peur de ne parvenir à trouver que “elle paniqua… elle paniqua encore plus… sa gorge était serrée… ses jambes tremblotaient” mais je vais tenter de trouver mieux.

    @seja a dit dans Ecrire des scènes d'action :

    Owi, les scènes d’action. Si je pouvais, je n’écrirais plus que ça :P Et les dialogues. Les très longs dialogues :smirk: >>>

    folie folie! (quoique je me suis prise à faire un méga long dialogue hier alors peut-être que le goût des scènes d’action va me venir aussi, qui sait?) Mais je me rappelle que tu es une reine de la scène d’action, j’avais commencé à te lire il y a deux ans et j’avais adoré!!
    Super idée, au passage, celle d’écrire un roman avec des chapitre de 300 mots maxi!
    @Tac, merci pour le conseil, en tout cas, tu me donnes vachement envie d’aller lire Patrick Ness!


  • Plume d'Argent

    Team dialogues également ! J’ai des chapitres de 5 ou 6 k qui ne sont presque que des dialogues… c’est presque un problème. Mes persos sont aussi bavards que moi, ce qui n’est pas peu dire…


  • Plume d'Argent

    @isapass Pareil :laughing: Il y a des chapitres où je ne sais pas comment faire avancer les choses autrement.
    @Elga : Peut-être ajouter quel est le but de ta protagoniste… ? Pourquoi se retrouve-t-elle dans cette situation ? Elle peut regretter d’avoir fait une erreur / suivi quelqu’un par exemple, ou aussi s’inquiéter pour un autre personnage, ou pour la réussite de leur projet ou que sais-je encore… ?


  • Plume d'Argent

    Perso, je rejoindrais assez @Mary. Pour une scène d’action, j’ai besoin de visualiser l’action (justement) dans les détails, pour pouvoir en garder la substantifique moelle :D
    Ensuite, je garde les points forts de la bagarre pour les mettre en avant. Pour moi, la chose la plus difficile est de garder un rythme et de donner l’impression au lecteur que tout se passe très vite.
    Ce que j’aime, c’est de ne pas me contenter de décrire les mouvements. Je me suis rendu compte que, quand on est confronté à une situation de crise, le cerveau déroule une quantité de pensées incroyables à une vitesse hallucinante. Pour moi, c’est important aussi de l’intégrer au texte, ça rend les choses plus vivantes.


  • Plume d'Argent

    @alice Je te rejoins sur la capacité de notre cerveau à passer en hyper-vitesse !
    Et c’est là que ça importe de savoir si notre protagoniste est expérimenté ou non, parce que là où une personne entraînée réfléchirait à sa prochaine action / parade / attaque, le monologue intérieur d’un débutant ressemblerait plutôt à une suite de jurons paniqués :laughing:


  • Plume d'Argent

    @rimeko exactement! Ou bien a remarquer que « ouh la la, il est joli ce caillou par terre au milieu du gravier » :laughing: :dizzy_face:



  • @Mary Est-ce qu’on aura une apparition de Jean-Bob et de Roger-Pierre dans le Lotus ? xD

    Topic très très cool. J’écris assez peu de scènes d’action (alors que j’adore ça) parce que j’ai toujours peur d’être trop succinte ou au contraire trop “lente”. Après je suis beaucoup dans la description car j’ai souvent des images assez précistes en tête (la faute au fait d’avoir été biberonnée aux mangas) que j’essaye de retranscrire. Pas certaine que ça soit une bonne méthode mais bon. Il m’arrive aussi de mimer l’action pour savoir comment est-ce que mon perso doit mettre son bras, etc. et avoir une meilleure image de ce qui se passe (oui la fille qui donne des coups de pieds dans le vide dans son salon c’est moi xD ).


  • Plume d'Argent

    @litchie a dit dans Ecrire des scènes d'action :

    @Mary Est-ce qu’on aura une apparition de Jean-Bob et de Roger-Pierre dans le Lotus ?

    Non, je pensais les garder pour plus tard et lancer une série, genre “Jean-Bob et Roger-Pierre dans : La Mésaventure du l’Escalier Pentu” :rofl:


  • Plume d'Argent

    @litchie Tu sais, j’ai lu que plusieurs auteurs édités/reconnus faisaient la même chose, pour le mime hasardeux dans son salon :grin: (La dernière fois que je m’y essayais, mon genou m’a lâché et je me suis cassée la figure comme une débile… Malheureusement mes personnages n’ont pas des articulations hyper-laxes comme moi)



  • @Rimeko Le plus drôle c’est d’imaginer le cliché des auteurs pas sportifs du temps en train de mimer des contorsions de combattants chevronnés… xD


Log in to reply
 

Looks like your connection to Forum Plume d'Argent was lost, please wait while we try to reconnect.